• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Sonia Benezra, sa mère et ses soeurs poursuivent l'hôpital général juif 

Sonia Benezra, sa mère et ses soeurs poursuivent l'hôpital général juif

L'animatrice Sonia Benezra... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

L'animatrice Sonia Benezra

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

L'animatrice Sonia Benezra, sa mère de 89 ans, Perla Louk Benezra, et ses trois soeurs poursuivent l'hôpital général juif pour 800 000 $ à la suite d'un accident survenu à l'établissement affilié au Centre universitaire de santé McGill.

L'affaire remonte au printemps dernier, lorsque Perla Louk Benezra s'est présentée à l'hôpital le 20 mars dans le cadre de traitements pour un cancer du col utérin.

L'octogénaire était patiente externe et suivait une série de traitements de radiothérapie et de curiethérapie qui devait durer de la fin février au début d'avril.

Selon le texte de la poursuite, la porte tournante de l'entrée principale de l'hôpital a mal fonctionné et a violemment frappé la dame âgée, «la projetant au sol avec une force considérable» et lui causant une «fracture sévère» du fémur gauche.

Mme Benezra a été hospitalisée sur place, où elle dû subir une opération orthopédique et demeurer hospitalisée durant 11 semaines. Selon les documents déposés en Cour supérieure, l'accident s'est traduit par un diagnostic de lymphoedème, une condition chronique et permanente.

L'accident a laissé la dame handicapée par «une perte de mobilité significative» et, trois mois après avoir reçu son congé de l'hôpital, elle dû être hospitalisée à nouveau pour sept semaines.

Selon la poursuite, la plaignante est désormais complètement incapable de se tenir debout sans aide, elle est alitée en permanence et ne peut se déplacer autrement qu'en fauteuil roulant.

Les plaignantes affirment que, «pour le reste de sa vie, Perla (Louk Benezra) aura besoin de soins et d'aide à domicile permanents et intensifs. Elle aura aussi besoin de physiothérapie et de réhabilitation de même que des aides médicales, équipements et adaptations de son domicile.»

La poursuite note que l'affaire a eu un impact majeur sur son traitement contre le cancer, obligeant le personnel soignant à revoir entièrement le programme de traitement et que des traitements additionnels ont été requis. Or, ceux-ci n'ont pas obtenu l'efficacité prévue en raison des délais causés par son accident de sorte qu'une autre chirurgie - une hystérectomie sous anesthésie générale dont il n'avait jamais été question auparavant - a dû être réalisée.

La poursuite allègue que l'hôpital «savait ou aurait dû savoir qu'une porte tournante défectueuse créait une situation dangereuse pour les personnes entrant dans l'hôpital par l'entrée principale, mais n'a pas implanté les mécanismes et protections appropriés pour éviter qu'une personne ne subisse une blessure sérieuse».

Le document précise que des représentants de l'hôpital «ont admis aux plaignants que la porte tournante de l'entrée principale de l'hôpital avait mal fonctionné et causé l'incident» et que le défaut d'instaurer des mesures de précaution démontre «une négligence gratuite et imprudente» de la part de l'hôpital.

Les plaignantes réclament 650 000 $ pour Perla Louk Benezra, et 150 000 $ pour ses quatre filles qui ont dû «complètement interrompre leurs vies personnelles et professionnelles» pour s'occuper de leur mère à la maison et à l'hôpital sur une base quotidienne, soit 50 000 $ pour Sonia Benezra et Esther Benezra, qui habitent le même immeuble que leur mère à Montréal, et 25 000 $ pour leurs soeurs Myriam Edelman et Kelly Shackman, qui habitent aussi toutes deux à Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer