• Accueil > 
  • Affaires 
  • > Les technologies financières se portent bien à Montréal 

Les technologies financières se portent bien à Montréal

La Presse a dévoilé hier la décision de... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE)

Agrandir

La Presse a dévoilé hier la décision de la firme londonienne IOCS-Dealflo d'implanter son premier centre nord-américain de développement de logiciels à Montréal.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des interlocuteurs du milieu émergent des technologies financières à Montréal, ou « fintech », se disent très motivés par les décisions d'entreprises originaires de Londres et de la Silicon Valley d'installer des centres de développement dans la métropole québécoise.

La Presse faisait état hier de la décision d'une firme londonienne de commerce électronique spécialisée en contrats d'affaires complexes, nommée IOCS-Dealflo, d'implanter à Montréal son premier centre nord-américain de développement de logiciels. Cette implantation prévoit la création d'au moins « 115 emplois hautement qualifiés » d'ici trois ans.

Entre-temps, une firme californienne spécialisée dans les systèmes de paiement électronique pour les entreprises financières et commerciales, nommée i2c, vient d'ouvrir dans l'édifice Sun Life du centre-ville de Montréal un centre de services aux clients et de développement de systèmes.

Il s'agit d'un quatrième centre de services hors des États-Unis pour i2c, après Singapour, Londres et Sydney, en Australie. Mais aussi du premier bureau hors de son siège social auquel i2c confie un mandat de développement technologique. Elle prévoit embaucher au moins 50 personnes à Montréal d'ici un an, en plus d'y investir quelque 20 millions US d'ici trois ans.

UNE PRIORITÉ

« Ce type d'implantation est une très belle nouvelle pour Montréal. Ça vient renforcer notre écosystème d'affaires et d'entrepreneurs en fintech », a commenté Mathieu Cardinal, directeur des communications de l'organisme sectoriel Finance Montréal.

Le développement des technologies financières est d'ailleurs l'une des priorités de Finance Montréal, en continuité de sa conférence annuelle - la quatrième aura lieu en septembre -, qui est devenue l'une des plus importantes dans ce secteur au Canada.

Dans les rangs d'entrepreneurs et d'investisseurs montréalais en fintech, on se réjouit aussi de l'attrait de la métropole pour les projets de développement pilotés par des firmes d'origine étrangère.

« C'est une excellente nouvelle pour la ville de Montréal. Le développement technologique et le mouvement fintech poursuivent leur croissance à Montréal, c'est très excitant », a commenté David Fernandez, un jeune comptable et financier devenu entrepreneur avec le lancement de Meridex, une entreprise spécialisée en transactions de devises par site web et à coûts moindres pour les PME.

David Fernandez est aussi cofondateur du réseau Finfusion MTL, qui regroupe une centaine d'entrepreneurs et d'investisseurs en technologies financières.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer