Nicolas Duchemin-Marchand, mécanicien d'ascenseur

Nicolas Duchemin-Marchand... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Nicolas Duchemin-Marchand

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

C'est un métier en demande. Je n'ai pas à chercher du travail, ce sont plutôt les employeurs qui recherchent des travailleurs. C'est aussi un métier qui est à la fois manuel et cérébral.

En quoi consiste votre travail?

Je m'assure du bon fonctionnement des ascenseurs et de leur entretien. Mes clients sont des écoles, des hôpitaux ou des immeubles en copropriété. Je couvre le territoire nord de Montréal.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un DEC en administration, avant de suivre en 2004 une formation professionnelle en mécanique d'ascenseur à l'École des métiers du Sud-Ouest de Montréal.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Je savais que j'allais trouver du travail tout de suite, alors j'ai pris un mois de vacances après mes études. J'ai été embauché trois jours plus tard. J'ai travaillé pour quelques entreprises, mais depuis un an et demi, je travaille pour Thysson Krupp.

Décrivez une journée typique de travail.

Mes journées commencent à 7h30 ou 8h. Je visite des clients pour l'entretien et je me tiens prêt à répondre aux appels. Parfois, ce sont des appels d'urgence, si quelqu'un est pris dans un ascenseur. J'ai alors 30 minutes pour me rendre sur place. Je travaille 95% du temps seul.

Quel est votre plus grand défi?

La stabilité. Je dois garder les mêmes normes de qualité malgré la routine, malgré les journées qui finissent par se ressembler.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

Même si je suis souvent seul, c'est le contact avec les gens que je préfère. J'aime vulgariser mon travail aux clients. J'aime aussi le lien entre les collègues. On s'entraide, je peux les appeler si j'ai besoin d'aide pour trouver une solution, et je fais la même chose pour eux.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Les gens ne voient que l'intérieur de l'ascenseur. Tout l'aspect mécanique leur est méconnu. Ça peut être poussiéreux, gras, c'est salissant. Je finis souvent la journée avec les mains noires. Les hauteurs sont aussi parfois impressionnantes.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises pour exercer votre métier?

De l'organisation, de la mémoire pour se souvenir des clients (ou un calepin!), la capacité de réfléchir à toutes les solutions possibles, une facilité à communiquer, à vulgariser et à rassurer les clients sont nécessaires.

En chiffres

Salariés actifs en 2012: 1057

Âge moyen en 2012: 38

Nouveaux salariés en 2012: 101

Salaire annuel moyen (pour un compagnon travaillant au moins 500 heures): 84 929$

Perspectives d'emploi de 2013 à 2016: Bonnes. Emploi en légère baisse, très faible disponibilité. Les diplômés se placent très bien.

Nombre de femmes actives dans le métier: 11

Source: Métiers et occupations dans l'industrie de la construction, édition 2013-2014, CCQ




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer