• Accueil > 
  • Affaires 
  • > Amende de plus de 825 000 $ contre l'ex «Goldman Boy» Fabrice Tourre 

Amende de plus de 825 000 $ contre l'ex «Goldman Boy» Fabrice Tourre

Fabrice Tourre, qui n'était qu'un simple courtier chez... (Photo Archives AFP)

Agrandir

Fabrice Tourre, qui n'était qu'un simple courtier chez Goldman Sachs, incarne pour le grand public les errances de Wall Street ayant mené à la crise financière.

Photo Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La justice américaine a confirmé mercredi une amende de plus de 825 000 dollars contre l'ex-courtier de Goldman Sachs, le Français Fabrice Tourre, jugé coupable de fraude boursière en août, d'après des documents judiciaires.

M. Tourre, qui prépare actuellement un doctorat d'économie à l'Université de Chicago, a indiqué qu'il envisageait d'engager de nouvelles actions judiciaires sans davantage de précisions, dans une déclaration transmise à l'AFP.

Fabrice Tourre, 35 ans, avait été reconnu responsable d'avoir trompé des investisseurs et réalisé des gains illicites lors de la création et de la vente de produits financiers complexes adossés à des prêts immobiliers à risque, du type de ceux qui ont été à l'origine de la crise des subprime dès l'été 2007.

Il avait alors été condamné à une amende de 910 000 dollars, alors que le gendarme américain de la Bourse (SEC) réclamait un peu plus d'un million de dollars de pénalités.

Mercredi, une juge du tribunal de Manhattan, Katherine Forrest, saisie fin janvier par M. Tourre qui demandait une réduction de son amende à 65 000 dollars maximum, a rejeté les demandes du Français.

Surnommé «Fabulous Fab» («Fab le Fabuleux»), M. Tourre va finalement devoir verser une amende de 650 000 dollars auxquels vient s'ajouter une somme de 175 463 dollars, équivalente à son bonus acquis lors de la réalisation de ces opérations frauduleuses.

Au total, son amende s'élève à 825 463 dollars et il lui est interdit de demander à son ex-employeur, Goldman Sachs, de s'en acquitter.

Il lui est aussi interdit de travailler sur les marchés pendant trois ans.

«Cette décision reflète la détermination de la SEC à requérir des sanctions importantes pour punir les responsables de mauvaise conduite et dissuader les autres de violer les lois fédérales», se réjouit dans un communiqué le régulateur.

«Je remercie profondément ma famille et mes amis pour leur soutien indéfectible», a réagi Fabrice Tourre, qui a grandi en région parisienne.

Il dit vouloir désormais se concentrer sur ses études et embrasser une carrière académique.

Fabrice Tourre, qui n'était qu'un simple courtier chez Goldman Sachs, incarne pour le grand public les errances de Wall Street ayant mené à la crise financière.

Il a fait des études prestigieuses à l'école Centrale de Paris puis à l'université de Stanford en Californie.

Fabrice Tourre était entré en 2001 chez Goldman Sachs, à l'époque la Mecque de Wall Street, pour sa culture élitiste et ses résultats financiers flamboyants.

Il travaillera sur les produits structurés dits «exotiques» dans lesquels sont spécialisés de nombreux ingénieurs issus des grandes écoles françaises.

D'abord à New York puis à Londres. Une carrière qui lui permet en 2007, l'année des faits incriminés par les autorités américaines, d'empocher un bonus de 1,7 million de dollars alors qu'il n'a que 28 ans.

La banque américaine Goldman Sachs avait elle aussi été poursuivie par la SEC pour la même affaire, mais elle était parvenue à un accord à l'amiable la même année pour un demi-milliard de dollars.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer