Les détenteurs de cartes de crédit facilement identifiables

Des bribes d'informations obtenues sur la carte de crédit, comme l'endroit et... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Des bribes d'informations obtenues sur la carte de crédit, comme l'endroit et le jour où on achète un café, suffisent à identifier son détenteur, affirme une recherche.

Ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, nord-est des États-Unis) et de l'Université Aarhus au Danemark ont pu retrouver l'identité de 90% des personnes détentrices de cartes de crédit avec seulement quatre informations, comme le lieu et la date de la transaction.

Avec le montant de l'achat ou du remboursement d'un article, la possibilité de retrouver le nom de la personne augmente de 22%, précisent-ils dans leur étude publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Ces travaux visaient à évaluer l'efficacité du système de protection de l'identité des détenteurs de cartes de crédit dans les banques de données (banques, magasins etc...).

Les chercheurs ont analysé les informations financières de 1,1 million de personnes pendant trois mois dans un pays non identifié de l'OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économique).

Ces données avaient été rendues anonymes, à savoir que les noms et les numéros de compte ou tout autre identifiant simple avaient été effacés.

Même quand les données anonymes sont moins spécifiques, par exemple lors d'un achat effectué dans une zone géographique et pas dans un magasin spécifique, ou durant plusieurs jours au lieu d'une date précise, l'identité des acheteurs peut être néanmoins retracée avec quelques données de plus, affirment ces scientifiques.

Ils ont aussi constaté que les femmes et les individus avec de hauts revenus sont plus aisément identifiables. Selon ces chercheurs, ces personnes ont des façons distinctives de partager leur temps dans chacun des magasins où elles se rendent.

Ces travaux montrent, selon leurs auteurs, que des technologies plus avancées sont nécessaires pour protéger l'anonymat des données financières et des informations sur la vie privée en général.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer