Les demandes d'accès à la marijuana médicinale explosent

Le nombre de Canadiens inscrits pour pouvoir faire l'achat de marijuana... (ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
TORONTO

Le nombre de Canadiens inscrits pour pouvoir faire l'achat de marijuana médicinale auprès de producteurs autorisés a explosé depuis que le fédéral a lancé, il y a environ quatre ans, son programme d'accès commercial, atteignant presque la barre des 130 000 personnes à la fin de l'année 2016, indiquent les données les plus récentes de Santé Canada.

En date du 31 décembre, 129 876 Canadiens s'étaient inscrits auprès des producteurs de cannabis certifiés, soit 32 % de plus que les 98 450 inscrits à la fin de septembre. Les données les plus récentes traduisent une impressionnante hausse de 1544 % par rapport aux 7900 personnes qui bénéficiaient d'un accès à la marijuana médicinale au milieu de l'année 2014.

L'augmentation de la demande laisse plusieurs professionnels de la santé douter que la totalité de ces patients demande le recours à cette substance pour des raisons thérapeutiques légitimes. Se pourrait-il que certaines personnes profitent du système pour obtenir de la marijuana à des fins récréatives avant que la légalisation de cette drogue - telle que promise par les libéraux de Justin Trudeau - ne survienne?

Le docteur John Goodhew, un médecin de famille travaillant au centre-ville de Toronto qui croit aux effets thérapeutiques de la marijuana pour certains maux spécifiques, constate bel et bien un boom dans les demandes d'ordonnance.

Puisqu'il est un des rares médecins à prescrire ce traitement, ses patients proviennent d'un bout à l'autre de l'Ontario.

Il lui arrive toutefois de répondre à certaines personnes qui le contactent qu'il ne peut rien pour elles étant donné qu'il croit en l'efficacité de la marijuana médicinale seulement pour les «personnes dont (il est) familier avec l'historique de santé», a-t-il relaté dans une entrevue accordée jeudi à La Presse canadienne.

Le médecin a expliqué opter pour l'emploi de marijuana médicinale dans des cas de douleur, de perte de poids attribuable à certaines conditions comme les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, de nausées et d'hépatite C. Or, de plus en plus de patients réclament du cannabis pour traiter de l'arthrose, un mal dont la prévalence augmente avec le vieillissement de la population.

«Des choses comme l'anxiété ou la dépression, pour lesquelles il n'y pas de données fiables (qui prouvent que) ça fonctionne (...) Je ne prescrirai pas», a dit le docteur Goodhew.

Quant à ceux qui se présentent à son cabinet pour obtenir l'ordonnance souhaitée en croyant ne pas avoir à donner de détails sur leur état de santé, le médecin attribue leur cas à l'«effet Trudeau».

Selon lui, la légalisation prochaine que promet Ottawa fait en sorte que moins de personnes craignent de faire des demandes non justifiées au chapitre du cannabis médicinal.

Même son de cloche du côté du vice-président en professionnalisme médical à l'Association médicale canadienne, qui croit aussi que la hausse des ordonnances de marijuana médicinale s'explique par le fait que les médecins sont de plus en plus à l'aise avec l'idée d'en prescrire. De même, les Canadiens sont plus enclins à en faire la demande, a noté le docteur Jeff Blackmer.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer