Four Loko: une boisson «inquiétante», selon des médecins

Une canette de Four Loko, boisson qui a... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Une canette de Four Loko, boisson qui a une teneur en alcool de 11,9%, contient l'équivalent de 13 cuillerées à thé de sucre.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef des urgences du CHU Sainte-Justine, le Dr Antonio D'Angelo, a récemment traité un adolescent de 14 ans qui avait perdu connaissance après avoir bu le contenu de deux canettes de Four Loko - soit l'équivalent de huit verres de vin - en moins de 30 minutes.

L'ado a été conduit aux urgences pédiatriques montréalaises par un ami chez qui il devait passer la nuit. Cet ami ne voulait surtout pas alerter ses parents.

«Le patient était plongé dans un coma éthylique, décrit le pédiatre qui a reçu les deux garçons aux urgences le mois dernier. Son ami nous l'a amené parce qu'il n'arrivait pas à le réveiller.»

Cette boisson au malt offerte en différents parfums sucrés, dont limonade, cerise et punch aux fruits, a une teneur élevée en alcool, soit 11,9%, en plus de contenir l'équivalent de 13 cuillerées à thé de sucre. En boire une équivaut à consommer quatre verres d'alcool standard.

L'ado a été envoyé directement en salle de réanimation, où il a fait l'objet d'une surveillance constante toute la nuit. «Le danger, lorsqu'on a un patient en état d'intoxication grave à l'alcool, c'est qu'il n'arrive plus à protéger ses voies respiratoires, explique le Dr D'Angelo. On doit alors l'intuber pour éviter qu'il se retrouve en arrêt respiratoire. Heureusement, on n'a pas eu à le faire dans ce cas-ci.»

Le jeune patient s'est réveillé en douleurs durant la nuit. Il était complètement déshydraté. Il en a été quitte pour une bonne frousse. En matinée, considéré comme «hors de danger», il a pu rentrer à la maison.

Un goût sucré qui masque celui de l'alcool

Ce cas n'est pas unique. Les urgences du CHU Sainte-Justine ont reçu leurs premiers cas d'adolescents intoxiqués au Four Loko au début de l'été. Une collègue du Dr D'Angelo a même traité un jeune patient qui a développé une dépendance au Four Loko.

«Ça nous inquiète beaucoup, lance le Dr D'Angelo. Les enfants ont tendance à créer des jeux autour de l'alcool. Souvent, ils vont tester les limites de leurs corps.» 

«Le danger de la boisson Four Loko, c'est que le goût sucré masque celui de l'alcool. [Les enfants] vont en boire une trop grande quantité, trop vite, pour se rendre compte trop tard qu'ils ont dépassé leurs limites.»

Au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l'urgentologue Sophie Gosselin a traité ses premiers patients intoxiqués au Four Loko lorsque la boisson a été mise en marché aux États-Unis au début des années 2000. Ce sont des patients qui en rapportaient ici après un séjour chez nos voisins du Sud.

La boisson Four Loko tire son nom des quatre principaux ingrédients qu'elle contenait lors de sa mise en marché aux États-Unis en 2005, soit l'alcool, la caféine, la taurine et le guarana. Elle a alors hérité de différents surnoms dont «liquid crack» (crack liquide) et «blackout in a can» (perte de connaissance en canette).

Jugée dangereuse, Four Loko a été retirée des tablettes avant de réapparaître dans une version sans additifs «stimulants», mais avec une teneur en alcool toujours aussi élevée.

«C'est une boisson complètement débile, lâche la Dre Gosselin. Il y a tellement d'alcool là-dedans, tellement de sucre. Les jeunes boivent ça comme si c'était un shooter. Ils banalisent complètement la teneur en alcool du produit.» Des patients intoxiqués au Four Loko débarquent aux urgences convaincus que quelqu'un a mis du GHB (drogue du viol) dans leur verre tellement ils sont assommés, décrit la médecin experte en toxicologie médicale.

Four Loko et boissons énergisantes: combinaison «potentiellement létale»

Analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l'usage des substances, Catherine Paradis décrit Four Loko comme une «catastrophe de santé publique».

En pleine tournée des campus universitaires canadiens ces jours-ci, Mme Paradis met en garde les étudiants contre les dangers de cette boisson alcoolisée au goût sucré.

«L'entreprise qui fabrique le Four Loko ne veut pas juste faire de vous des alcooliques, elle veut faire de vous des alcooliques diabétiques et obèses», dit Mme Paradis.

L'Organisation mondiale de la santé recommande de limiter sa consommation de sucres libres à 10 % de l'apport calorique quotidien. Pour une femme ayant besoin de 2000 calories et un homme ayant besoin de 2500 calories, cela correspond respectivement à 50 g et 63 g de sucre, soit environ 12 et 15 c. thé par jour. Or, une seule canette en contient 13 c. à thé.

Après avoir bu une seule canette de Four Loko, le consommateur atteint son seuil d'intoxication (fixé à quatre verres pour un homme). Une consommatrice, elle, le dépasse (trois verres pour une femme), explique pour sa part la porte-parole de l'Association pour la santé publique du Québec Émilie Dansereau-Trahan.

Pour se garder éveillés durant les fêtes, les jeunes ont tendance à mélanger le Four Loko à des boissons énergisantes, a remarqué le Dr D'Angelo. «La combinaison est potentiellement létale», souligne le chef des urgences du CHU Sainte-Justine.

Four Loko réplique

Phusion Projects - entreprise établie à Chicago qui produit Four Loko - a refusé de nous accorder une entrevue. La Presse a aussi demandé une entrevue au distributeur de Four Loko au Québec, les Breuvages Blue Spike, qui a transmis notre demande à Phusion Projects.

«En tant que membre responsable de l'industrie de la boisson alcoolisée et parents nous-mêmes, notre entreprise prend très au sérieux son obligation de faire la promotion de Four Loko et de ses autres produits uniquement auprès d'une clientèle adulte qui a l'âge légal de consommer de l'alcool», a répondu à La Presse par courriel un représentant de l'entreprise américaine.

«Montrer du doigt notre entreprise ou un type spécifique d'alcool ne résoudra pas le problème de la consommation irresponsable d'alcool, poursuit l'entreprise dans son message envoyé à La Presse. La réponse au problème réside dans l'augmentation des efforts d'éducation, l'application plus forte des lois existantes et la responsabilité personnelle et parentale.»

Un marketing légal, mais «irresponsable»

Le marketing entourant la boisson Four Loko est légal, mais complètement « irresponsable, immoral, dangereux, à la limite vicieux ».

C'est du moins ce qu'affirme Catherine Paradis, analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l'usage de substances.

Sur les réseaux sociaux, l'entreprise américaine propriétaire du Four Loko - Phusion Projects - encourage la consommation abusive d'alcool, dénonce Mme Paradis.

À titre d'exemple, on peut lire sur la page Facebook de Four Loko destinée aux Québécois (en français) des slogans comme « Réveille ton ami. On ne laisse personne derrière », ou encore « Four Loko un lundi parce que t'as besoin de pratique pour ton vendredi ».

Avec ce genre de slogans, mais aussi en s'associant à des événements populaires chez les jeunes comme le festival Jackalope au Parc olympique de Montréal, l'entreprise cible sans l'ombre d'un doute les jeunes, affirme pour sa part la porte-parole de l'Association pour la santé publique du Québec Émilie Dansereau-Trahan.

« Avec des slogans comme ceux-là, on dit aux jeunes de s'entraîner à boire la semaine en prévision des partys de la fin de semaine, ça n'a pas de sens. »

Ce n'est pas pour rien que l'entreprise est très active sur les réseaux sociaux, croit Mme Paradis. « Le web, c'est le Far West, dénonce cette experte des dépendances. On y retrouve des publicités qui ne pourraient jamais passer à la télé et à la radio, qui sont, elles, régies par les règles du CRTC. »

Phusion Projects, l'entreprise qui produit Four Loko et qui est établie à Chicago, a refusé d'accorder une entrevue à La Presse. L'entreprise se défend de cibler les mineurs et affirme travailler très fort avec ses distributeurs et détaillants « pour garantir que ses produits ne soient pas vendus par erreur aux mineurs », nous a-t-on répondu par courriel.

« Notre message est clair : si vous avez l'âge légal de boire et choisissez de boire, faites-le de façon responsable. Si vous n'avez pas l'âge légal de boire, respectez la loi et ne buvez pas d'alcool », indique l'entreprise américaine dans sa réponse écrite envoyée à La Presse.

L'entreprise ajoute que les boissons alcoolisées à saveur de fruits ne sont pas une nouveauté sur le marché. D'autres boissons alcoolisées à base de malt aux saveurs similaires à celles de Four Loko existent, tout comme des spiritueux à saveurs de fruits, ainsi que de la bière artisanale aux bleuets, aux abricots ou à la cerise, précise l'entreprise par courriel.

Des publicités controversées dans les universités

À la rentrée scolaire, une publicité de Four Loko s'est retrouvée dans l'agenda des étudiants de plusieurs universités québécoises, dont l'UQAM et l'Université de Sherbrooke. À l'achat de deux canettes de Four Loko dans certains dépanneurs, une troisième canette sera donnée sur présentation d'un coupon détachable dans l'agenda, annonce-t-on.

« Comme me l'a déjà dit un collègue médecin, la troisième canette, c'est ton billet pour l'urgence », indique Catherine Paradis.

À l'UQAM, la directrice du service des communications Jennifer Desrochers assure que cela ne se reproduira pas l'an prochain. Ce n'est pas l'établissement montréalais qui produit l'agenda, mais bien l'un de ses partenaires, la COOP-UQAM. « Four Loko fait la promotion de la surconsommation d'alcool. Pour nous, c'est inacceptable, indique Mme Desrochers. Avant la rentrée, on a mis en garde toutes les associations étudiantes spécifiquement contre le Four Loko. »

À l'Université de Sherbrooke, ce sont les associations étudiantes qui sont responsables de l'agenda, y compris des placements publicitaires, précise la professeure Jocelyne Faucher, secrétaire générale et vice-rectrice à la vie étudiante. Des étudiants ont dénoncé la présence de ces bons de réduction, fait-elle valoir.

L'Université de Sherbrooke recommande à ses associations étudiantes « de faire preuve de plus de vigilance quant à ses annonceurs et commanditaires, en déterminant des balises qui vont dans le même sens que tous les efforts de sensibilisation déployés pour encourager une consommation responsable d'alcool », poursuit la vice-rectrice à la vie étudiante.

Toujours à la rentrée, en plus des bons de réduction dans les agendas, des affiches ont fait leur apparition « par erreur » sur certains campus, notamment à l'Université de Montréal (UdeM) et à Concordia. Elles ont été retirées depuis.

« La direction du CEPSUM - le centre sportif de l'UdeM - doit approuver les publicités, et dans ce cas-ci, le fournisseur l'a affichée par erreur sans approbation préalable, explique la porte-parole de l'UdeM, Geneviève O'Meara. Le CEPSUM n'approuve aucune publicité pour des boissons énergisantes ou de produits alcoolisés. C'est pourquoi cette publicité n'aurait pas dû être affichée. »

Favorable à un «prix plancher»

La canette de 568 ml de Four Loko se vend environ 4 $ dans les dépanneurs et les épiceries.

Médecin-conseil à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la Dre Nicole April est favorable à un « prix plancher » pour les boissons alcoolisées comme il en existe déjà un pour la bière vendue en magasin. Il s'agit d'un prix de base au-dessous duquel la vente d'alcool aux consommateurs est interdite.

« Les personnes qui ont une consommation excessive ont tendance à boire les boissons alcoolisées les moins coûteuses, souligne la Dre April. Idéalement, le prix minimum est établi en fonction de la teneur en alcool, c'est-à-dire que plus la concentration en alcool d'un produit est élevée, plus le prix minimum est élevé. Cette mesure vise à diminuer les sources d'alcool bon marché généralement bu par les jeunes et les gros buveurs. »

Selon les estimations des effets de ce type de mesure menées par des chercheurs, un « prix plancher » réduirait la consommation et ses conséquences néfastes chez les personnes qui ont une consommation d'alcool à risque, précise la médecin-conseil à l'INSPQ.

Conseil aux jeunes

« Portez attention à la quantité d'alcool contenue dans un Four Loko. Ne buvez pas trop vite. Il faut laisser le temps à l'estomac d'absorber l'alcool avant de décider de boire une autre canette », lance la Dre Sophie Gosselin, urgentologue à l'hôpital Royal Victoria et experte en toxicologie médicale.

Conseil aux parents

« Si votre ado fait un party à la maison et que vous voyez des canettes de Four Loko traîner, ce ne sont pas des Snapple aux pêches. Une seule canette équivaut à quatre verres d'alcool standard », dit Catherine Paradis, analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l'usage de substances.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer