Porc du Québec: enfin à armes égales avec les États-Unis

Selon les Éleveurs de porcs du Québec, ce... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE)

Agrandir

Selon les Éleveurs de porcs du Québec, ce n'est pas demain la veille que nos coupes de viande prendront abondamment la route de la Corée du Sud.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE

Les Éleveurs de porcs du Québec espèrent qu'Ottawa annoncera effectivement la conclusion d'un accord de libre-échange avec la Corée du Sud comme l'écrivait La Presse il y a quelques jours. Une telle entente leur permettrait de se battre à armes égales contre les éleveurs américains et de regagner ce marché, croient-ils.

«La Corée est un marché à forte valeur ajoutée pour nous. Les États-Unis nous ont damé le pion. Parce qu'ils bénéficient d'un traitement préférentiel, nous sommes moins concurrentiels qu'eux, mais nous avons espoir de regagner le marché. Tout ce qui peut nous donner accès à de nouveaux marchés est accueilli positivement puisque nous exportons 71% de notre production», a commenté la porte-parole Gaëlle Leruste, précisant que des représentations avaient été faites auprès du gouvernement fédéral «pour une conclusion rapide» des discussions.

La représentante de l'association rappelle toutefois que ce n'est pas demain la veille que nos coupes de viande prendront abondamment la route de la Corée du Sud. En Europe, les exportations ne commenceront pas avant «7 ou 8 ans», affirme-t-elle, malgré l'annonce l'automne dernier d'une entente de principe avec l'Union européenne.

Cap vers l'Asie

Cela dit, l'Asie est le «meilleur marché» du monde pour les éleveurs québécois, étant donné qu'on y consomme des coupes considérées comme «haut de gamme», notent Les Éleveurs de porcs du Québec.

«L'Asie, c'est l'avenir de l'industrie porcine québécoise, renchérit Richard Vigneault, directeur des communications d'Olymel, qui possède des bureaux à Séoul et à Tokyo. S'il y a un accord avec la Corée, c'est évident qu'on va s'en réjouir. Depuis deux ans, on est en train de perdre ce marché complètement à cause de l'entente avec les États-Unis.»

En 2012, première année de l'entrée en vigueur de l'accord entre les États-Unis et la Corée, les exportations canadiennes vers ce pays ont chuté de 30%, ce qui représente une perte de 1,5 milliard de dollars.

Les Éleveurs de porcs du Québec représentent les intérêts de 3496 éleveurs.

TARIFS IMPOSÉS PAR LA CORÉE DU SUD SUR LES IMPORTATIONS DE PORC

Porc frais:

> États-Unis: 15,75%

> Canada: 22,5%

Porc congelé:

> États-Unis: de 0 à 8%, selon les coupes

> Canada: 25%

Sous-produits et abats:

> États-Unis: 0%

> Canada: 18%

VALEURS DES EXPORTATIONS DE PORCS QUÉBÉCOIS EN CORÉE DU SUD

(En millions de dollars canadiens)

2013: 33,5

2012: 48,5

2011: 92,2

2010: 42,4

2009: 52,5




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer