La relève en soins infirmiers grandit

La relève en soins infirmiers est en croissance importante et comble les... (Photo Patrick T. Fallon, archives Bloomberg)

Agrandir

Photo Patrick T. Fallon, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La relève en soins infirmiers est en croissance importante et comble les départs à la retraite, et de plus en plus d'élèves décident de poursuivre leurs études au baccalauréat, a indiqué, mardi, l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ).

En fait, 51 % de la relève 2015-2016 titulaire d'un diplôme d'études collégiales (DEC) s'est inscrite au baccalauréat en sciences infirmières au cours de l'année. Il s'agit du taux le plus élevé enregistré à ce jour, a souligné l'OIIQ.

Toutefois, malgré cette percée, le Québec continue de prendre du retard par rapport au reste du Canada: l'effectif infirmier du Québec compte 40 % d'infirmières et d'infirmiers bacheliers, contre 54 pour cent à 64 % dans les autres provinces canadiennes, selon les données de l'Institut canadien d'information sur la santé, publiées en 2016.

Le Québec a par ailleurs connu un meilleur taux d'emploi pour les diplômés universitaires.

Jusqu'en 2012-2013, le taux d'intégration sur le marché de l'emploi variait entre 93 % et 94 % sans différence notable entre les diplômés collégiaux et universitaires.

En à peine trois ans, le taux d'emploi des diplômés universitaires est demeuré juste sous la barre des 90 pour cent, tandis que celui des diplômés collégiaux est descendu à 83 %, une différence de 7 points de pourcentage.

L'OIIQ a souligné que la formation au baccalauréat en sciences infirmières, c'est-à-dire la formation qui prépare les infirmières et infirmiers «à exercer en soins de première ligne et dans la communauté, ainsi qu'en soins critiques», semblait mieux répondre aux besoins et défis actuels du marché de l'emploi en matière de santé.

Pour la première fois depuis plus de dix ans, l'âge moyen de l'effectif est passé sous la barre des 43 ans pour se situer, au 31 mars 2016, à 41,9 ans. Tout de même, un peu plus de 12 000 infirmières et infirmiers sont âgés de 55 ans ou plus, soit 17,5 % de l'effectif.

Ainsi, la relève comble les départs à la retraite et conduit, cette année encore, à une légère croissance de l'effectif global, a indiqué l'OIIQ.

Le nombre d'infirmières et d'infirmiers inscrits au tableau de l'OIIQ en 2015-2016 s'élevait à 74 206, soit 584 membres de plus que l'année précédente. L'organisme a délivré 3879 permis pour la même période, établissant un record. Depuis les trois dernières années, l'OIIQ délivre annuellement plus de 3500 permis.

En 2015-2016, la profession a compté 10,9 % d'hommes. Si l'on considère uniquement la relève, cette proportion s'élève à 12,9 %. La présence des hommes dans l'effectif du Québec est significativement supérieure à ce qu'on trouve dans les autres provinces canadiennes, où les infirmiers ne représentent que 8 % ou moins des effectifs, selon les données de l'Institut canadien d'information sur la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer