Voler pour sauver des vies

Deux ambulanciers paramédicaux prennent place à bord d'un... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

Deux ambulanciers paramédicaux prennent place à bord d'un hélicoptère-ambulance qui transporte un patient victime d'un accident grave vers un hôpital spécialisé en traumatologie de Toronto.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Au Canada, le Québec est la seule province à ne pas avoir de programme public de transport de patients par hélicoptère intégré à son système de santé. La Presse a accompagné une équipe d'ambulanciers à Toronto prête à décoller à tout moment pour sauver des vies. Incursion dans un univers où chaque seconde compte. Un modèle pour le Québec ?

Les pilotes Tristan Lavenir et Jocelyn Turmel dans... (Photo Martin Tremblay, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Les pilotes Tristan Lavenir et Jocelyn Turmel dans le centre de contrôle de la base d'Ornge à Toronto.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Ce matin-là, la décision de décoller n'est pas... (Photo Martin Tremblay, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Ce matin-là, la décision de décoller n'est pas difficile à prendre : le soleil brille sur la métropole ontarienne.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Quand chaque minute compte

Lorsque l'appel du centre de contrôle des opérations entre, les pilotes de l'hélicoptère-ambulance ignorent l'état de santé du patient.

Un enfant de 4 ans avec une hémorragie sévère après un accident de voiture ? Un ado de 15 ans gravement blessé à la tête après un accident de ski ?

Les pilotes doivent décider si les conditions météorologiques sont favorables pour voler sans se laisser influencer par les émotions.

« Si on le sait, veut veut pas, on est humains. On va se mettre à penser à notre propre famille et ça va influencer notre décision, raconte le pilote Michel Bouley. Or, comme pilote, on ne doit prendre aucun risque. »

Il est 13 h 45. Nous sommes un vendredi à la fin du mois d'avril à l'aéroport Billy-Bishop, au centre-ville de Toronto. Jusqu'ici, c'était le calme plat à la base d'Ornge - l'organisme sans but lucratif responsable de la gestion du service ambulancier aérien de l'Ontario.

Puis, en un instant, un appel entre et tout change.

MISSION DE SAUVETAGE

Aujourd'hui, la décision est facile à prendre pour les pilotes : le soleil brille sur la Ville Reine. Il n'y a aucun nuage. L'hélicoptère peut décoller.

Une fois l'accord des pilotes reçu, un répartiteur d'Ornge fournit aux techniciens ambulanciers paramédicaux en soins critiques Peter Zanon et Jodi Earle les premiers détails sur le patient : traumatismes multiples, homme de 35 ans, chute de 10 pi d'un toit, trouvé au sol inconscient, blessures à la tête et au bassin.

Personne n'a vu la chute de l'ouvrier qui s'affairait à réparer un toit. Son patron - qui l'a trouvé au sol - l'a transporté lui-même à l'hôpital local, risquant du même coup d'avoir aggravé les blessures de l'employé.

Il faut aller chercher le patient à Collingwood - une municipalité de 21 000 âmes située à 150 km au nord-ouest de Toronto.

À 13 h 45, donc, l'hôpital local a contacté Ornge pour demander le transfert par hélicoptère du patient vers un hôpital torontois de soins tertiaires (ultraspécialisés) en traumatologie.

À peine une dizaine de minutes plus tard, l'hélicoptère-ambulance décolle de Toronto.

BEAUCOUP PLUS RAPIDE

Le patient qui souffre d'une hémorragie interne a besoin d'une opération urgente, et le petit établissement n'a pas les ressources pour la faire.

Une ambulance terrestre mettrait au moins deux heures pour faire la distance par la route, mais plus réalistement trois en raison de la congestion quotidienne sur l'autoroute 401 en fin d'après-midi. L'hélicoptère, lui, n'est pas ralenti par le trafic.

Et le temps presse. Dans les cas d'AVC, d'infarctus et de traumatismes graves, le temps de réponse est crucial pour améliorer les chances de survie du patient ou encore minimiser les conséquences des traumatismes. En effet, en traumatologie adulte, l'élément qui a le plus d'impact sur la survie d'un patient est le transport vers un centre de traumatologie tertiaire.

Autre facteur important en faveur de l'hélicoptère : un transfert par la route forcerait un médecin et une infirmière du petit hôpital de Collingwood à monter à bord du véhicule en raison de la gravité de l'état du patient.

Or, le petit établissement régional ne peut se permettre d'être temporairement dégarni de ses ressources. 

Les « ambulanciers des airs » spécialisés en soins critiques possèdent toutes les connaissances nécessaires pour prendre en charge le patient durant le transfert. Pas besoin de médecin à bord.

DE L'HÔPITAL LOCAL À L'HÔPITAL SPÉCIALISÉ

Quarante minutes plus tard, l'équipage atterrit sur l'héliport de l'hôpital local. L'urgentologue prend le temps d'expliquer la situation médicale du patient aux deux ambulanciers, car ce dernier est dans un état stable même s'il est loin d'être tiré d'affaire.

L'équipe de soins craint que la pression du patient chute en raison de l'hémorragie interne. L'ambulancier Zanon apporte donc deux culots de sang à bord au cas où le jeune homme doive recevoir une transfusion dans les airs.

À 15 h, l'hélicoptère repart en direction de Toronto. Dans l'appareil, l'ambulancier Zanon administre des narcotiques au patient et du Gravol pour l'empêcher de vomir. Sa collègue note dans un ordinateur tous les soins prodigués au fur et à mesure.

Ces « super-ambulanciers » ont le droit d'administrer quelque 70 médicaments différents. Ils posent des actes complexes de façon autonome, comme intuber un patient ou encore faire une ponction pleurale à l'aide d'une aiguille (pour certaines actions, ils doivent consulter un médecin d'abord, mais leur pratique est généralement autonome). Ils savent lire des radiographies et des résultats de laboratoire.

Leur formation est beaucoup plus poussée que celle des autres ambulanciers. Ils ne sont que 250 dans tout l'Ontario - tous au service d'Ornge.

« Les paramédicaux spécialisés en soins critiques peuvent traiter le patient aussi bien que s'il y avait un médecin à bord », affirme l'urgentologue Alun Ackery, de l'hôpital St. Michael's - l'un des deux centres de soins tertiaires en traumatologie pour adultes de Toronto qui accueillent les blessés transportés par Ornge (l'autre étant l'hôpital Sunnybrook). « Nous sommes très chanceux de les avoir. »

COMBIEN ÇA COÛTE ?

Le patient reprend connaissance dans l'hélico. Il répète sans cesse « Où suis-je ? » et « Combien ça va me coûter ? ». « C'est gratuit pour les résidants de la province », lui répondent patiemment - et à de nombreuses reprises - les ambulanciers.

Le trajet du retour prendra à peine 35 minutes. À 15 h 35, l'hélicoptère se pose sur le toit de l'hôpital Sunnybrook, situé au coeur de Toronto. Le patient est amené immédiatement dans la salle de réanimation trauma.

Sur place, l'ambulancière Earle résume haut et fort devant une équipe médicale très attentive le cas du patient. Après avoir été stabilisé, le patient sera envoyé rapidement en salle d'opération.

Tout l'équipage peut maintenant rentrer à la base. La mission est accomplie.

« Ce cas était très facile », résume l'ambulancier Zanon.

LE « TREMBLANT » DE L'ONTARIO

Pas plus tard qu'en février, ses collègues et lui ont vécu une situation plus complexe dans la même municipalité - Collingwood -, où leur intervention rapide a contribué à sauver de jeunes vies.

La petite localité du nord-ouest de Toronto a alors connu la pire tragédie routière de son histoire.

Deux adultes et six enfants ont été grièvement blessés dans un accident impliquant une camionnette avec plusieurs enfants à bord et un autocar rempli d'adolescents qui rentraient d'une journée de ski.

Ornge y intervient d'ailleurs souvent en raison de son centre de ski - pensez à Tremblant, au Québec, en termes de popularité et de distance de la métropole.

Deux hélicoptères ont été déployés pour transférer trois enfants grièvement blessés - dont un dans un état critique - au SickKids, l'hôpital pédiatrique de Toronto, comparable à Sainte-Justine.

« Sans Ornge, l'hôpital de Collingwood n'aurait jamais eu assez de personnel pour gérer une tragédie semblable. Il n'y aurait même pas eu assez d'ambulances à Collingwood pour conduire les patients à Toronto », décrit le Dr Ackery, de l'hôpital St. Michael's - établissement que l'on pourrait comparer à l'Hôpital général de Montréal.

« Je ne peux pas m'imaginer ce que feraient les petits hôpitaux sans le service de transport ambulancier aérien », poursuit le Dr Alun Ackery, chef de l'équipe de traumatologie de l'hôpital St. Michael's.

En région, le personnel est toujours soulagé de les voir arriver. « Pour un médecin en région, ce qui représente le cas d'une vie est, pour nous, un mardi tranquille », illustre le chef de la base et ambulancier Justin Smith.

FLEXIBILITÉ

Parfois, l'hélicoptère se pose carrément sur les lieux de l'accident (3 % des cas) pour gagner de précieuses minutes. L'équipe atterrira alors sur une autoroute après une collision entre une moto et un camion. Ou encore sur une plage après qu'un homme a eu la jambe sectionnée par l'hélice de son bateau. Quand c'est impossible de se poser, les ambulanciers sautent de l'appareil en vol.

Seulement l'an dernier, Ornge a transporté 2318 patients par hélicoptère à l'un des 12 centres de traumatologie majeurs de l'Ontario. C'est sans compter les transferts de patients interétablissements pour d'autres cas urgents (mais non trauma) et le transport d'équipes médicales de dons d'organes.

Ornge possède aussi des avions-ambulances (pour les déplacements sur une distance de plus de 250 km vers l'hôpital receveur) et des ambulances terrestres aménagées pour les soins critiques. Au total, 20 100 transports de patients par hélicoptère, par avion et par ambulance terrestre ont été réalisés à partir de 11 bases partout dans la province l'an dernier.

Le programme a coûté 185 millions* aux contribuables en 2017 (essentiellement des coûts fixes d'entretien de la flotte et des salaires). La province possède 10 hélicoptères (le modèle dernier cri vaut 14 millions, ce qui inclut le coût de l'équipement de soins critiques installé à bord) et en loue deux autres. Au total, 12 appareils desservent donc la province. À titre indicatif, le tarif moyen facturé pour l'utilisation d'un hélicoptère pour les transports de patients qui ne sont pas résidants de l'Ontario est de 4980 $ l'heure.

SERVICE « RENTABLE »

Médecin en chef d'Ornge, le Dr Homer Tien reconnaît que les coûts sont élevés, mais en suivant une logique de coût-bénéfice, il affirme que le service est « rentable ». « Les patients en traumatologie sont en majorité des jeunes qui subissent toutes sortes d'accidents. Il leur reste 50-60 ans à vivre au moins. Si tu dépenses disons 100 000 $ pour sauver un jeune adulte, ça équivaut à moins de 2000 $ par an pour lui avoir sauvé la vie », décrit le Dr Tien, aussi chirurgien à l'hôpital Sunnybrook.

En effet, les traumatismes demeurent la principale cause de mortalité chez les Canadiens de moins de 44 ans.

« Chose certaine, quand tu es coincé dans une ambulance avec un patient qui est en train de mourir au bout de son sang et que tu es pris dans la congestion routière et que l'hôpital est encore loin, tu te sens complètement impuissant. On ne voudrait pas revenir en arrière, à l'époque où on n'avait pas d'hélicoptères. » - Le Dr Homer Tien, médecin en chef d'Ornge

Le pilote Jocelyn Turmel - originaire du Québec, comme d'autres pilotes d'Ornge - viendrait porter son CV demain matin si un tel service était implanté ici. « L'Ontario et le Québec se ressemblent beaucoup avec leurs régions éloignées, raconte celui qui a déjà travaillé pour Hydro-Québec. Je ne comprends vraiment pas que le Québec n'ait pas encore de programme comme celui de l'Ontario. »

Même s'il coûte cher, le système public de transport ambulancier héliporté n'est pas un luxe, soutient le Dr Ackery, chef d'équipe de traumatologie à l'hôpital St. Michael's. À ses yeux, c'est une question d'équité des soins. « Peu importe où tu vis en Ontario, tu paies des impôts. Pourquoi certaines personnes dans la même province n'auraient-elles pas accès à la même qualité de soins en raison de leur éloignement géographique ? », demande l'urgentologue torontois.

*181,4 millions ont été versés par le ministère de la Santé de l'Ontario et 4 millions ont été octroyés par le Réseau Trillium pour le don de vie - un organisme gouvernemental provincial sans but lucratif - pour le transport d'organes et d'équipe médicale de transplantation.

***

Proportion des services offerts par Ornge selon le moyen de transport

Hélicoptères : 19 %. Ce chiffre inclut les transports entre les établissements de santé, ceux sur un lieu « modifié » d'accident vers l'hôpital receveur (soit le rendez-vous de l'hélicoptère avec l'ambulance dans un héliport, un aéroport ou un hôpital) et ceux directement du lieu de l'accident vers l'hôpital receveur.

Avions : 51 % (Pour les plus longues distances - plus de 250 km de l'hôpital receveur)

Ambulances terrestres : 24 % (Utilisées pour les transports en soins critiques dans la région métropolitaine de Toronto et les transferts hospitaliers en zone urbaine ou bien quand les hélicoptères ne peuvent pas voler en raison des conditions météo)

Transports d'organes : 3 %

Bateau/transport sur route de glace : 3 % (Seulement sur la base de Moosonee dans le nord de l'Ontario)

Au Québec, une absence de service « inacceptable »

À l'heure actuelle au Québec, en cas d'accident grave en région rurale, le temps de transport peut s'avérer très long et même dépasser largement l'heure critique - la fameuse golden hour, soit l'heure maximale qui doit s'écouler entre le traumatisme et l'arrivée du patient dans un centre de traumatologie tertiaire (ultraspécialisé), déplore le Dr David Mulder.

La Presse a passé une soirée avec l'équipe trauma de l'Hôpital général de Montréal (HGM) pour le constater de visu. Une situation « inacceptable » aux yeux de ce chirurgien émérite qui a piloté la mise en place du système de traumatologie dans l'ensemble de la province il y a 25 ans.

Il peut s'écouler de précieuses minutes, ou heures,... (Photo Martin Tremblay, La Presse) - image 4.0

Agrandir

Il peut s'écouler de précieuses minutes, ou heures, avant que n'arrive un blessé en ambulance.

Photo Martin Tremblay, La Presse

L'équipe médicale intervient pour sauver la vie du... (Photo Martin Tremblay, La Presse) - image 4.1

Agrandir

L'équipe médicale intervient pour sauver la vie du patient.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Cinq heures. Il s'est écoulé cinq heures entre l'accident de voiture survenu en Montérégie et l'arrivée en ambulance de la conductrice grièvement blessée à l'Hôpital général de Montréal.

C'est ici que sont envoyés tous les cas de trauma graves ou complexes qui surviennent au sud de l'autoroute 40 à Montréal, en Montérégie et dans le Nord-du-Québec. L'HGM est l'un des trois centres de soins tertiaires (ultraspécialisés) en traumatologie pour adultes du Québec. Et l'un des plus fréquentés au pays.

En ce vendredi d'automne, il est à peine 18 h 30 et déjà, l'équipe trauma reçoit son troisième cas de trauma grave envoyé d'hôpitaux de la Rive-Sud à l'établissement montréalais.

L'accident est survenu à 13 h 45. La conductrice qui circulait à haute vitesse a fait une sortie de route après avoir perdu la maîtrise de son véhicule. À l'arrivée des ambulanciers, la femme dans la soixantaine a subi un arrêt cardiorespiratoire. Elle n'avait pas de pouls. Elle a été réanimée sur place, puis a été conduite à l'hôpital le plus près - l'hôpital Barrie Memorial d'Ormstown - pour être stabilisée.

L'hôpital local n'étant pas équipé pour un cas de trauma grave, la patiente est alors envoyée par ambulance à l'hôpital de Valleyfield, situé à environ 25 minutes de route. Là-bas, l'urgentologue lui fait passer une échographie et découvre du liquide libre dans l'abdomen. Le chirurgien général de garde choisit de l'opérer puisqu'il suspecte une hémorragie abdominale interne. Or, ce ne sera finalement pas le cas (le liquide était de l'ascite - un liquide libre que l'échographie réalisée au chevet d'un patient instable ne peut discerner d'un saignement dans l'abdomen). Le chirurgien a fait le bon choix dans les circonstances, nous dira le chef de l'équipe de traumatologie de l'HGM plus tard ce soir-là, même si ça a retardé le transfert.

La patiente semble aussi souffrir d'une importante blessure à la tête. Mais comme l'hôpital de Valleyfield n'a pas de neurochirurgien, il est inutile de lui faire passer un tomodensitogramme (CT scan) cérébral puisque personne ne peut l'opérer. Le CT scanaurait retardé encore davantage le transfert.

Vers 17 h 30, donc, l'urgentologue François de Champlain (chemise bleue sur notre photo) reçoit un appel de son confrère de Valleyfield qui lui demande d'autoriser le transfert.

La conductrice blessée arrive à Montréal à 18 h 38 - cinq heures après que l'accident est survenu. Lorsqu'ils franchissent les portes des urgences avec la conductrice blessée, les ambulanciers pèsent sur un bouton installé au mur qui actionne le voyant bleu annonçant aux équipes d'urgence de se préparer à l'arrivée d'un patient traumatisé.

La blessée - inconsciente - est amenée directement dans la salle de réanimation trauma. Une dizaine de personnes - résidents, infirmières, inhalothérapeutes, préposés et médecins - s'affairent autour d'elle.

Une infirmière clinicienne de Valleyfield qui était à bord de l'ambulance résume le cas à l'équipe trauma. « À Valleyfield, elle était encore instable ? », demande le chirurgien, le Dr Kosar Khwaja. L'infirmière répond par l'affirmative. « Elle a désaturé un peu durant le transfert », indique-t-elle.

L'urgentologue François de Champlain - chef de l'équipe de traumatologie ce jour-là - discute du cas avec le Dr Khwaja. Ce dernier doit replacer le drain thoracique posé à la patiente à Valleyfield car il semble s'être déplacé dans le transfert. Puis, l'équipe envoie la patiente passer un tomodensitogramme. Les pupilles de la blessée sont fixes et dilatées. L'équipe de trauma soupçonne un traumatisme crânien sévère ou une anoxie cérébrale (manque d'oxygène au cerveau) résultant de son arrêt cardiorespiratoire.

« Le pronostic est très sombre », affirme le Dr de Champlain. Il demande à un collègue clérical de contacter la police pour retrouver la famille. « On doit discuter don d'organes », dit-il.

Le sort de la patiente aurait-il été différent avec un transfert par hélicoptère ? « Lorsqu'un patient a une lésion traumatique intracérébrale, chaque minute qui passe diminue les chances de survie. Il faut l'opérer le plus vite possible », explique le Dr Khwaja. 

« L'accident est survenu à 13 h 45. Il est 19 h. Avec un transfert par hélicoptère de l'hôpital d'Ormstown, elle serait arrivée ici à 14 h 30 environ. C'est ça qui est ça. » - Le Dr Kosar Khwaja, chirurgien à l'Hôpital général de Montréal

« De l'hôpital de Valleyfield [par où la patiente a transité], sans trafic, le transfert par voie terrestre prend moins d'une heure, mais aux heures de pointe, ça en prend le double », ajoute son confrère, le Dr de Champlain. 

« C'est clairement une situation où l'hélicoptère peut faire une différence et augmenter les chances de survie. » - Le Dr François de Champlain, urgentologue à Hôpital général de Montréal

Le Centre de traumatologie Dr David S. Mulder - l'HGM lui a donné le nom du chirurgien émérite - reçoit plus de 600 transferts par année d'hôpitaux régionaux.

ACCIDENTS DE FERME

Plus tôt dans la journée, l'équipe de trauma a soigné deux jeunes hommes victimes d'accidents de ferme distincts transférés d'un hôpital régional. Encore une fois, la golden hour a été dépassée.

L'un d'eux a presque été décapité par une machine agricole. Il a une lacération profonde qui part de l'aisselle et monte jusqu'au cou. Plusieurs nerfs ont été déchirés. Le jeune patient n'a pas de pouls dans le bras. « À l'hôpital du Haut-Richelieu, à Saint-Jean, ils ont fait ce qu'ils pouvaient, décrit le Dr Khwaja. C'est clair que c'était un cas de transfert dans un centre de traumatologie. Disons que ç'aurait été plus catastrophique s'il avait saigné beaucoup. » Le chirurgien passera les trois heures suivantes à opérer le jeune agriculteur pour sauver son bras.

Le chef de la traumatologie de l'HGM, le Dr Tarek Razek, ne voit pas un service public d'hélicoptères-ambulances comme « un luxe ». 

« Partout où ce système est implanté, l'impact est incroyable », résume le Dr Razek. 

« Vous allez en Estrie - à votre chalet - et, en revenant, vous avez un accident sur l'autoroute 10, poursuit-il. Toute la famille est blessée. J'aimerais augmenter notre capacité à soigner votre famille. »

Québec, le « parent pauvre » du Canada

Au Québec, il n'existe pas de service ambulancier héliporté intégré au système de santé comme en Ontario, mais le gouvernement étudie la question, selon nos informations.

UNE PROMESSE ÉLECTORALE DE... 2012

Le Québec est venu bien près de se doter d'un service ambulancier héliporté en 2012. Une semaine avant l'élection, l'ancien premier ministre Jean Charest avait promis 15 millions pour mettre en place un tel service. Mais c'est le Parti québécois qui a été porté au pouvoir. Et même quand les libéraux ont été réélus 18 mois plus tard, le projet est demeuré sur une tablette.

QUÉBEC RÉFLÉCHIT À LA QUESTION

Québec se dit « en réflexion » sur la question. « L'équation vie sauvée = hélicoptère n'est pas toujours si directe que ça ; par contre, ça peut aider », dit le ministre de la Santé Gaétan Barrette en entrevue à La Presse. « C'est un système intéressant. On le regarde, mais on n'est pas rendu là [à l'implanter], poursuit le ministre. C'est une question de coût et actuellement, on considère que pour la grande majorité, sinon la quasi-totalité des situations, l'hélicoptère n'aurait pas nécessairement fait une différence. » Concernant le transfert par hélicoptère de patients d'un hôpital à un autre, le ministre doute que « ça en vaille la dépense ».

UN SERVICE PRIVÉ PAS INTÉGRÉ AU SYSTÈME

L'Ontario a été la première province canadienne à se doter d'un système public de transport médical héliporté, il y a 40 ans. Au Québec, une entreprise privée - Airmedic - offre des services médicaux héliportés, mais il faut être membre pour en bénéficier, sauf si la demande émane du gouvernement. Le coût d'un sauvetage aérien par Airmedic peut osciller entre 2500 et 5000 $. Leurs services ne sont pas intégrés au système de santé. « Régulièrement, Airmedic nous dépanne dans les zones plus rurales où il n'y a pas de piste d'atterrissage, par exemple, dans les communautés autochtones », explique le ministre Barrette. Évacuations aéromédicales du Québec (EVAQ) - le seul programme officiellement reconnu par le gouvernement québécois - n'a pas de volet héliporté. La flotte comprend deux Challenger 601 et deux Dash-8, en plus de King Air 100 (d'un opérateur privé sous contrat).

ET SI C'ÉTAIT ARRIVÉ À VICTORIAVILLE ?

La tragédie qui a frappé l'équipe des Broncos de Humboldt en Saskatchewan a ramené le sujet dans l'actualité au Québec. Trois hélicoptères du service ambulancier aérien - baptisé STARS dans l'Ouest canadien - ont été déployés sur le lieu de l'accident d'autocar qui a fait 16 morts et 13 blessés. « Comment le Québec réagirait-il à un accident semblable à Victoriaville ou ailleurs ? », a demandé le Dr David Mulder, chirurgien émérite aujourd'hui à la retraite connu pour avoir été longtemps le médecin officiel du Canadien de Montréal, dans une lettre envoyée aux médias après le drame. Aux yeux de l'ex-chirurgien en chef de l'Hôpital général de Montréal, dont le centre de traumatologie porte aujourd'hui le nom, l'égalité des soins et des chances de survie pour tous les Québécois, qu'ils habitent en milieu rural ou urbain, passe par l'implantation d'un service ambulancier héliporté.

PIÈCE MANQUANTE

Médecin québécois qui travaille aujourd'hui en Ontario, le Dr Samuel Vaillancourt affirme qu'avec la situation géographique du Québec, un service ambulancier héliporté est « crucial ». « Même s'il n'est pas parfait, le système des soins d'urgence en Ontario fonctionne de manière plus cohérente qu'au Québec », décrit l'urgentologue dans un hôpital universitaire torontois. Le Québec a fait un excellent travail pour organiser les soins de traumatologie dans la province, affirme-t-il, mais il manque une grosse pièce du casse-tête : le transport. « C'est impossible d'avoir un excellent système de traumatologie sans système de transport », conclut le Dr Vaillancourt, qui a fait une maîtrise en administration de la santé à Harvard.

AMBULANCIERS SPÉCIALISÉS À FORMER

« Je crois que votre plus grand défi au Québec - encore plus que de se procurer les hélicoptères -, ce sera de fournir aux ambulanciers la formation de pointe nécessaire pour qu'ils puissent faire le transport des patients dans un état critique sans avoir besoin d'un médecin et d'une infirmière à bord de l'hélicoptère », explique le Dr Alun Ackery, urgentologue et chef d'équipe de traumatologie de l'hôpital St. Michael's à Toronto. Montréal a déjà une petite unité spéciale composée de « super ambulanciers » - des techniciens ambulanciers paramédicaux en soins avancés - qui peuvent administrer beaucoup plus de médicaments que des techniciens ambulanciers paramédicaux en soins primaires (25 comparativement à 6) et prodiguer des soins plus complexes (intubation endotrachéale, perfusions intraosseuses, etc.), souligne le chef aux opérations d'Urgences-santé Stéphane Smith. Après l'obtention de leur technique, ces « super ambulanciers » suivent une formation universitaire de deux ans. « Au Québec, on n'est pas si loin des ambulanciers paramédicaux en soins critiques de l'Ontario. On va s'y rendre un jour », croit M. Smith.

ET DES HÉLIPORTS À CONSTRUIRE

En Ontario, les centres de traumatologie ont tous des héliports (ceux de Sunnybrook et de St. Michael's - des hôpitaux au centre-ville de Toronto - sont situés sur le toit). Les hôpitaux régionaux aussi. Parfois, il s'agit simplement d'un espace réservé dans le stationnement avec un gros H inscrit dessus. Au Québec, seuls trois établissements disposent d'héliports certifiés : Sacré-Coeur (Montréal), CHUS (Sherbrooke) et Chicoutimi, selon des informations fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Certains autres (deux ou trois) ont déjà eu des héliports, mais ils ne sont plus en fonction pour diverses raisons (besoin d'espace pour des constructions, rénovations majeures requises et autres), nous a répondu par courriel une porte-parole du Ministère.

PAS POUR LA MÉTROPOLE

À Toronto, bien que la base du service ambulancier héliporté - baptisé Ornge - soit située à l'aéroport du centre-ville, le service ne s'adresse pas à la population de la métropole. En ville, l'ambulance terrestre demeure le moyen de transport d'urgence le plus rapide. L'hélicoptère devient la meilleure option lorsque le patient est à plus de 30 minutes de distance en voiture d'un centre de traumatologie, explique le Dr Homer Tien, médecin en chef d'Ornge.

RECOMMANDÉ PAR LES MÉDECINS D'URGENCE DU QUÉBEC

Au terme d'une analyse commune réalisée en 2006, l'Association des médecins d'urgence du Québec et l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec ont recommandé l'implantation d'un système public de transport héliporté en vertu de critères bien précis. Le transport héliporté pourrait améliorer l'accessibilité aux services médicaux spécialisés s'il est utilisé pour des transports bien ciblés qui nécessitent un déplacement sur une distance comprise entre 80 et 240 km de l'hôpital receveur ou un temps de transport par voie terrestre de plus de 30 minutes, et s'il est intégré à l'intérieur d'un réseau préhospitalier bien organisé, ont-elles conclu. Il est préférable d'utiliser le transport aérien avec ailes fixes pour les distances au-delà de 240 km, soulignent-elles. C'est d'ailleurs ce qu'offre déjà le programme EVAQ (Évacuation aéromédicale du Québec) - qui dessert les régions éloignées comme le Nord-du-Québec.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer