Tim Hortons-Burger King: deux PDG, deux parcours

En début de semaine, Burger King a acheté... (PHOTO SEAN KILPATRICK, PC)

Agrandir

En début de semaine, Burger King a acheté Tim Hortons pour 12 milliards.

PHOTO SEAN KILPATRICK, PC

Richard Dufour

Ils n'avaient jamais dirigé d'entreprise du secteur et sont pourtant devenus en même temps PDG de grosses pointures de la restauration rapide. En un an, ils ont eu un effet majeur sur leur entreprise. Portraits parallèles de Marc Caira et Daniel Schwartz, au centre de la transaction Tim Hortons-Burger King.

Marc Caira... - image 1.0

Agrandir

Marc Caira

Marc Caira: l'homme de l'expansion

Lors de son arrivée chez Tim Hortons en juillet 2013, des observateurs n'ont pas manqué de souligner qu'il ne possédait aucune expérience en restauration, dans le franchisage ou le commerce de détail.

Des analystes avaient par contre souligné que l'embauche de Marc Caira reflétait l'importance de l'expansion aux États-Unis et à l'échelle internationale.

Né en Italie dans les années 50, Marc Caira est arrivé au Canada en 1960 avant son adolescence.

L'été dernier, Marc Caira est devenu le quatrième PDG de l'histoire de Tim Hortons. L'entreprise fonctionnait depuis deux ans avec un PDG par intérim à la suite du départ mystérieux de Don Schroeder, au printemps 2011. Le conseil d'administration de Tim Hortons est allé chercher Marc Caira en Suisse, où il vivait et travaillait pour Nestlé.

Il a passé plus de 30 ans chez Nestlé. Ces années lui ont permis d'acquérir une bonne connaissance du secteur de l'alimentation et, notamment, des boissons chaudes.

Les investisseurs ont montré peu d'excitation au cours de sa première année à la barre de Tim Hortons, même après certains gestes visant à énergiser la marque (notamment le lancement d'un nouveau mélange de torréfaction foncée). L'action a fait du surplace, à une soixantaine de dollars en Bourse, depuis l'entrée en poste de Marc Caira jusqu'à la présentation des résultats trimestriels plus tôt ce mois-ci. Le marché s'est réveillé, et le titre a fait un bond de 12% en 3 séances au début d'août.

Si la décision de vendre à Burger King a étonné plusieurs observateurs, elle a créé beaucoup de valeur additionnelle pour les actionnaires avec l'appréciation de près de 30% du titre cette semaine.

«Cette transaction nous permettra d'être plus audacieux. Ma conviction vient de la confiance que j'ai en Burger King et 3G Capital, des partenaires jeunes, agressifs et actifs», a souligné Marc Caira pendant la conférence téléphonique de mardi.

L'annonce de la transaction survient au moment où Marc Caira commençait à peine à se sentir à l'aise dans son rôle de PDG.

Le fruit de sa réflexion et de son approche pour faire grandir Tim Hortons avait d'ailleurs été dévoilé à la fin du mois de février dans son plan stratégique pour les prochaines années. C'est aussi à la fin de l'hiver que les premières discussions au sujet du rachat de l'entreprise ont commencé avec les représentants de la firme privée d'investissement 3G Capital, actionnaire de contrôle de Burger King.

Marc Caira continuera à diriger Tim Hortons dans la nouvelle entreprise qui sera formée avec Burger King.

Il ajoutera à ses tâches le rôle de vice-président du conseil d'administration de la nouvelle société qui regroupera Tim Hortons et Burger King. Il s'occupera de la stratégie du groupe et du développement des affaires à l'échelle mondiale, en plus d'épauler le PDG de la nouvelle entité, Daniel Schwartz, qui est presque deux fois plus jeune que lui.

«Nous pouvons apprendre et utiliser l'expertise de Burger King», a dit Marc Caira en conférence téléphonique cette semaine.

«Nous pourrons utiliser leurs infrastructures et leur réseau mondial. Ça nous permettra de partager avec le monde entier ce que les Canadiens connaissent et aiment.»

Marc Caira

60 ans

PDG de Tim Hortons

Bureau: Oakville (Ontario)

Salaire annuel: 910 000$CAN

Rémunération totale en 2013: 3,4 millions CAN

Daniel Schwartz... (Photo fournie par Burger King) - image 2.0

Agrandir

Daniel Schwartz

Photo fournie par Burger King

Daniel Schwartz: le jeune roi

Même s'il n'avait jamais travaillé dans le secteur de la restauration rapide jusqu'à tout récemment, Daniel Schwartz n'est pas devenu le «Roi du Burger» par accident.

Il a grandi à Albertson, une banlieue cossue de Long Island, dans l'État de New York. Après des études universitaires à Cornell au tournant des années 2000, où son nom s'est retrouvé sur la liste d'honneur du doyen, il a travaillé une dizaine d'années pour des firmes comme Credit Suisse First Boston, Altair Capital (un fonds spéculatif) et 3G Capital.

Il y a trois ans, il a fait partie de la liste des 40 personnes à suivre qui n'ont pas encore 40 ans du magazine Treasury&Risk.

En 2008, à sa troisième année chez 3G Capital, il est devenu associé au sein de la firme. Deux ans plus tard, il a aidé à préparer et a supervisé l'acquisition de Burger King par 3G Capital, pour 4 milliards US. Nommé chef des finances de Burger King peu de temps après la transaction, il est devenu PDG en juillet 2013.

Il deviendra PDG de la nouvelle entreprise qui chapeautera Burger King et Tim Hortons. «Nos téléphones sonnent déjà pour s'enquérir des possibilités de participer au développement de Tim Hortons à travers le monde», a dit Daniel Schwartz durant la conférence téléphonique organisée mardi avec les journalistes.

«Ce qui ajoutera de la valeur pour les franchisés et les actionnaires à long terme n'est pas le taux d'imposition, mais bien l'ajout de restos et la hausse des ventes», a-t-il aussi indiqué.

Comme il est responsable de la gestion quotidienne des activités du groupe, il faudra voir si son bureau principal restera à Miami ou s'il viendra s'installer au Canada dans le siège social de la nouvelle entreprise.

Son jeune âge ne semble pas nuire à son efficacité et à sa crédibilité. Schwartz est perçu comme un spécialiste de la réduction des coûts qui ne ménage pas les efforts. «C'est un travailleur acharné», dit un de ses anciens professeurs, cité le mois dernier par Bloomberg Businessweek.

Warren Buffett vient en quelque sorte lui aussi d'endosser Daniel Schwartz en acceptant d'injecter 3 milliards US pour financer le rachat de Tim Hortons par Burger King.

Daniel Schwartz semble également bien s'entendre avec Bill Ackman, cet investisseur activiste à la tête de Pershing Square. Ackman, par l'entremise de Pershing, est le deuxième actionnaire de Burger King.

La relation d'affaires développée entre Burger King et Carrols Corporation a par ailleurs débouché, il y a deux ans, sur l'entrée de Schwartz au conseil d'administration de Carrols. Cette entreprise de Syracuse inscrite au NASDAQ est un important franchisé de Burger King (plus de 570 dans 13 États américains).

La performance boursière de Burger King depuis son retour en Bourse il y a deux ans est exceptionnelle. Et elle s'est amplifiée depuis l'arrivée de Schwartz aux commandes, l'été passé. La progression de l'action de Carrols en Bourse est également intéressante depuis quelques années. Le plus récent exercice financier de Carrols a toutefois encore été déficitaire. La réduction de la perte annuelle en 2013 a cependant été attribuée par les dirigeants à l'efficacité des initiatives mises de l'avant par la haute direction de Burger King.

Daniel Schwartz

33 ans

PDG de Burger King

Bureau: Miami (Floride)

Salaire annuel: 600 000$US

Rémunération totale en 2013: 4,7 millions US




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer