Transferts fédéraux en santé: une demi-victoire, selon Barrette

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan... (Photo Caroline Gregoire, archives Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette

Photo Caroline Gregoire, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, n'est pas entièrement satisfait de l'entente conclue avec Ottawa sur les transferts fédéraux.

«On a réussi à avoir plus que ce qui était sur la table. On a été très vocaux. Mais les baisses de la part du fédéral en santé sont juste un peu moindres que prévu. C'est une demi-victoire», affirme M. Barrette.

Un peu plus tôt cet après-midi, la ministre fédérale de la santé, Jane Philpott, s'est réjouie de l'entente avec Québec. Le ministre Barrette juge «triste» que le gouvernement fédéral «se glorifie de cette journée qui annonce une «baisse de la part du fédéral dans le financement de la santé, ce qui aura des conséquences à long terme», dit-il.

Après des mois de bras de fer, Québec a annoncé ce matin s'être entendu avec Ottawa sur les transferts fédéraux en santé. Au cours des dix prochaines années, les transferts suivront la croissance annuelle du produit intérieur brut, pour une hausse minimale de 3%. Le Québec recevra également 2,5 milliards de dollars de fonds ciblés durant cette période et 25 millions de dollars pour financer la formation d'infirmières praticiennes spécialisées (IPS).

Au départ, Ottawa souhaitait que les fonds ciblés soient dépensés pour les soins à domicile et la santé mentale. Le fédéral a toutefois conclut une entente asymétrique à ce sujet avec Québec. La province pourra donc dépenser ces sommes selon ses besoins. « On n'aura pas un montant X à dépenser en soins à domicile ou en santé mentale, même si ces secteurs demeurent dans les priorités du gouvernement », explique Audrey Cloutier, attachée de presse du ministre des Finances, Carlos Leitao.

Fin d'un bras de fer

Au cours des derniers mois, Ottawa avait suscité la colère de Québec en disant vouloir faire passer la hausse des transferts en santé de 6% par année à 4,4%, en plus d'obliger les provinces à dépenser des montants ciblés pour les soins à domicile et la santé mentale.

Au cabinet du ministre Leitao, comme au cabinet du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, on estime que le gain du Québec sur l'asymétrie est très important. D'autant plus que le fédéral a également accepté de signer une entente asymétrique sur un autre programme lié aux infrastructures sociales. Quoique connus par Québec, les montants exacts liés à ce programme seront annoncés par Ottawa lors de la présentation de son prochain budget, le 22 mars. Québec pourra puiser à même ces fonds, destinés entre autres à améliorer le réseau de garderies au pays, pour financer les services à la population.

Diminution de la couverture des dépenses

L'accord actuel sur les transferts fédéraux en santé prenait fin en avril.  Selon cette entente, environ 23% des dépenses en santé du Québec étaient financées par les transferts fédéraux. Avec la nouvelle entente, cette proportion passe à 20%. Dans leurs pourparlers avec Ottawa, les provinces réclamaient que 25% des dépenses en santé soient couvertes par le fédéral.

Le ministre Barrette explique que dans ces négociations, Ottawa n'avait pas l'obligation de discuter avec Québec et que la province «ne pouvait pas se permettre de laisser de l'argent sur la table». «Le gouvernement n'avait pas juste le gros bot du bâton, il avait le bâton au complet. La seule arme qu'on avait, c'est l'opinion publique. C'est. Ce qu'on a fait et qui nous a permis d'aller chercher plus que ce qui était proposé», soutient le ministre.

Incapables de s'entendre avec les provinces, Ottawa a négocié des ententes à la pièce au cours des derniers mois. Jusqu'à maintenant, 9 des 13 provinces avaient conclu une entente. Le Québec, de même que l'Ontario et l'Alberta,  s'ajoutent maintenant à cette liste. Au moment de mettre sous presse, seul le Manitoba n'avait pas encore signé d'entente.

Un total de 69 millions de dollars seront versés pour la première année de cette entente au Québec. À ce montant devront s'ajouter les sommes liées aux infrastructures sociales, qui seront annoncées le 22 mars.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer