Consommation d'alcool: les anglophones font plus d'excès

Les Montréalais anglophones consomment de l'alcool de manière plus excessive... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Montréalais anglophones consomment de l'alcool de manière plus excessive que les francophones et les allophones. C'est la conclusion qui ressort d'un sondage CROP commandé par Éduc'alcool et obtenu par La Presse.

Selon le sondage, 46% des Montréalais anglophones avouent avoir consommé de l'alcool de manière excessive durant la dernière année. La consommation excessive représente cinq verres ou plus lors de la même occasion. La proportion est de 39% chez les francophones et de 27% chez les allophones.

Par ailleurs, 79% des Montréalais se déclarent consommateurs d'alcool. Au sein des trois groupes questionnés, 87% des francophones sont des consommateurs d'alcool, tandis que 83% des anglophones et 65% des allophones le sont.

Le directeur d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, indique que ces différences sur le plan des habitudes de consommation entre anglophones, francophones et allophones sont attribuables à des facteurs culturels, sans donner beaucoup plus de détails.

Alcool au volant

Pas moins de 15% des Montréalais anglophones avouent avoir conduit après avoir consommé de l'alcool au-delà de la limite permise; 4% des francophones et 2% des allophones avouent l'avoir déjà fait. Globalement, 6% des Montréalais admettent avoir conduit après avoir consommé de l'alcool au-delà de la limite permise.

«Il n'y a scandaleusement pas assez de barrages. [...] Le premier déterminant de la conduite avec facultés affaiblies est la perception qu'on va se faire arrêter si on conduit avec un taux d'alcoolémie plus élevé que le taux légal», indique M. Sacy. 

Chez les Montréalais, 23% croient qu'il est criminel de conduire après avoir pris un seul verre d'alcool. Ce taux est de 20% au Québec. De plus, 32% des Montréalais pensent que la limite d'alcool pour conduire n'est pas assez sévère, comparativement à 30% au Québec. À l'opposé, 3% des Montréalais croient que la limite d'alcool pour conduire est trop sévère. Au Québec, ce taux est de 4%.

Rendre la formation Action Service obligatoire?

«La formation Action Service est offerte par Éduc'alcool et l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec. Elle est destinée aux propriétaires et directeurs d'établissements licenciés ainsi qu'à leurs employés. Elle les renseigne sur leurs responsabilités professionnelles et légales, tout en les aidant à dépister et à gérer les clients qui boivent trop», lit-on sur la page web d'Éduc'alcool.

M. Sacy affirme avoir demandé, à plusieurs reprises, au gouvernement québécois de rendre cette formation obligatoire. C'est déjà le cas dans plusieurs pays d'Europe et ailleurs en Amérique du Nord.

De son côté, la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a fait savoir qu'il a déjà été question de rendre obligatoire une telle formation. «Un tel changement nécessite une modification dans la loi. Le projet de loi 68 déposé en 2012 incluait cette modification. Il n'a pas pu être adopté à cause d'un changement de gouvernement», affirme Joyce Tremblay, de la RACJ. «Mais on est en faveur d'un cours.»

Les filles plus souvent hospitalisées

En général, le taux de consommation excessive est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Mais selon des chiffres récemment publiés par l'Institut canadien de l'information sur la santé, le taux d'hospitalisation entièrement attribuable à l'alcool est plus élevé chez les filles que chez les garçons dans le groupe des 10 à 19 ans.

«Cette situation est inquiétante. On constate une incitation à boire de l'alcool qui vise les jeunes filles. Par exemple, on a les "ladies' night", les boissons gratuites pour les filles du lundi au dimanche, etc. La loi existe. C'est interdit d'offrir de l'alcool gratuitement ou au rabais», explique Christelle Féthière, chargée de projet à l'Association pour la santé publique du Québec.

Toujours selon l'Institut canadien d'information sur la santé, l'alcool est à l'origine d'un plus grand nombre d'hospitalisations que les crises cardiaques. En 2015-2016, 77 000 hospitalisations étaient entièrement attribuables à l'alcool, tandis qu'environ 75 000 étaient liées à une crise cardiaque.

***

EN CHIFFRES : 

82% : Proportion des Montréalais qui ne sont pas passés par un barrage de contrôle du taux d'alcoolémie au cours des 12 derniers mois.

37% : Proportion des Montréalais qui estiment qu'il est moins probable de se faire intercepter par un barrage policier pour l'alcool au volant que pour la vitesse, contre 45% des Québécois en général.

AFFECTIONS CHRONIQUES OU AIGUËS

Selon l'Agence de la santé publique du Canada, 60 affections chroniques ou aiguës sont associées à la consommation d'alcool à haut risque. Parmi celles-ci, on compte le cancer, les maladies gastro-intestinales, les troubles nerveux, les maladies cardiovasculaires et, pour les femmes enceintes, des effets négatifs sur le foetus.

«Quand on parle des effets négatifs de la consommation excessive d'alcool, on pense souvent aux accidents dus à l'alcool au volant, à l'alcoolisme, etc. Mais on néglige les maladies chroniques», affirme Mme Féthière.

SEUIL DE CONSOMMATION

«Il n'existe aucun seuil de consommation sécuritaire universel», affirme Mme Féthière en réaction aux seuils de trois verres pour les femmes et quatre pour les hommes souvent mentionnés. «Le seuil de consommation sécuritaire dépend de plusieurs facteurs, dont l'historique de santé et l'âge.»

***

MÉTHODOLOGIE DU SONDAGE DE CROP

L'enquête est réalisée tous les deux ans. Les résultats de celle de 2015 avaient déjà fait ressortir des différences dans les habitudes de consommations des francophones et des non-francophones de Montréal. Cette année, elle est approfondie. Les résultats pour les anglophones et les allophones sont présentés séparément.

Les résultats du sondage reposent sur 2700 entrevues téléphoniques effectuées du 20 février au 20 mars 2017. Les répondants ont été choisis à l'aide d'une sélection aléatoire parmi des personnes de 15 ans et plus. Un échantillon de 2700 est précis à 1,9 point, 19 fois sur 20. La marge d'erreur maximale pour les résultats par région est de 8 points de pourcentage.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer