Exclusif

Complexe Desjardins: un virage bouffe pour augmenter l'achalandage

Rencontré hier par La Presse, Dany Gauthier, directeur... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Rencontré hier par La Presse, Dany Gauthier, directeur principal, Gestion immobilière, chez Desjardins, a expliqué que le Complexe Desjardins veut bonifier son offre alimentaire parce que « ceux qui viennent voir des spectacles dans le quartier veulent aller au restaurant avant ou après ».

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Complexe Desjardins veut profiter du fait qu'il se trouve en plein coeur du Quartier des spectacles pour augmenter son achalandage. Et c'est par le ventre qu'il compte attirer les foules. Des terrasses couvertes et chauffées seront aménagées dans la rue Sainte-Catherine. De plus, la foire alimentaire subira une cure de rajeunissement et de nouveaux restaurants seront accueillis.

Le vaste plan stratégique visant à augmenter l’attrait... (Image fournie par Desjardins) - image 1.0

Agrandir

Le vaste plan stratégique visant à augmenter l’attrait du Complexe Desjardins prévoit notamment l’ajout, devant tous les restaurants donnant sur la rue Sainte-Catherine, de terrasses surmontées d’un toit de verre et chauffées. Le coût du projet, qui sera présenté la semaine prochaine, est estimé à 15 millions de dollars.

Image fournie par Desjardins

Les responsables de la gestion immobilière du Complexe Desjardins planchent actuellement sur un vaste plan stratégique visant à augmenter l'attrait des lieux. Ce document sera prêt dans environ deux mois.

Mais un projet est déjà assuré d'être réalisé, a appris La Presse. Il s'agit de l'ajout, devant tous les restaurants donnant sur la rue Sainte-Catherine, de terrasses surmontées d'un toit de verre et chauffées. Ces 11 « loges urbaines », entourées de grands cadres blancs, pourront être utilisées huit mois par année. Chacune pourra accueillir une vingtaine de clients.

Le coût du projet est estimé à 15 millions de dollars. Il sera présenté la semaine prochaine à l'événement Montréal du futur.

« Présentement, les façades sont disparates. On va arriver avec quelque chose de plus invitant », a commenté Dany Gauthier, directeur principal, Gestion immobilière, chez Desjardins. Dessinés par les architectes d'Aedifica, les nouveaux espaces seront prêts au plus tôt à la fin de l'été 2017.

SERVICE DE LIVRAISON DE REPAS

Le Complexe Desjardins veut bonifier son offre alimentaire parce que « ceux qui viennent voir des spectacles dans le quartier veulent aller au restaurant avant ou après », explique Dany Gauthier. De plus, on observe une hausse généralisée des dépenses en alimentation dans les centres commerciaux.

« D'ici trois ans, le Complexe sera plus en ligne avec ce qui se passe à ses portes. » - Dany Gauthier, directeur principal, Gestion immobilière, chez Desjardins

Le recrutement de nouveaux locataires dans ce créneau est déjà commencé. Comme l'a révélé La Presse, La Cage - Brasserie sportive et Chocolats Favoris remplaceront Le Château et Aldo un peu plus tard cette année. Les deux locaux ont avantageusement pignon sur la rue Sainte-Catherine. Terra Nostra (une enseigne du groupe Marie-Claire) est désormais leur seul détaillant faisant face à la Place des Arts. Son bail sera respecté, assure-t-on.

La nouvelle stratégie du Complexe Desjardins prévoit aussi la rénovation et possiblement l'agrandissement de la foire alimentaire, dont le décor rappelle les années 90. Le projet ne se fera toutefois pas avant « trois ou quatre ans ».

Dany Gauthier veut aussi instaurer un service de commande en ligne et de livraison de la nourriture pour les employés des tours de bureaux. Et diversifier l'offre, qui comprend surtout de la restauration rapide. « On veut du moyen et du haut de gamme. »

D'AUTRES CHANGEMENTS ENVISAGÉS

La Grande-Place sera aussi mise à profit dans la réorientation du Complexe Desjardins. On souhaite y tenir davantage d'événements reliés à la nourriture, à l'alimentation et aux divers festivals tenus dans le quartier. L'espace, qualifié « d'unique à Montréal », pourrait notamment accueillir des boutiques éphémères.

« D'ici trois ans, le Complexe sera plus en ligne avec ce qui se passe à ses portes », promet Dany Gauthier, directeur principal, Gestion immobilière, chez Desjardins.

Les changements ne se limiteront pas au secteur de l'alimentation. Le plan stratégique prévoira également : 

La rénovation des espaces communs ;

L'élaboration de stratégies de fidélisation de la clientèle (possiblement au moyen d'une carte de points) ;

L'accueil de nouveaux locataires (des négociations ont lieu avec diverses chaînes) ;

L'amélioration de l'expérience de magasinage (en formant les commerçants, souvent de petits indépendants, et en les soutenant dans le développement d'un site web) ;

Un nouveau branding, une nouvelle approche de marketing (auprès des touristes, entre autres).

Le coût de tous ces projets n'a pas encore été évalué, puisqu'aucun d'eux n'a encore reçu le feu vert des hautes instances de Desjardins. Le retour sur l'investissement de chacun doit d'abord être évalué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer