Percée montréalaise en oncologie

Les chercheurs Jennifer Fraszczak, Charles Vadnais, Riyan Chen... (Photo fournie par les chercheurs)

Agrandir

Les chercheurs Jennifer Fraszczak, Charles Vadnais, Riyan Chen et Tarik Möröy

Photo fournie par les chercheurs

La chimiothérapie ne vient pas toujours à bout du cancer. Des chercheurs montréalais viennent de découvrir l'une des clés de cette résistance : trois protéines humaines que les cellules des tumeurs convainquent de réparer les dommages causés par les médicaments oncologiques.

RÉPARER LES DOMMAGES

Les trois protéines identifiées ce matin dans la revue Nature Communications ont normalement pour fonction de réparer les dommages à l'ADN des cellules du corps, dommages qui peuvent parfois mener à l'apparition de cancers. Mais les cellules cancéreuses, particulièrement celles de la leucémie et du lymphome, peuvent elles-mêmes se servir de ces trois protéines pour réparer les dommages causés aux tumeurs par la chimiothérapie. « La chimiothérapie casse l'ADN des cellules tumorales », explique Charles Vadnais, de l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), l'un des auteurs de l'étude. « A priori, si la cellule tumorale n'est pas capable de réparer ces dommages, c'est bon. »

DIFFÉRENTES PROTÉINES

Si on diminue l'activité de ces protéines réparatrices, ne risque-t-on pas de compromettre la réparation des cellules saines ? « Il existe plusieurs mécanismes de réparation, dit M. Vadnais. Dans la tumeur, certains sont plus robustes que dans les cellules saines. On peut cibler les mécanismes plus puissants dans les tumeurs que dans les cellules saines. »

UN HASARD

Les chercheurs de l'IRCM, qui ont travaillé avec des collègues d'autres institutions montréalaises, ne se proposaient pas au départ d'étudier la réparation des tumeurs par ces trois protéines. « On voulait voir quelles protéines se liaient à la protéine GFI1 [growth factor independence 1], qui est un régulateur de la transcription des gènes », explique Tarik Möröy, aussi de l'IRCM. « GFI1 est surexprimée dans certaines tumeurs et d'autres recherches ont montré que si on l'élimine, la chimiothérapie fonctionne mieux. Mais on ne sait pas pourquoi. Nous étudions GFI1 depuis sept ans. Quand nous avons vu que certaines protéines qui se lient à GFI1 étaient impliquées dans la réparation de l'ADN, ça nous a intrigués. »

ET MAINTENANT ?

La prochaine étape est de comprendre comment inhiber le travail des protéines réparatrices les plus importantes pour les tumeurs. « On a identifié des dizaines de protéines qui se lient à GFI1 », dit Charles Vadnais. Dans combien de temps pourraient-ils avoir une cible à tester pour un médicament ? « Ça dépend qui va vouloir travailler sur ça avec nous, dit M. Möröy. Et si les inhibiteurs sont plus complexes, si les interactions entre protéines sont plus difficiles à inhiber, ça prendra plus de temps. On pense qu'on arrivera à quelque chose d'ici cinq à dix ans. » M. Möröy tient à souligner que ces résultats prouvent l'importance de la recherche fondamentale. « On nous demande souvent à quoi servent nos recherches. Si nous n'avions pas décidé d'étudier le fonctionnement de GFI1, nous n'aurions pas découvert ce mécanisme qui nous informe sur la résistance à la chimiothérapie. C'est de la "recherche-découverte", qui peut mener à une compréhension très fructueuse pour le traitement des maladies. »

En chiffres

2,3 %

Probabilité pour un Canadien d'avoir un lymphome durant sa vie

1,7 %

Probabilité pour un Canadien d'avoir une leucémie durant sa vie

60 %

Probabilité pour un Canadien de survivre plus de cinq ans à un diagnostic de leucémie

70 %

Probabilité pour un Canadien de survivre plus de cinq ans à un diagnostic de lymphome de Hodgkin

85 %

Probabilité pour un Canadien de survivre plus de cinq ans à un diagnostic de lymphome non hodgkinien

Source : Société canadienne du cancer




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer