Hausse mystérieuse de la mortalité des dauphins sur la côte Atlantique

Les scientifiques estiment qu'un «virus contagieux reste au... (PHOTO AFP/NOAA)

Agrandir

Les scientifiques estiment qu'un «virus contagieux reste au sommet de la liste des causes potentielles» de la mort de ces dauphins.

PHOTO AFP/NOAA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les autorités américaines ont dit vendredi enquêter sur une augmentation surprenante de la mortalité chez les grands dauphins le long de la côte Atlantique des États-Unis.

En juillet, 89 dauphins se sont échoués sur les plages de l'Atlantique et 35 autres ont été retrouvés morts jusqu'à présent en août, des chiffres inhabituellement élevés.

Les scientifiques tentent notamment de déterminer si un agent pathogène contagieux pourrait être à l'origine de ces morts, certains animaux ayant présenté des lésions pulmonaires.

Les chercheurs estiment qu'il s'agit «d'une mortalité inhabituelle» vu «le nombre inattendu et important de dauphins retrouvés morts» le long des côtes de New York, du New Jersey, du Delaware, du Maryland et de la Virginie - États de l'est des États-Unis - depuis début juillet.

«Les examens préliminaires de tissus d'un dauphin révèlent une possible infection par le morbillivirus bien qu'il soit encore trop tôt pour dire si le morbillivirus est à l'origine de ces décès», a expliqué l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) dans un communiqué.

Les morbillivirus provoquent surtout des lésions de l'appareil respiratoire et du système nerveux chez les cétacés.

Les scientifiques estiment qu'un «virus contagieux reste au sommet de la liste des causes potentielles» de la mort de ces dauphins.

La plupart étaient déjà morts lorsqu'ils ont été retrouvés. Seul un petit nombre était encore en vie lorsqu'ils se sont échoués, mais pour mourir peu après.

En Virginie par exemple, sept dauphins s'échouent en moyenne sur les côtes durant le mois de juillet. Cette année, les autorités en ont déjà recensés 45.

La dernière fois que le morbillivirus a été impliqué dans un accroissement similaire de la mortalité remonte à 1987-1988, quand plus de 740 grands dauphins s'étaient échoués le long des côtes s'étendant du New Jersey à la Floride, dans le sud-est des États-Unis.

La plupart des dauphins retrouvés morts ou mourants étaient des mâles, selon l'Aquarium et centre de science marine de Virginie (VAMSC) (sud-est).

«Les dauphins retrouvés étaient de tous âges, de toutes tailles, très décomposés ou encore très frais», a précisé Linda Candler, porte-parole du VAMSC.

Des tempêtes, des collisions avec des navires ou la pollution sont d'autres causes potentielles pouvant provoquer une forte mortalité des dauphins, selon les experts.

Mais dans ce cas, «les scientifiques pensent que cette mortalité massive ne résulte probablement pas d'une interaction humaine, mais d'un phénomène biologique», indique Linda Candler à l'AFP.

S'il s'agit d'une maladie, les autorités ne peuvent pas faire grand-chose, car «on ne peut malheureusement pas immuniser toute une population sauvage de dauphins», ajoute-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer