Black Friday: près de 136 millions d'Américains profitent des soldes

Près de 136 millions d'Américains ont l'intention de profiter vendredi des... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Près de 136 millions d'Américains ont l'intention de profiter vendredi des soldes offerts dans le cadre du «Black Friday» (vendredi noir ou vendredi fou), selon des chiffres communiqués par l'Association nationale des détaillants (NRF).

Le «vendredi noir» suit le jour férié de la Thanksgiving et les consommateurs américains se ruent traditionnellement dans les magasins pour profiter de soldes monstres.

Les origines du terme ne sont pas claires, certaines remontant aux embouteillages provoqués par l'afflux de clients, et donc un «jour noir» pour la circulation, mais d'autres privilégiant les bénéfices enregistrés ce jour-là par les magasins dont les comptes reviennent «in the black» (dans le vert en français).

La NRF indique que 135,8 millions d'Américains exactement ont l'intention d'effectuer un achat que cela soit directement dans les magasins ou en ligne. Ce chiffre est en légère augmentation (+1,6%) par rapport à l'an dernier.

Avec le développement de l'internet, beaucoup d'acheteurs choisissent d'éviter la cohue dans les magasins et effectuent leurs achats sur l'internet, les détaillants soldant également les articles sur leurs sites.

La firme Comscore table sur une hausse de 14% à 70 milliards de dollars des ventes réalisées cette année pour la période des Fêtes de novembre-décembre à partir d'un téléphone portable ou d'un ordinateur. Une autre firme, Forrester, prévoit, elle, une hausse de 11% à 95 milliards de dollars de l'ensemble des ventes réalisées en ligne.

Car «Black Friday» est suivi du «Cyber Monday» où, de retour au bureau, les consommateurs continuent leurs achats en ligne. Selon la NRF, 184 millions de personnes expriment leur intention d'effectuer un achat en ligne ce jour-là.

Si les dépenses de consommation représentent 70% du produit intérieur brut (PIB) américain et tiennent une place particulièrement importante dans l'économie du pays, l'importance du «Black Friday» a diminué assez fortement ces dernières années en raison des changements des habitudes d'achat.

«Ces dernières années, les détaillants ont commencé à offrir leurs soldes de plus en plus tôt, décidant de ne pas attendre le Black Friday traditionnel», souligne le cabinet d'études de marché IHS.

Les magasins ouvrent également de plus en plus dès le jeudi soir, désormais appelé «Gray Thursday» (le jeudi gris).

Cette année, les soldes interviennent également dans un contexte assez déprimé pour les grandes chaines de magasins, soumises à la concurrence de l'internet.

Vendredi à Wall Street vers 10h30, les grands noms du secteur comme Walmart, Amazon.com, Macy's, GAP étaient tous en baisse. L'exception est Target qui a annoncé un bon début de ses soldes avec notamment une hausse de 35% des achats réalisés sur l'internet, mais que les acheteurs viennent chercher directement en magasin. Son action avançait de 0,27%.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer