Le Toronto Star achète la plateforme La Presse +

«Le Toronto Star, c'était notre cible première, car c'est... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

«Le Toronto Star, c'était notre cible première, car c'est le quotidien numéro un au Canada, dit Guy Crevier, président et éditeur de La Presse. Là, tout un marché publicitaire s'ouvre à nous. Les clients vont pouvoir produire pour nous.»

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si le Toronto Star s'est tourné vers La Presse +pour son virage numérique plutôt que de développer sa propre application, c'est qu'il y avait urgence pour le quotidien torontois de pénétrer le marché anglophone avant la concurrence.

«C'est important de se lancer dans le marché rapidement avec un produit supérieur», affirme John Cruickshank, éditeur du Toronto Star et président du Groupe Star Media, en entretien avec La Presse Affaires. «On a regardé les résultats de La Presse + et on est très encouragés. Par ailleurs, comme bien d'autres quotidiens, nous avons souffert d'un déclin significatif des ventes publicitaires dans le papier. Il nous fallait ainsi trouver une meilleure solution numérique, en complément de nos produits Internet et mobile.»

«Un vrai partenariat»

Tel qu'annoncé hier matin, le Toronto Star aura son application pour tablette à l'automne 2015, soit près de deux ans et demi après le lancement de La Presse +. «Je sens que les annonceurs nationaux vont être très contents, dit John Cruickshank. Ils sont impatients de voir ce que nous pourrons leur offrir.» Le montant de la transaction reste secret. «Mais c'est un vrai deal, affirme Guy Crevier, président et éditeur de La Presse. La Presse va avoir un revenu tiré de la vente de la plateforme. Cela dit, la collaboration va être plus grande qu'une simple transaction.»

«Nous établirons un vrai partenariat, ajoute John Cruickshank. On paie autant pour une plateforme que pour des services et de la formation.»

Le Toronto Star pourra faire développer des fonctionnalités de l'application par les 70 employés dédiés à la chose à La Presse. Ce virage marqué du Toronto Star dans l'univers numérique entraînera notamment l'embauche de plusieurs employés.

Résultats de Torstar

L'éditeur du Toronto Star, Torstar, a également publié ses résultats du troisième trimestre hier. Le bénéfice net s'est chiffré à 125,3 millions $, soit 1,56 $ par action, pour son troisième trimestre, un résultat gonflé par la vente de la division des romans Harlequin. En comparaison, Torstar avait affiché une perte de 70,9 millions $, ou 89 cents par action, pour la même période l'an dernier.

En excluant la vente de Harlequin, la société a fait état d'une perte des activités poursuivies de 87 millions $, ou 1,08 $ par action, comparativement à une perte de 80,2 millions $, ou 1,01 $ par action, à la même période l'an dernier.

Les revenus d'exploitation ont glissé à 199,9 millions $, contre 215,7 millions $ au troisième trimestre de l'année dernière.

Torstar a vendu Harlequin au groupe médiatique mondial News Corp. pour 455 millions $ plus tôt cette année. La société a indiqué avoir utilisé une partie du produit de la vente, conclue en août, pour réduire sa dette.

En plus du Toronto Star, Torstar publie le Hamilton Spectator, le Waterloo Region Record, le Guelph Mercury et plus de 100 journaux communautaires en Ontario. Torstar est aussi propriétaire du Free Daily News Group, qui publie les quotidiens Metro de langue anglaise dans plusieurs villes canadiennes et plusieurs médias numériques comme toronto.com et workopolis.com.

Avec La Presse Canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer