Voir sa candidature rejetée pour surqualification

Claire Chénard, conseillère en transition de carrière chez... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Claire Chénard, conseillère en transition de carrière chez Lee Hecht Harrison, croit qu'omettre d'inscrire un diplôme sur son CV n'est pas la meilleure stratégie à adopter.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Q: «J'ai un diplôme universitaire et récemment, ma candidature a été rejetée pour surqualification. Pourtant, le poste me convenait très bien. Pour éviter que cela m'arrive à nouveau, suis-je obligée de mentionner mon diplôme universitaire sur mon CV lorsque le poste affiché n'en exige pas? Est-ce que cela serait considéré comme un mensonge?» - Marie-Claude

R: Claire Chénard est conseillère en transition de carrière chez Lee Hecht Harrison et a longtemps occupé des postes de directrice des ressources humaines dans de grandes organisations. Elle croit qu'omettre d'inscrire un diplôme sur son CV n'est pas la meilleure stratégie à adopter.

«Par souci de transparence envers l'employeur d'abord, indique-t-elle. Puis, si elle ne l'inscrit pas, elle aura probablement un trou dans son CV qu'elle devra expliquer.»

Claire Chénard se demande si Marie-Claude cible le bon type de postes pour elle.

«Si elle souhaite obtenir un poste pour lequel elle est surqualifiée, est-ce parce qu'elle a décidé que, pour des raisons personnelles, elle voulait actuellement un poste sans trop de responsabilités? Si c'est le cas, elle devra l'expliquer au recruteur pour réussir à passer à travers la présélection.»

Lorsqu'un employeur détermine un profil de candidats pour un poste, ceux qui n'y correspondent pas sont souvent éliminés d'emblée.

«Il peut arriver qu'on demande un diplôme technique parce que le poste n'a pas de possibilités d'avancement et qu'on souhaite avoir des employés qui se satisferont de ces responsabilités et de ce salaire, explique Mme Chénard. Dans un cas comme celui-là, un candidat avec un bac risquerait d'être éliminé.»

Si Marie-Claude est dans cette situation, Claire Chénard lui conseille de se servir de son réseau pour arriver à passer à travers la présélection.

«C'est très difficile de faire ressortir son CV d'une pile ou d'établir une première communication avec le recruteur si on ne correspond pas tout à fait au profil demandé lorsqu'on n'a pas de contact dans l'organisation.»

Il est aussi possible que Marie-Claude vise un poste pour lequel elle est surqualifiée parce qu'elle n'arrive pas à se trouver un emploi à la hauteur de ses compétences.

«Par exemple, si elle manque d'expérience pertinente, indique Mme Chénard. Si c'est le cas, je lui conseille de persévérer pour arriver à se trouver un poste qui correspond à ses qualifications pour lui permettre de s'épanouir et d'obtenir un salaire qui reflètera ses compétences.»

La spécialiste remarque que normalement, un diplôme n'est pas vu comme un obstacle, mais comme un plus pour l'employeur.

«Plusieurs employeurs préfèrent embaucher des employés plus qualifiés que ce qu'exige le poste pour leur permettre de gravir plus rapidement des échelons dans l'organisation. Son diplôme universitaire pourrait lui permettre d'être plus rapidement efficace dans un emploi qui n'en exige pas, ou de former des collègues.»

Question d'actualité

Q: Quelle est la proportion de gens en emploi au Québec à avoir obtenu un diplôme universitaire?

R: En 2012, 25 % des personnes en emploi avaient un diplôme universitaire. La proportion était d'environ 13 % en 1990.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer