Pénurie de médecins durant les Fêtes: des urgences sur la corde raide

En date d'hier, à peine 84 médecins dépanneurs « pompiers »... (Photo Erick Labbé, Le Soleil)

Agrandir

En date d'hier, à peine 84 médecins dépanneurs « pompiers » étaient inscrits sur la liste des volontaires pour desservir la province. Dans les années passées, il y avait jusqu'à 120 médecins inscrits sur les listes de dépannage.

Photo Erick Labbé, Le Soleil

Plusieurs hôpitaux du Québec sont sur la corde raide et lancent un appel aux médecins « pompiers » pour avoir du renfort afin d'éviter une rupture de services dans les urgences durant le temps des Fêtes.

À l'hôpital des Escoumins, un médecin a été contraint de tenir la garde durant 132 heures en une semaine. Son équipe est composée de six médecins avec un plan d'effectif prévoyant 11 omnipraticiens. Afin d'éviter une rupture des soins, 12 lits d'hospitalisation brève sur 18 sont fermés au moins jusqu'au 4 janvier, et certains patients sont transférés vers l'hôpital Le Royer, à Baie-Comeau.

En date d'hier, à peine 84 médecins dépanneurs « pompiers » étaient inscrits sur la liste des volontaires pour desservir la province, selon des données obtenues par La Presse auprès de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). Dans les années passées, il y avait jusqu'à 120 médecins inscrits sur les listes de dépannage, ajoute-t-on, en montrant du doigt plusieurs « contraintes », dont celles de la loi 130 - adoptée en octobre dernier - portant sur « l'organisation clinique et la gestion des établissements ».

« Nous sommes très inquiets à la Fédération. Après ça, le ministre va aller dire que nos médecins ne travaillent pas assez. Ça n'a aucun sens. On demande toujours plus à nos médecins. Ce dont ils ont besoin, c'est de support, et davantage de médecins dépanneurs. Chaque année, il y a moins de postes de médecins pompiers dans les Plans régionaux d'effectifs [PREM], et le ministre priorise les prises en charge des patients dans les Groupes de médecine familiale [supercliniques] », déplore le président de la FMOQ, le Dr Louis Godin.

Le directeur adjoint du centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, le Dr Roger Dubé, parle d'une situation « extrêmement fragile » vécue par les équipes de soins.

« Nos six médecins ont mis l'épaule à la roue, ils prennent les hospitalisations, ils prennent aussi les nuits. C'est énormément d'heures. La situation est la même pour Forestville, pour Port-Cartier. On n'a pas le débit des grands hôpitaux, ici, mais ça prend quelqu'un de solide pour abattre des quarts de 12 à 24 heures, avec seulement la radiologie et un laboratoire comme support, sans spécialiste. On fait des efforts, on va en venir à bout de la situation, mais il ne faudrait pas qu'un médecin tombe malade. Le Dr Barrette a tort quand il dit que quatre médecins sont suffisants pour compléter les quarts en région. »

UNE PÉNURIE « CHRONIQUE »

Aux urgences du CLSC de Paspébiac, en Gaspésie, la situation n'est pas rose à ce chapitre.

Un médecin est en congé de maladie à la suite d'un accident d'automobile, un autre s'est fracturé une cheville et une troisième est en congé de maternité. Les quarts de travail de l'équipe restante suffisent à peine pour assurer la garde jusqu'au 26 décembre, indique la FMOQ. Cette région a aussi été éprouvée cet automne par la mort d'un homme en arrêt cardiaque qui, faute de médecin, a été transporté 80 km plus loin. Le ministre de la Santé a depuis décrété qu'aucune découverture de garde ne serait tolérée aux urgences de ce CLSC.

Afin d'inciter les médecins à s'inscrire sur la liste de dépannage, l'Association des médecins d'urgence du Québec (AMUQ) a diffusé une note auprès de ses membres au sujet du renfort demandé dans les établissements du Bas-Saint-Laurent, de l'Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord, de la Gaspésie.

Et, fait plutôt inusité, même les Îles-de-la-Madeleine ont lancé un appel aux médecins « pompiers » pour le 31 décembre, les 1er et 2 janvier 2018 ainsi que les mois de février, mars et avril.

Le président de l'AMUQ, le Dr Bernard Mathieu, estime que la pénurie de médecins d'urgence est devenue « chronique ».

« Au cours des deux dernières années, on a vu plusieurs médecins abandonner la pratique dans les urgences pour la prise en charge en GMF. On ne peut pas déshabiller les urgences pour habiller les supercliniques. L'été dernier, on a vu que ça ne fonctionnait plus dans les urgences. Le cabinet du ministre Barrette a diffusé de fausses nouvelles en affirmant que les médecins ne font que 110 quarts par année. La situation est fragile », affirme le Dr Mathieu, médecin d'urgence de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, où l'achalandage a augmenté d'environ 5 % cette année.

« C'EST POSSIBLE », SOUTIENT GAÉTAN BARRETTE

Joint par La Presse, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a soutenu que « les médecins sont tout à fait capables d'assurer le service 24/7, de jour comme de nuit, avec les effectifs actuels ».

« Il faut mettre les choses en perspective. Les Escoumins, ce n'est pas Montréal-Nord, a-t-il dit. Il n'y a pas la même lourdeur. Je suis certain qu'un médecin de garde durant 132 heures en une semaine, et je précise bien de garde, a été en mesure de dormir une nuit complète. »

« Je ne doute pas que la situation puisse être difficile par moments, mais c'est possible d'assurer le service avec de la bonne volonté, avec les effectifs actuels », a dit Gaétan Barrette.

Quant au dépannage, le Dr Barrette a précisé qu'il n'était pas obligatoire pour les médecins des autres urgences. « C'est sur une base volontaire », a-t-il dit, précisant que les médecins « pompiers » recevaient des primes substantielles.

Dans la grande région de Montréal, plusieurs urgences roulent d'ailleurs à 100 % de leur capacité cette semaine, avec des patients sur toutes les civières. C'est le cas au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), à Royal Victoria (Centre universitaire de santé McGill, CUSM), au Sacré-Coeur, au Lakeshore et à Verdun, entre autres.

L'hôpital Maisonneuve-Rosemont affichait un taux d'occupation de 133 % hier après-midi. À l'approche du congé des Fêtes, les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) demandent à la population d'éviter les urgences si la situation n'est pas jugée critique.

« Nos effectifs médicaux sont en place et il n'y aura pas de bris de services. Cependant, les activités sont réduites en cette période des Fêtes, comme c'est le cas chaque année », a indiqué la porte-parole de l'établissement, Florence Meney.

***

LES PRIMES OFFERTES

4365 $ par semaine de disponibilité engagée lorsque le médecin est dépêché dans une installation ou un établissement, somme à laquelle s'ajoute la rémunération des services rendus.

5060 $ par semaine de disponibilité offerte lorsque le médecin n'est pas dépêché par le comité paritaire.

Les frais de déplacement sont également remboursés.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer