Virus Zika: les inquiétudes grandissent

Selon une nouvelle étude américaine, les femmes qui... (Photo Ueslei Marcelino, archives Reuters)

Agrandir

Selon une nouvelle étude américaine, les femmes qui ne présentent aucun symptôme après avoir contracté le Zika courent elles aussi le risque d'avoir des bébés souffrant de malformations.

Photo Ueslei Marcelino, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On savait déjà que le virus Zika pouvait causer des microcéphalies chez les bébés, mais ce genre de complication est-il rare ou courant ? Une première étude menée aux États-Unis sur 442 femmes infectées montre que 6 % de leurs foetus ou de leurs bébés ont présenté des malformations. Quand on examine les femmes infectées pendant le premier trimestre de grossesse, la proportion grimpe à 11 %.

« On parle de malformations extrêmement graves. Alors un risque de 11 % au premier trimestre, c'est très, très élevé », commente Cédric Yansouni, directeur adjoint du Centre des maladies tropicales J.D. MacLean de l'Université McGill.

L'expert explique que ces études qui quantifient les risques du Zika sont très importantes.

« Il est extrêmement difficile de conseiller les femmes sur des aspects comme la continuation de leur grossesse quand on ignore si le risque de malformation est d'un sur deux ou d'un sur dix mille, comme c'était le cas au début de l'épidémie », illustre-t-il.

L'étude américaine a été publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

PAS DE SYMPTÔMES... PAS DE CERTITUDE

L'étude publiée dans le JAMA contient aussi une information cruciale : les femmes qui ne présentent aucun symptôme après avoir contracté le Zika courent exactement le même risque d'avoir des bébés souffrant de malformations que celles qui en présentent. Rappelons que 80 % des gens qui contractent le Zika ne présentent aucun symptôme.

« Du point de vue de la santé publique, ça a des implications importantes. Ça veut dire que les femmes enceintes qui reviennent de pays touchés devraient toutes se faire tester pour le Zika, même si elles n'ont pas de symptômes », souligne Anne Gatignol, chercheuse à l'Institut Lady Davis et professeure au département de médecine de l'Université McGill.

PAS QUE DES MICROCÉPHALIES

On a beaucoup parlé de ces bébés à petite tête nés de mères infectées par le Zika. On constate cependant qu'il ne s'agit pas des seules malformations causées par le virus. « On s'aperçoit maintenant qu'il y a une multitude d'anomalies qui peuvent être associées à l'infection à virus Zika, que ce soient des calcifications intracrâniennes, des hydrocéphalies, d'autres atteintes au système nerveux central ou même des atteintes auditives et oculaires », dit Guy Boivin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les virus en émergence et la résistance aux antiviraux à l'Université Laval.

L'expert estime que les enfants nés de mères infectées qui ne présentent pas de malformations devront aussi être suivis de près.

« Il n'est pas impossible qu'ils développent des anomalies plus subtiles qui se manifesteront plus tard. On voit ça dans le cas du cytomégalovirus, un autre agent qui cause des microcéphalies », dit-il.

LE VIRUS SE RÉPLIQUE DANS LES FOETUS

Une autre étude publiée cette semaine a montré que le virus du Zika peut se répliquer dans le placenta et dans le cerveau des foetus jusqu'après leur naissance. « Le problème avec les foetus est que leur système immunitaire n'est pas mature. Le virus peut donc s'y répliquer beaucoup plus longtemps que chez un adulte en bonne santé », explique Guy Boivin, de l'Université Laval.

Les chercheurs soulignent qu'on ne connaît pas encore à quel âge un enfant peut être exposé au virus Zika sans courir de risques importants. Le fait que le système immunitaire des enfants ne soit pas encore pleinement développé et que leur cerveau soit en plein développement pourrait en effet les rendre vulnérables.

D'AUTRES SURPRISES

Cédric Yansouni, du Centre des maladies tropicales J.D. MacLean de l'Université McGill, rappelle que la science en est encore à l'étape de documenter et de tenter de comprendre les effets que peut avoir le virus Zika sur l'être humain.

« On ne connaît pas tout et il faut s'attendre à d'autres surprises, estime-t-il. La dernière fois qu'on a vu l'émergence d'un pathogène qui cause des malformations congénitales, c'était il y a 60 ans avec la rubéole. Il y a longtemps qu'on n'a pas fait face à ça, comme espèce, et c'est un casse-tête extraordinaire. »

LA FLORIDE À ÉVITER

Aux États-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont identifié des zones de transmission du virus dans le sud de la Floride, notamment dans la ville de Miami et à Miami Beach. L'Agence de santé publique du Canada recommande aux femmes enceintes ou à celles qui veulent le devenir d'éviter ces zones, et de différer tout voyage dans le reste de la Floride.

CONSEILS AUX VOYAGEURS

L'Agence de la santé publique du Canada donne les recommandations suivantes aux voyageurs :

Les femmes enceintes et celles qui envisagent de le devenir devraient éviter tout voyage dans les régions touchées, dont plusieurs régions de la Floride.

Les femmes qui reviennent d'une zone touchée devraient attendre au moins deux mois avant d'essayer de concevoir.

Les hommes qui reviennent d'une région touchée devraient utiliser des préservatifs pour une période de six mois après leur retour et éviter de concevoir pendant ce temps.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer