La demande pour les pailles de papier et de verre connaît une croissance

La pression publique sur les entreprises et les... (Photo Justin Sullivan, AFP)

Agrandir

La pression publique sur les entreprises et les gouvernements pour interdire les pailles en plastique s'est accentuée au cours des dernières années.

Photo Justin Sullivan, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aleksandra Sagan
La Presse Canadienne
Vancouver

Phillip Jacobsen a commencé à vendre des ustensiles compostables en 2011 et, environ six mois plus tard, a élargi la gamme de produits de Greenmunch pour y inclure des pailles en papier.

Les pailles en papier à motif coloré étaient à la mode à l'époque, se souvient-il, et les magasins de fournitures de fêtes approvisionnaient ses produits.

Depuis quelques années, la demande des restaurants, des hôtels, des bars et d'autres entreprises du secteur de la restauration a commencé à éclipser celle des magasins de détail, avec la montée de la pression publique sur les entreprises et les gouvernements pour interdire les pailles en plastique.

M. Jacobsen est l'un des nombreux Canadiens qui ont travaillé pour combler une lacune sur le marché il y a des années et qui devraient maintenant profiter de la nouvelle tendance consistant à abandonner les pailles en plastique jetables.

Starbucks, Ikea, A&W, St-Hubert et d'autres ont annoncé qu'ils élimineraient progressivement les pailles en plastique de leurs restaurants au cours des prochaines années. Certaines villes les ont déjà interdites, tandis que d'autres envisagent des propositions similaires, souvent en évoquant des préoccupations environnementales.

« Je pense que tout le monde qui offre des pailles en papier se heurte à des problèmes d'approvisionnement », a affirmé M. Jacobsen, le propriétaire de Greenmunch, établie à Sherwood Park, en Alberta.

Il a dû dire non à plusieurs distributeurs qui cherchaient à stocker ses pailles, qui viennent avec des rayures, des pois et des étoiles. Elles coûtent 15 $ pour un paquet de 200 et près de 600 $ pour une commande bloquée de 9600.

« J'aurais probablement pu vendre pour quelques millions de dollars de plus de pailles dans le dernier mois si nous avions eu les réserves. »

M. Jacobsen croyait avoir commandé assez de pailles pour approvisionner ses clients pour l'été, mais la demande a explosé ces trois derniers mois.

« De plus en plus courant »

C'est une situation qu'Aimee Promislow a aussi observée dans son entreprise de paille de verre, GlassSipper.

L'artiste et son mari ont fondé l'entreprise à Vancouver il y a près de cinq ans, après avoir été frustrés par les déchets créés lorsque leur fils ne buvait qu'à l'aide d'une paille.

Ses pailles en verre borosilicaté arborent des décorations de créatures colorées, comme des geckos, des flamants roses et des hiboux, sont vendues pour au moins 16 $ - bien que ses pailles en verre ordinaire en coûtent environ la moitié.

Quand elle a apporté un lot à son premier salon d'artisanat pour les vendre, les gens n'ont pas vraiment compris le concept, dit-elle.

Sans se laisser décourager, Mme Promislow a continué à participer à des expositions d'artisanat et à vendre par l'entremise d'un magasin Etsy, ajoutant éventuellement un site web avec une boutique en ligne.

Elle vend maintenant des milliers de pailles en verre par année, grâce aux salons d'artisanat, aux ventes en ligne et à des dizaines de détaillants à travers le Canada. Elle a, elle aussi, remarqué une forte augmentation de la demande depuis avril.

« C'est devenu de plus en plus courant », a-t-elle dit. « Au début, c'était vraiment l'exception (...) Maintenant, tout le monde veut des pailles de verre. »

D'autres fabricants proposant des solutions de rechange au plastique observent le changement et envisagent d'élargir leurs offres pour inclure des pailles non plastiques.

Good Natured, de Vancouver, fabrique plus de 100 produits à base de plantes, y compris des contenants d'emballage alimentaire fabriqués à 99 pour cent de matières végétales.

L'entreprise ne vend pas actuellement de pailles et son chef de la direction, Paul Antoniadis, a affirmé dans une déclaration qu'en tant que société inscrite à la Bourse, il ne pouvait pas partager ses plans de lancement de produits.

« Je peux partager le fait que nos clients continuent de demander plus d'options pour l'emballage de plats cuisinés, et éventuellement, je prévois que notre assortiment de produits continuera à prendre de l'expansion pour répondre à ces besoins. »

Malgré l'augmentation récente de la demande, M. Jacobsen ne commande pas trop d'approvisionnement supplémentaire à l'usine qui fabrique son produit.

D'une part, les restaurants passant des pailles en plastique aux pailles en papier ne les remplaceront pas à raison d'une pour une, explique-t-il. En effet, ils arrêteront surtout de servir des pailles avec leurs boissons et n'en offriront que lorsque le client en demandera une.

M. Jacobsen réalise également que son entreprise ne fait plus partie d'un marché spécialisé et fait face à une plus forte concurrence.

« Nous sommes prudents. »




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer