Source ID:; App Source:

Cannabis et infirmières sexy: Tilray coupe les ponts avec Namaste

Publicité

Le producteur de cannabis médical Tilray, un des six fournisseurs de pot de la Société québécoise du cannabis (SQDC), coupe les ponts avec Namaste, une compagnie qui a utilisé des infirmières sexy mercredi pour recruter de nouveaux clients de cannabis médical lors d'une soirée promotionnelle à Montréal.

Tilray en a fait l'annonce ce matin dans un courriel transmis à La Presse, après que la SQDC ait contacté sa direction pour lui demander de se conformer aux règles de promotion strictes du cannabis prévues dans les lois canadienne et québécoise.

Inscrite à la Bourse de Toronto et forte d'une capitalisation boursière de près d'un milliard de dollars, Namaste tente de contourner le monopole étatique de vente de cannabis de la SQDC en recrutant des clients en leur fournissant des prescriptions de cannabis médical de complaisance par Skype « en 10 minutes ». La prescription est octroyée par une infirmière praticienne de l'Ontario, alors qu'il est strictement interdit aux infirmières praticiennes du Québec de prescrire du cannabis.

Les clients étaient recrutés mercredi soir, dans un bar de Griffintown, par une dizaine de jeunes femmes vêtues de façon sexy, qui faisaient remplir des formulaires en ligne pour obtenir un rendez-vous. Le PDG de Namaste, Sean Dolliger, a assuré que modèle de recrutement, qualifié de révolutionnaire pendant la soirée promotionnelle où chantait le rappeur Snoop Dogg, qui performait sous le nom de DJ Snoopadelic, est « parfaitement légal ». 

Namaste promet ensuite à ses clients un accès à une plateforme de vente en ligne offrant plusieurs marques de cannabis médical, dont des produits de Tilray, un des six fournisseurs officiels de la SQDC, qui détient un contrat d'approvisionnement de 5000 kg avec la société d'État. Or, la SQDC, seul détaillant au Québec autorisé par la loi à vendre du cannabis récréatif à partir du 17 octobre, a demandé des comptes à Tilray, hier, après avoir été mise au courant des détails de la soirée par La Presse.

En réaction, Tilray a annoncé ce matin avoir coupé les ponts avec Namaste. « Nous n'étions pas conscients et nous n'avions pas approuvé les activités promotionnelles récentes de Namaste. Nous ne croyons pas que ces types d'activités légitimeront davantage le cannabis médical avec la communauté médicale », a déclaré la porte-parole Chrissy Roebuck dans un courriel.

C'est la deuxième fois que la SQDC menace un de ses fournisseurs de mettre fin à son contrat d'approvisionnement à cause du non-respect des lois sur le cannabis récréatif. En avril dernier, le producteur MedReleaf avait dû annuler une soirée promotionnelle tenue au Club Soda pour le lancement de sa marque récréative San Rafael '71, qui a provoqué la colère de la ministre Charlebois. Du papier à rouler, des briquets et d'autres objets promotionnels à l'effigie de la marque avaient été distribués, en contravention des articles qui interdisent ce type de marketing.

La porte-parole de la SQDC, Linda Bouchard, se dit satisfaite de la vitesse avec laquelle le fournisseur a réagi. « Ça démontre le sérieux que nous avons, et aussi celui que le fournisseur a. Tilray ne savait pas du tout que l'activité [de Namaste] avait lieu comme ça au Québec. » 

« Plusieurs producteurs nous appellent pour nous demander s'ils peuvent faire de la promotion de leurs produits et disent qu'ils connaissent pas les paramètres dans lesquels ils ont droit de le faire. On peut les conseiller. Ils peuvent nous appeler s'ils ont un doute », ajoute Mme Bouchard.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer