La sortie inspirante de Tim Cook

Tim Cook, grand patron d'Apple, a fait une... (Lucy Nicholson, archives REUTERS)

Agrandir

Tim Cook, grand patron d'Apple, a fait une sortie du placard remarquée.

Lucy Nicholson, archives REUTERS

Sylvain Larocque
La Presse

On ne compte plus les personnalités qui ont fait leur coming-out, mais celui du grand patron d'Apple, Tim Cook, a attiré l'attention sur une dure réalité: le très faible nombre de dirigeants d'entreprise ouvertement gais. À cet égard, les hautes sphères du pouvoir économique rivalisent avec le sport professionnel.

Un cas canadien

Au Canada, aucun PDG d'une entreprise d'envergure n'est sorti du placard. Le dirigeant le plus haut placé à l'avoir fait est probablement Timothy Thompson, chef de l'exploitation de Gestion de placements TD.

«Il n'y a pas beaucoup d'exemples, reconnaît M. Thompson au cours d'un entretien avec La Presse Affaires. C'est fantastique que quelqu'un de la stature de Tim Cook, PDG de l'entreprise qui a le mieux réussi dans le monde, affirme qu'il est gai.»

Tim Thompson a beau travailler pour l'une des entreprises canadiennes les plus progressistes à l'endroit de la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres), il n'a fait son coming-out qu'en 2007, soit 17 ans après son entrée à la TD et 13 ans après que l'institution eut commencé à accorder des droits aux couples de même sexe.

«J'avais besoin de sentir que l'entreprise était vraiment sérieuse dans son engagement envers les LGBT, explique-t-il. Je ne cachais pas nécessairement mon orientation sexuelle, mais je n'étais certainement pas ouvert à propos de ça.»

En fait, c'est sa supérieure qui l'a convaincu de faire sa sortie du placard. «Elle m'a tendu la main, et j'ai accepté d'en parler», relate-t-il.

M. Thompson occupait déjà un poste de premier vice-président, l'un des plus élevés au sein de la banque. Mais comme tous ceux qui hésitent à s'ouvrir sur leur sexualité, il craignait d'être mal perçu par ses collègues et de nuire à sa carrière.

«Il y a toujours une tension interne qui amène à se demander si on a vraiment besoin de sortir du placard, souligne le dirigeant. Les gens qui ne sont pas LGBT ne réalisent peut-être pas complètement que c'est plus difficile à faire qu'on pourrait le penser.»

Denis Lefebvre, PDG de Proaction, une firme de consultation de 120 employés, n'a jamais senti le besoin de faire un coming-out en bonne et due forme. «Il y a des gens qui savent que je suis gai, il y en a qui le devinent, d'autres qui n'ont aucune idée. Mais je n'ai jamais senti que j'ai perdu un contrat à cause de ça.»

Plusieurs dirigeants d'entreprise LGBT s'ouvrent à leurs collègues proches, mais sans plus. Martine Roy, directrice de comptes chez IBM et fondatrice de l'organisme Fierté au travail Canada, croit toutefois que les personnes LGBT ont besoin de plus de modèles provenant du milieu des affaires.

«On nous dit souvent «c'est ma vie privée, je ne veux pas aller sur la place publique avec ça», raconte-t-elle. Mais si personne ne le fait, comment va-t-on aider à rendre la société plus inclusive?»

Un effet libérateur

C'est sans compter que pour les principaux intéressés, le coming-out est souvent très bénéfique sur le plan personnel. «Pour moi, ç'a été libérateur. Le lundi matin, je suis content de pouvoir parler de mes activités du week-end avec mon chum», relate Guillaume Pleau, président de la chambre de commerce gaie du Québec.

Tout indique qu'avec le nombre grandissant de jeunes gens d'affaires ouvertement LGBT, les dirigeants issus de cette communauté seront de plus en plus visibles au fil des ans. Pour l'instant, outre M. Cook, les deux seuls autres PDG LGBT d'entreprises cotées en Bourse sont Christopher Bailey (Burberry) et Martine Rothblatt (United Therapeutics).

La déclaration

Pour la première fois, Tim Cook a ouvertement déclaré son homosexualité hier dans une lettre publiée par Businessweek.

«Je suis fier d'être homosexuel, et je considère le fait d'être homosexuel comme le plus grand don que Dieu m'a fait.»

«Je ne me considère pas comme un militant, mais je réalise combien j'ai profité du sacrifice d'autres personnes. Donc si entendre que le patron d'Apple est homosexuel peut aider quelqu'un qui a du mal à s'accepter, ou apporter du soutien à quelqu'un qui se sent seul, ou inspirer les gens qui insistent sur leur égalité, alors cela vaut le coup d'exposer ma propre vie privée.»

«Être homosexuel m'a donné une meilleure compréhension de ce que faire partie d'une minorité signifie, et m'a ouvert une fenêtre sur les difficultés auxquelles les gens d'autres groupes minoritaires sont confrontés chaque jour. Cela m'a aussi donné la peau d'un rhinocéros, ce qui est utile quand vous êtes le patron d'Apple.»

Tim Cook

> 53 ans

> Originaire de Mobile, Alabama

> PDG d'Apple depuis 2011

> Après 12 ans chez IBM, entre autres, il a rejoint Steve Jobs chez Apple en 1998

> Titulaire d'un MBA de Duke University

> Rémunération en 2013: 4,3 millions US et 69,6 millions US en options exercées

Sources: Apple Insider, Apple




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer