Restructuration historique chez Microsoft

La restructuration de Microsoft est liée en grande... (Photo archives Reuters)

Agrandir

La restructuration de Microsoft est liée en grande partie (12 500 postes) à l'intégration du fabricant de téléphones portables Nokia, dont le rachat juste finalisé avait été l'une des dernières décisions du précédent patron, Steve Ballmer.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau PDG de Microsoft, Satya Nadella, a annoncé hier un plan de restructuration impliquant environ 18 000 licenciements, soit plus du triple des plus importantes compressions effectuées jusqu'à présent par l'entreprise.

Acquisition de Nokia

La part du lion (12 500) des licenciements est attribuable à l'acquisition de Nokia, annoncée en septembre 2013 et conclue à la fin d'avril 2014. C'est un peu moins du tiers des 32 000 employés que Microsoft estimait récupérer avec l'achat de Nokia lors de l'annonce.

Microsoft avait promis de dégager des économies annuelles de 600 millions US dans la période de 18 mois suivant la transaction, et M. Nadella s'y est de nouveau engagé dans son courriel aux employés hier.

Depuis l'arrivée de l'ancien de Microsoft, Stephen Elop, à la tête de Nokia, en septembre 2010, plus de 50 000 employés ont été remerciés. M. Elop continue à diriger la division matérielle de Microsoft.

Le mobile au coeur de la relance

Le mobile est au coeur de la relance de Microsoft. Le chef des opérations Kevin Turner en avait donné un aperçu plus tôt cette semaine en confiant qu'il fallait maintenant considérer la part de marché de l'entreprise comme étant de 14%, et non plus de 90%, puisque les appareils mobiles doivent être considérés au même niveau que les ordinateurs personnels.

Dans un courriel aux employés de son groupe, Stephen Elop a expliqué hier que l'entreprise «se concentrera particulièrement à créer un marché pour Windows Phone», le système d'exploitation mobile du groupe. Pour ce faire, elle ciblera d'abord les appareils de milieu de gamme, dont la croissance est forte, et abolira la gamme Nokia X, dérivée d'Android.

Plusieurs postes de cadres éliminés

Il n'y a toutefois pas que Nokia. Les 5500 postes restant éliminés à même «l'ancienne Microsoft» rivalisent avec le record de 5800 supprimés pendant l'année 2009, en pleine récession.

Toutes divisions confondues, environ 13 000 postes devraient être supprimés à très court terme, et la grande majorité des 18 000 employés visés seront avisés d'ici six mois, a indiqué Satya Nadella.

La restructuration impliquera un aplatissement de la structure hiérarchique et l'élimination de postes de cadres intermédiaires. Le rôle de chacun sera aussi revu pour rendre tout le monde plus responsable de son travail, a annoncé le PDG.

Toutes les divisions devraient être touchées, mais Microsoft Canada n'a pas voulu hier se prononcer sur le sort de ses 1200 employés.

L'accent sur l'innovation

Microsoft doit augmenter son niveau d'innovation et il faudra attendre à mardi prochain, à l'occasion de la divulgation des résultats trimestriels, pour entendre Satya Nadella «partager plus de détails sur comment nous allons concentrer nos investissements en innovation».

L'entreprise répartira sur ses quatre prochains trimestres une charge allant de 1,1 à 1,6 milliard US liée à cette restructuration. En Bourse hier, les investisseurs ont d'abord salué la nouvelle, faisant bondir l'action d'environ 3,5%. La ferveur s'est ensuite atténuée, et le titre a terminé la journée en hausse de 1%, à 44,53 $US.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer