Ottawa n'en fait pas assez pour la santé des autochtones, dit Barrette

Une fillette profite du soleil dans la réserve... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Une fillette profite du soleil dans la réserve autochtone d'Attawapiskat, dans le nord de l'Ontario.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De passage à la rencontre régionale du Sommet mondial sur la santé qui se tient jusqu'à aujourd'hui à Montréal, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a reproché au gouvernement fédéral de ne pas en faire assez pour soutenir la santé des autochtones au pays.

«La santé des autochtones est de juridiction fédérale. Mais plusieurs enjeux finissent toujours par tomber dans la cour du provincial. [...] On finit par donner les services. Mais le fédéral ne fait pas assez ni dans le financement, ni dans l'organisation», déplore le ministre Barrette.

Devant les quelque 800 participants à ce congrès d'envergure, le ministre de la Santé a affirmé que les communautés autochtones ne sont «pas aidées suffisamment» au pays et que la collaboration fédérale-provinciale dans ce dossier «n'a pas eu assez de succès depuis 100 ans».

M. Barrette a affirmé que se rendre dans certaines communautés autochtones du Québec équivaut à faire «un saut dans le passé». «C'est dans ces communautés que j'ai vu les pires radiographies pulmonaires de ma carrière. Certaines sont du même niveau que nos grands-parents, du temps qu'ils travaillaient dans des usines», a-t-il expliqué après son allocution.

Le ministre a affirmé qu'il est essentiel d'améliorer certains services de base, comme l'accès à l'eau potable et aux services d'hygiène, pour améliorer substantiellement la santé des populations. «Oui, c'est un appel au fédéral», a dit le ministre, pressant Ottawa de «prendre ses responsabilités» dans ce dossier.

Appel à l'action

Présent pour la conférence, le chirurgien autochtone Stanley Vollant a qualifié l'allocution du ministre Barrette «d'intéressante». «Mais le piètre état de santé des communautés autochtones est un constat connu depuis des années. Et rien ne bouge. Il est temps que les bottines suivent les babines», a-t-il dit.

Innu de Pessamit, le Dr Vollant est devenu le premier chirurgien autochtone de la province en 1994. Il milite fortement pour la promotion de saines habitudes de vie au sein des Premières Nations.

Le Dr Vollant estime notamment que les responsabilités fédérales et provinciales en santé doivent être mieux définies. «Les gouvernements et les intervenants des communautés devraient s'asseoir ensemble pour développer une stratégie et en faire une priorité. Oui, ça va coûter cher. Mais ne rien faire coûtera encore plus cher à long terme», dit-il.

Pas question toutefois pour le Dr Vollant de lancer l'énième commission sur la question. «En 1996, il y a eu la commission Erasmus-Dussault qui parlait déjà de solutions pour les communautés autochtones. Mais rien n'a été fait. Depuis 30 ans, je vois la santé des communautés autochtones diminuer. Le diabète a augmenté de trois à quatre fois. Le taux de suicide augmente. Aujourd'hui, la moitié de la population autochtone a moins de 24 ans. Il faut agir maintenant, sinon on va payer plus tard», soutient-il.

***

Rencontre d'envergure

Plus de 800 médecins, chercheurs et intervenants du milieu de la santé sont réunis jusqu'à aujourd'hui à Montréal dans le cadre de la rencontre régionale du Sommet mondial sur la santé. L'évènement, chapeauté par l'Université de Montréal et l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), présente plusieurs conférences sur différents thèmes, dont la santé des migrants, la santé des autochtones et la résistance aux antibiotiques.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer