Surdoses d'opioïdes: «La crise est à nos portes»

Sur la photo, un kit de naloxone tel... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Sur la photo, un kit de naloxone tel que fourni par la santé publique de Toronto en 2014

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moment où la crise du fentanyl poursuit ses ravages dans l'ouest du pays, un organisme qui forme les utilisateurs de drogues injectables à l'administration de l'antidote qui pourrait leur sauver la vie vient de perdre son financement.

Situé dans l'est de Montréal, l'organisme Méta d'âme a tenu depuis 2014 des dizaines de formations sur l'utilisation du Naloxone, un médicament injectable qui réactive le système respiratoire lors d'une surdose au fentanyl ou à autre opioïde.

Plus de 300 personnes, dont des utilisateurs de drogues dures et des intervenants sociaux actifs sur le terrain, ont suivi le cours. Elles ont ensuite reçu gratuitement une trousse de Naloxone, qui contient deux injections de l'antidote. Celles-ci ont été utilisées au moins une vingtaine de fois pour sauver des vies à Montréal.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux, évoquant des raisons « d'efficience et d'efficacité », a décidé de ne pas renouveler le financement du programme de formation de Méta d'âme pour l'année 2017-2018, a appris La Presse. Son directeur général, Guy-Pierre Lévesque, tente maintenant de sauver les meubles.

Un petit budget octroyé par la Direction régionale de santé publique de Montréal, équivalant à 20 % de ce qui était réclamé, lui permettra de maintenir un nombre réduit de formations jusqu'en juin. L'avenir est incertain après cette date. « La crise est à nos portes. La GRC vient de confirmer qu'elle a saisi du carfentanyl [une drogue 100 fois plus puissante que le fentanyl] à l'aéroport de Mirabel. On a du fentanyl dans nos rues. Le sablier coule, et pendant ce temps, à Montréal, on pense qu'on est dans une bulle, protégés de cette crise nord-américaine de santé publique. Mais le fentanyl va tôt ou tard faire des ravages dans nos rues, et ce ne sont pas les professionnels de la santé qui seront en première ligne, ce seront leurs pairs », plaide-t-il.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux préfère confier à la Direction de la santé publique de Montréal le soin de donner les cours. La formation offerte par Méta d'âme, qui comprend un cours de réanimation cardiaque, est d'une durée de quatre à cinq heures, alors que celle de la DSP dure 30 minutes seulement.  « C'est vraiment le temps de formation qui est minimisé. Ça coûte moins cher », explique la porte-parole de ministère, Caroline Gingras. 

MONTRÉAL À LA TRAÎNE

Les surdoses liées au fentanyl ont jusqu'à maintenant été liées à la mort de 392 personnes en Alberta et de centaines d'autres en Colombie-Britannique. La ville d'Edmonton a décidé de former tous ses policiers à l'utilisation de l'antidote.

Craignant l'arrivée de la crise dans l'est du pays, la ville d'Ottawa, quant à elle, affiche des publicités dans ses autobus incitant les toxicomanes à se munir de Naloxone. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a aussi distribué en septembre dernier 13 700 unités à ses policiers partout au pays, sous forme de vaporisateur nasal (appelé Narcan).

Mais Montréal est largement à la traîne en ce qui a trait à la disponibilité du Naloxone et du Narcan sur le terrain. Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et les pompiers montréalais n'en ont pas et ne sont pas formés pour l'utiliser. Seuls les ambulanciers sont habilités à l'administrer. « Toutes nos ambulances en sont munies, et plus de 75 % de nos ambulanciers ont reçu la formation », indique Stéphane Smith, porte-parole d'Urgences santé.

Différents spécialistes de santé publique plaident cependant pour que ce soient les utilisateurs de drogues injectables eux-mêmes qui constituent la première ligne d'intervention. « Il y a très peu de risque, et beaucoup d'avantages à cette approche », dit François Gagnon, chercheur à l'Institut national de santé publique du Québec, qui a fait une revue de la littérature sur la question. « À Chicago, on estime que ça a aidé à réduire de 10 à 15 % le taux de mortalité par année. »

En cas de surdose, un toxicomane perd connaissance et ne peut pas s'injecter lui-même l'antidote. Mais si un pair a les connaissances nécessaires pour détecter les symptômes, il peut agir beaucoup plus vite que les services d'urgence. « Si elle n'est pas réanimée rapidement, la personne en surdose tombe à trois ou quatre respirations par minute. Elle s'intoxique par son dioxyde de carbone. On peut avoir mort cellulaire, des morts cérébrales, des patients qui deviennent complètement végétatifs, avec des séquelles graves, au niveau de la mémoire ou de la vision, explique Pierre-André Dubé, pharmacien et responsable scientifique en toxicologie clinique à l'Institut national de santé publique du Québec. Si on réussit à les réanimer seulement à l'hôpital, on va se retrouver avec des cas très lourds, ce qui n'est pas mieux pour la société. »

« C'est sûr qu'on n'a pas la même crise qu'à Vancouver, mais c'est préoccupant de penser qu'on ne puisse pas avoir d'enseignement et de prévention. La toxicomanie est une maladie comme une autre, et comme toute maladie, les gens ont droit d'être traités et d'avoir des méthodes de prévention », ajoute M. Dubé. 

Le directeur général de Méta d'âme, appuyé par différents organismes communautaires, croit être en mesure de trouver une solution politique à son problème. « On a encore espoir de faire changer les choses en frappant aux bonnes portes », dit M. Lévesque.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer