Staples fermera plus de 10% de ses magasins en Amérique du Nord

Le détaillant américain Staples (SPLS), dont les magasins... (PHOTO MIKE BLAKE, REUTERS)

Agrandir

PHOTO MIKE BLAKE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Le détaillant américain Staples (SPLS), dont les magasins québécois sont exploités sous la bannière Bureau en Gros, a annoncé jeudi qu'il fermerait plus de 10% de ses établissements en Amérique du Nord d'ici la fin de l'année prochaine, après avoir fait état de résultats financiers inférieurs aux attentes.

Staples est le deuxième grand détaillant à avoir annoncé cette semaine d'importantes fermetures de magasins. Son annonce constitue une preuve de plus que la façon dont les Américains font leurs achats est en train de modifier sérieusement le secteur du commerce de détail.

La plus importante chaîne de magasins de fournitures de bureau aux États-Unis a expliqué jeudi que près de la moitié de ses ventes avaient maintenant lieu en ligne, ajoutant qu'elle cherchait à réduire ses coûts et à devenir plus rentable. L'entreprise entend fermer jusqu'a 225 magasins nord-américains dans le cadre d'un programme devant lui permettre d'économiser quelque 500 millions $ US d'ici la fin de 2015.

La société avait déjà fermé des douzaines d'établissements l'an dernier.

Staples n'a pas précisé combien d'emplois seraient sacrifiés et où auraient lieu les fermetures.

Staples, installé à Framingham, au Massachusetts, a enregistré un bénéfice net ajusté de 1,16 $ US par action pour l'exercice 2013, soit largement moins que celui de 1,21 $ US à 1,25 $ US par action auquel la chaîne s'attendait.

La société a vu ses profits presque tripler au quatrième trimestre, mais ce résultat se compare aux pertes subies un an plus tôt, alors qu'elle a fait état de 176,6 millions $ US de frais de restructuration relatifs à la fermeture de magasins.

Staples a enregistré un bénéfice net de 212,4 millions $ US, ou 33 cents US par action, lors de la période de trois mois terminée le 1er février. Ses revenus ont chuté de 11%, à 5,87 milliards $ US, en partie parce que le même trimestre de 2012 comportait une semaine de plus.

Ces résultats ont aussi été inférieurs aux attentes de Wall Street.

La récession a durement touché des chaînes comme Staples, qui font aussi face à une concurrence accrue en ligne, en plus de celle des magasins à prix réduit. Le phénomène touche tout le secteur du commerce de détail, peu importe que les entreprises vendent des vêtements, des livres ou des appareils électroniques.

Staples compte 1846 magasins en Amérique du Nord, la plupart d'entre eux aux États-Unis.

Lundi, RadioShack a fait part de son intention de fermer jusqu'à 1100 magasins, soit environ un cinquième de ses points de vente aux États-Unis, en raison de pertes accrues durant la plus récente période des achats de fin d'année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer