Allergan va licencier 1500 salariés

Allergan est le fabricant américain du traitement antirides... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Allergan est le fabricant américain du traitement antirides Botox.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le groupe pharmaceutique américain Allergan (AGN), cible d'une tentative de rachat hostile de son concurrent canadien Valeant (T.VRX), a annoncé lundi qu'il allait licencier environ 1500 salariés, soit une réduction de 13% de ses effectifs mondiaux.

Le laboratoire annonce en outre dans son communiqué la suppression de 250 postes actuellement vacants.

Ces coupes interviennent dans le cadre d'une restructuration devant être réalisée «durant le reste de l'année 2014» , et qui permettra au groupe d'économiser 475 millions de dollars avant impôts par an à partir de 2015.

Dans l'immédiat, cela se traduira par une charge exceptionnelle située entre 375 et 425 millions de dollars avant impôts et destinée essentiellement à couvrir des indemnités de licenciement.

Allergan explique vouloir réduire ses dépenses dans ses activités commerciales, administratives, de production comme de recherche-développement.

Il assure toutefois que tous ses programmes cliniques de recherche-développement seront poursuivis, et que ses réductions d'effectifs n'auront pas d'impact sur son programme de demande de mise sur le marché pour de nouveaux produits.

Allergan est actuellement l'objet d'une offre d'achat hostile à 53,5 milliards de dollars du groupe pharmaceutique canadien Valeant, officiellement ouverte le 18 juin et courant jusqu'au 15 août.

Le conseil d'administration d'Allergan a rejeté l'offre à plusieurs reprises.

Son premier actionnaire avec près de 10% du capital, le fonds d'investissement Pershing Square du milliardaire américain Bill Ackman, s'est toutefois associé à Valeant pour le lancement de l'OPA.

Selon le Wall Street Journal, qui cite une source proche du dossier, Allergan aurait par ailleurs perdu le soutien d'un autre grand actionnaire, le fonds Capital Research and Management Co, qui s'est séparé de la presque totalité de ses titres.

Le moment exact de la vente n'est pas connu. Dans le dernier pointage fourni mi-mai au gendarme boursier américain (SEC), le fonds disait détenir pour 2,3 milliards de dollars d'actions Allergan, représentant quelque 6,3% du capital.

Allergan a annoncé parallèlement lundi des résultats meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre.

Son bénéfice net a progressé de 13% à 417 millions de dollars, et son bénéfice par action, la référence pour Wall Street, a dépassé de 7 cents la prévision moyenne des analystes à 1,51 dollar.

Le chiffre d'affaires trimestriel a augmenté pour sa part de 17% à 1,86 milliard de dollar, dépassant le consensus qui était seulement de 1,77 milliard.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer