Exclusif

Étouffement alimentaire: plus de 120 décès en trois ans au Québec

Six morts par étouffement alimentaire sur dix (58 %)... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Six morts par étouffement alimentaire sur dix (58 %) sont survenues dans un CHSLD, un hôpital, une famille d'accueil ou une résidence privée de soins.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il fait beau. Guy mange son poulet au centre où il réside. Il s'étouffe. Meurt. À l'autopsie, on trouvera des morceaux de viande dans ses voies respiratoires. La nourriture s'est engagée du mauvais côté.

Le scénario est nettement plus répandu qu'on pourrait le croire : durant les trois dernières années, 121 personnes sont mortes étouffées par de la nourriture au Québec. Six morts sur dix (58%) sont survenues dans un CHSLD, un hôpital, une famille d'accueil ou une résidence privée de soins. Dans deux cas, des personnes sont mortes dans des camps de vacances spécialisés.

Si la viande est en cause dans une vingtaine de cas d'étouffement alimentaire, l'aliment qui tue le plus est le pain. Presque une personne sur quatre (23%) qui est morte étouffée venait de manger différents types de sandwichs ou la rôtie du matin, qui revient sur plusieurs rapports de coroner. Cette statistique inclut la pizza, mais exclut les gâteaux et les crêpes, ainsi que les cas où l'étouffement survient après le déjeuner, sans que l'on sache pourquoi précisément.

Devrait-on sortir tous les grille-pain des résidences de soins? 

Pas du tout, répond Amélie Giroux, présidente par intérim de l'Association professionnelle des nutritionnistes experts en dysphagie. La clé, dit-elle, tient dans «un bon dépistage à l'admission» et un suivi constant de la condition du patient qui évoluera.

Les fruits, qui sont souvent montrés du doigt, sont mis en cause dans cinq morts au Québec : deux personnes sont mortes après avoir mangé des oranges, et les trois autres cas impliquaient des raisins, un melon et des pruneaux. 

Pas de données

Le Bureau du coroner du Québec ne tient aucune statistique sur ce sujet. C'est par La Presse que la coroner en chef, Catherine Rudel-Tessier, a appris que le pain est responsable d'une sérieuse proportion des morts par étouffement, que l'on appelle aussi la fausse route alimentaire.

Les rapports consultés ont été obtenus à la suite d'une demande faite par la Loi sur l'accès à l'information afin d'obtenir les documents des morts accidentelles par inhalation et ingestion d'aliments provoquant une obstruction des voies respiratoires. On y détaille les décès de 116 personnes en 2014, 2015 et 2016. Cinq cas sont survenus cette année. Les rapports ne contiennent pas tous précisément les aliments qui ont causé la mort.

La coroner en chef admet que son bureau devrait avoir plus de données en main sur l'asphyxie alimentaire et espère pouvoir travailler davantage sur la prévention à l'avenir, dans ce dossier comme dans d'autres. Des comités sont actuellement mis en place, mais rien sur l'étouffement alimentaire n'est prévu pour le moment. La coroner fait toutefois beaucoup de présentations auprès des partenaires, comme le personnel des résidences de personnes âgées, et souhaite que les cas d'étouffement alimentaires soient plus déclarés. «On a un problème de sous-déclaration avec les personnes âgées», avoue Catherine Rudel-Tessier.

«C'est un phénomène qui va en augmentant», estime Yvon Garneau, coroner pour la région du Centre-du-Québec, qui a eu à se pencher sur des cas d'étouffement alimentaire. «En trois ans, c'est beaucoup de décès», calcule-t-il. 

Yvon Garneau croit qu'il est temps qu'on s'intéresse à ce phénomène méconnu. Surtout dans une société où l'on vit plus vieux et où l'on voit plus de cas de dysphagie. 

La dysphagie, explique la nutritionniste Amélie Giroux, est la difficulté de faire passer la nourriture de la bouche à l'estomac. Ce n'est pas une maladie, mais souvent une conséquence d'une autre maladie - la sclérose en plaques, par exemple. 

Peu de recommandations 

«Si on se rend compte qu'au Québec, de plus en plus de personnes âgées décèdent [après s'être étouffées], il va falloir que le corps médical se penche sur la question», dit le coroner Yvon Garneau. De tous les rapports du coroner consultés par La Presse, seulement une dizaine se terminent par des recommandations. On y note, par exemple, que le personnel doit connaître et maîtriser la technique Heimlich, cette pression faite sur l'abdomen, par une personne qui se trouve derrière celle qui s'étouffe. Le personnel de résidences a aussi été montré du doigt pour ne pas avoir reconnu un problème de dysphagie ou respecté la diète prescrite pour un patient. Dans un rapport, la coroner Catherine Rudel-Tessier note aussi le manque de communication dans une résidence. 

Toutefois, les cas de mort par étouffement après qu'un résidant a mangé de la nourriture qui n'était pas recommandée pour son état de santé ou parce qu'il avait mangé un plat préparé à l'extérieur de sa résidence sont extrêmement rares. Idem pour les erreurs : contrairement à ce qu'on pourrait penser, les morts surviennent rarement quand une diète liquide ou adaptée à un cas de dysphagie n'est pas respectée. 

Les erreurs fatales existent néanmoins : une dame de 87 ans s'est étouffée à Québec avec un sachet de thé que l'on avait laissé dans sa tasse, en 2016. Le coroner a recommandé au centre où elle résidait que le personnel serve uniquement du thé infusé à toute sa clientèle.

- Avec William Leclerc, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer