Le milliardaire Bill Ackman accentue la pression sur Allergan

Allergan est le fabricant américain du traitement antirides... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Allergan est le fabricant américain du traitement antirides Botox.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le milliardaire américain Bill Ackman a accentué la pression lundi sur le laboratoire pharmaceutique Allergan (AGN), dont il est le premier actionnaire, en convoquant une réunion extraordinaire du conseil d'administration pour discuter de la dernière offre d'achat relevée du canadien Valeant (T.VRX).

L'un des buts de cette réunion vise aussi à révoquer six membres sur neuf du conseil d'administration du groupe californien, selon des documents boursiers.

M. Ackman reproche au conseil d'administration d'Allergan de ne s'être toujours pas assis à la table des négociations avec Valeant pour discuter de la proposition du groupe canadien.

Il a besoin de l'accord de 25% au moins des actionnaires pour pouvoir tenir cette réunion extraordinaire, est-il précisé dans les documents. M. Ackman détient 9,7% du capital d'Allergan.

«Allergan exhorte ses actionnaires à ne rien faire tant que le conseil d'administration est encore en train d'examiner l'offre» de Valeant, a aussitôt répliqué le groupe pharmaceutique californien.

Valeant a ajouté quelques milliards de dollars vendredi pour mettre la main sur Allergan. Il offre désormais 53,5 milliards de dollars, contre 45,6 milliards de dollars au départ et 49,4 milliards mercredi dernier.

Le groupe canadien et Bill Ackman, via son fonds d'investissement Pershing Square, sont associés pour faire passer Allergan dans le giron de Valeant.

Le groupe californien résiste à ces assauts.

M. Ackman semble perdre patience, d'autant qu'Allergan est assez vif dans ses critiques du laboratoire canadien.

La semaine dernière, l'américain avait dénigré Valeant en critiquant son modèle économique.

Allergan avait notamment qualifié de factice, car basée sur une augmentation des prix de ses produits et non un développement de nouveaux traitements, la spectaculaire croissance du groupe dont le siège social est à Laval en banlieue de Montréal.

Valeant a basé sa stratégie sur la multiplication d'acquisitions, dont environ deux douzaines sur les quatre dernières années.

En Bourse, les nouvelles pressions de M. Ackman semblaient convaincre les investisseurs qu'Allergan allait finir par céder: le titre gagnait 2,01% à 170,82 dollars vers 12h15, tandis que Valeant prenait 0,64% à 132,05 dollars.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer