Quand la bière coûte moins cher que le jus

L'association qui regroupe les grands brasseurs souhaite que la... (Photo Rick Wilking, Archives Reuters)

Agrandir

L'association qui regroupe les grands brasseurs souhaite que la formule de calcul du prix minimum de la bière soit modifiée, même si les ventes de ses membres risquent d'en souffrir.

Photo Rick Wilking, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

La bière se vend maintenant moins cher que le jus de canneberge et le ketchup. Une situation qui envoie un mauvais signal au consommateur, en particulier les personnes vulnérables, croit l'association qui regroupe les grands brasseurs. Elle souhaite que la formule de calcul du prix minimum soit modifiée, même si les ventes de ses membres risquent d'en souffrir.

Une préoccupation

« Pour nous, [le bas prix de la bière] est une préoccupation, dit Patrice Léger Bourgoin, directeur général de l'Association des brasseurs du Québec (ABQ). Quand un produit de consommation courante se vend le même prix qu'un litre de bière, c'est que tu banalises la perception que le consommateur peut avoir de la bière. Et la bière n'est pas un produit de consommation courante. »

Bière, ketchup et jus de canneberge (prix au litre)

Bière : 3,66 $ (moyenne pour 2015)

Ketchup Heinz : 4,49 $ (4,49 $ sur iga.net cette semaine)

Jus de canneberge frais du Québec de marque Tradition (6,99 $ la bouteille de 950 millilitres sur iga.net)

Jus de canneberge fait à partir de concentré : 2,09 $ (chez Walmart)

Au Québec, la vente de la bière est soumise à un prix minimum depuis 1993. Le prix est ajusté annuellement le 1er avril en fonction de l'indice des prix à la consommation (IPC).

Un prix qui ne bouge pas

Quoi qu'il en soit, le prix moyen de la bière n'a pas bougé depuis 10 ans au Québec en raison de la forte concurrence entre les détaillants qui ont le droit de vendre de la bière.

D'une province à l'autre, la différence de prix est telle que les Néo-Brunswickois se ruent dans les dépanneurs de Listuguj, au Québec, depuis qu'un juge a acquitté, le 29 avril, un habitant de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, d'accusations d'importations illégales de bière.

Un écart de prix considérable

Prix de vente moyen de la caisse de 24 bouteilles

  • Québec : 29,99 $
  • Ontario : 38,50 $
  • Nouveau-Brunswick : 45,98 $

Source : Association des brasseurs du Québec

Une question de santé publique

Sans nécessairement réclamer un redressement du prix minimum de la bière, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a rappelé aux parlementaires, au moment des consultations sur le projet de loi 88 sur la commercialisation des boissons alcooliques artisanales, l'importance d'apporter des limites à l'accessibilité économique de l'alcool pour limiter ses conséquences sur la santé publique. Un résidant du Québec a accès en moyenne à 16 points de vente d'alcool à une distance de moins de 1 kilomètre de son domicile.

« Le règlement est une mesure de prévention, souligne l'Institut dans son mémoire. Avoir un prix minimum a l'avantage d'empêcher la vente d'alcool bon marché et a des effets dissuasifs sur deux populations cibles : les buveurs excessifs et les jeunes. »

De plus en plus abordable

Mais le prix minimum est-il encore efficace ? L'INSPQ indique, dans son mémoire, que la consommation d'alcool par habitant est en augmentation depuis 15 ans, de même que la consommation excessive d'alcool chez les buveurs, qui est passée de 18 % en 2000 à 23 % en 2011-2012.

L'Institut ne fait pas le lien de cause à effet, mais une étude de l'ABQ démontre qu'il faut travailler de moins en moins longtemps pour s'acheter une caisse de bière.

En 1996, un travailleur au salaire minimum devait travailler presque 45 minutes pour acheter une caisse de six bouteilles, la porte d'entrée de la catégorie. Vingt ans plus tard, il paie sa caisse en travaillant 36 minutes.

Produit-vedette des circulaires

Qui plus est, la bière est devenue un produit d'appel. La circulaire de la fête des Mères de Metro proposait 8 $ de rabais à l'achat de deux caisses de 24 de Budweiser ou de Molson Canadian pour un prix après réduction de 51,98 $. Une promotion qui donne un prix au litre de 3,18 $ - le prix minimum étant de 3,17 $.

« Des pratiques commerciales inacceptables, qui consistent à se servir de la bière comme produit d'appel pour attirer les clients dans leur établissement », critique dans son dernier rapport le Conseil d'éthique de l'industrie québécoise des boissons alcooliques, présidé par Claude Béland, ex-président de Desjardins.

Un mécanisme détraqué

Le problème est que le mécanisme d'ajustement du prix minimum de la bière est détraqué, selon l'ABQ. Depuis 2005, l'inflation des aliments a été plus importante que l'inflation en général. Dans les autres provinces, le mécanisme d'ajustement du prix est différent. Seule l'Alberta n'a pas de prix plancher.

L'ABQ souhaite que le prix minimum évolue en fonction de l'inflation des aliments. Tant pis si ses membres perdent des ventes.

« Je préfère vendre des produits qui ne sont pas associés à des enjeux de santé publique », se défend M. Léger Bourgoin. Quant à l'impact sur la rentabilité, il serait négligeable, d'après lui.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer