La chauve-souris se meurt au Québec

Le syndrome du museau blanc a frappé de... (Photo: Archives Reuters)

Agrandir

Le syndrome du museau blanc a frappé de plein fouet les grottes du Québec durant l'hiver 2010.

Photo: Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Allard
La Presse

La chauve-souris se meurt au Québec. Le syndrome du museau blanc décime des populations entières en une seule exposition. Jamais on n'a vu un déclin aussi foudroyant chez un groupe animal. Le petit mammifère volant est désormais menacé de disparition, avec des conséquences qu'on peine à mesurer. Batman lui-même ne saurait le sauver.

«Aux États-Unis, on a vu des hibernacles vidés à 99% de leurs chauves-souris, note Julie Faure-Lacroix, chiroptérologue et étudiante-chercheuse au Centre d'étude de la forêt de l'Université Laval. Au Québec, les inventaires effectués suggèrent une mortalité de 95%.» Ici, les plus grands hibernacles comptent 25 000 spécimens.

L'hiver 2010

Le syndrome du museau blanc (SMB) a frappé de plein fouet les grottes du Québec durant l'hiver 2010. «La contagion survient l'hiver parce que le champignon qui cause l'infection a besoin de froid et d'humidité pour proliférer», note Julie Faure-Lacroix. Tout l'est de l'Amérique du Nord est touché: 25 États américains et 5 provinces canadiennes. On estime les morts à 6 millions.

Le mycélium couvre de blanc le museau, les oreilles et les ailes. L'infection cause des démangeaisons et des réveils fréquents. «Les chauves-souris hibernent de 150 à 220 jours, elles ont une réserve énergétique limitée. Chaque réveil demande énormément d'énergie», dit Richard Brunet, expert-conseil en environnement et passionné de chauves-souris depuis 20 ans. Trop faibles et affamées, les chauves-souris ne survivent pas jusqu'au printemps. Dès février, c'est l'hécatombe.

Cinq espèces menacées

Le Québec compte huit espèces de chauves-souris, dont cinq sont cavernicoles. Ce sont elles qui sont menacées par le SMB. En décembre 2014, le gouvernement fédéral a désigné la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l'Est espèces «en voie de disparition». La grande chauve-souris brune et la chauve-souris pygmée de l'Est, aussi touchées, résisteraient mieux.

L'infection fongique se propage à grande vitesse, soit 300 km/année. Le premier cas en Amérique du Nord a été répertorié en 2006 dans la grotte de Howe, dans l'État de New York. «Le champignon, originaire d'Europe, aurait été amené par des spéléologues amateurs dont l'équipement était contaminé», avance Julie Faure-Lacroix.

Mais des chercheurs américains ont réussi à stopper la contamination dans certaines grottes grâce à une bactérie (Rhodococcus rhodochrous). Le traitement, expérimental, pourrait prévenir la propagation dans l'ouest de l'Amérique du Nord, où les chauves-souris ne sont pas encore infectées. Au Québec, il est probablement trop tard.

Quant aux États-Unis, on voit actuellement la population se stabiliser. «Ça donne espoir. Les solitaires, à l'écart du groupe, sont peut-être moins affectées. Y aurait-il de l'espoir dans l'introversion?», lance Mme Faure-Lacroix. Le hic: les chauves-souris vivent 30 ans et n'ont qu'un bébé par année. «La population se reconstituera donc très lentement. Il faudra attendre 200 ans avant de revoir les chauves-souris aussi nombreuses», dit Richard Brunet.

Agriculture en péril?

On craint un effet sur l'écosystème. La chauve-souris mange 600 insectes à l'heure, jusqu'à l'équivalent de son poids. Plusieurs de ses proies seraient nuisibles à l'agriculture et à la foresterie. Aux États-Unis, le SMB aurait engendré des coûts supplémentaires de 4 milliards en pesticides. Or, les insecticides constituent déjà une importante menace pour la chauve-souris...

La situation est à ce point critique que le gouvernement sollicite l'aide de la population pour répertorier les sites où des colonies de chauves-souris sont présentes. On souhaite promouvoir l'installation de dortoirs. Le SMB frappe fort, mais la perte d'habitats, les parcs éoliens et les tours de communication menacent aussi la chauve-souris cendrée, la chauve-souris argentée et la chauve-souris rousse. Des informations sur le nouveau site web: chauve-souris.ca.

Danger!

Mieux vaut éviter les blagues impliquant une chauve-souris! Selon un cas documenté, un jeune homme est mort après avoir été mordu par une chauve-souris... dissimulée dans son verre de bière. Environ 1% des chauves-souris seraient porteuses du virus de la rage, mortel pour l'homme. En cas de contact (même si l'animal est mort), on téléphone à Info-Santé 8-1-1.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer