• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Une forte «dépréciation confirme que ça ne va pas bien au nouveau CHUM» 

Une forte «dépréciation confirme que ça ne va pas bien au nouveau CHUM»

La livraison de la première phase du nouveau... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La livraison de la première phase du nouveau CHUM, prévue en avril dernier, a été reportée à la fin de mars 2017.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les problèmes au chantier du nouveau CHUM pèsent sur ses constructeurs. La firme Obrascon Huarte Lain (OHL) en sait quelque chose. Elle vient de retrancher 150 millions de dollars de ses livres.

Pierre J. Hamel, professeur et chercheur à l'INRS... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Pierre J. Hamel, professeur et chercheur à l'INRS

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Jean-Pierre Daubois, conseiller syndical à la FSSS-CSN... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Jean-Pierre Daubois, conseiller syndical à la FSSS-CSN

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

FORTE DÉPRÉCIATION

La firme espagnole encaisse une perte de « 105 millions d'euros liée au Centre hospitalier de l'Université de Montréal », peut-on lire dans son dernier rapport trimestriel, au 30 septembre. « C'est la conséquence d'une hausse du rythme pour achever le travail dans les temps, et d'autres coûts », est-il précisé. Au total, sur des ventes de plus de 3,1 milliards d'euros, OHL n'affiche que 3,9 millions de profit après neuf mois. En plus de la provision pour le CHUM, la firme a été touchée par la dévaluation des monnaies. S'ajoute une sanction de 34 millions d'euros pour une filiale en faillite, incapable de compléter une ligne ferroviaire à Madrid.

MAUVAISE POSTURE

« Cette dépréciation confirme que ça ne va pas bien au nouveau CHUM, dit Pierre J. Hamel. C'est une décision comptable. » La firme constate que sa participation dans le consortium vaut moins cher que prévu. « Donc, elle baisse la valeur de sa part dans cet actif », dit le professeur-chercheur à l'INRS. Et en diminuant ses profits, elle baisse ses impôts. « Mais quand tout roule, on n'a pas besoin de faire ça, rappelle-t-il. Le consortium est manifestement en mauvaise posture. » Sans compter que son partenaire, le constructeur britannique Laing O'Rourke, vit la même situation.

PAIEMENTS À VENIR

« Le consortium va avoir besoin de liquidités », dit Jean-Pierre Aubry, fellow associé au CIRANO. Selon lui, le gouvernement du Québec pourrait subir des pressions pour payer des montants plus vite. D'ailleurs, le récent rapport de l'agence de crédit DBRS, qui abaisse la cote des obligations du consortium à BBB, évoque cette possibilité. Le gouvernement pourrait commencer à payer une partie du loyer mensuel de 11 millions en fonction de la livraison de certaines parties du projet, indique-t-on. « Avec ces problèmes de retard et d'argent, une question se pose : quelle est la probabilité que ce soit bien construit ? », se demande M. Aubry.

PROBLÈMES DE CONSTRUCTION ?

C'est ce qui inquiète Jean-Pierre Daubois, conseiller syndical à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN). « Le plus grand danger pour nos finances publiques, c'est de recevoir un hôpital truffé de malfaçons, dit-il. Une fois que le CHUM aura accepté l'édifice, il vivra le même enfer que le Centre universitaire de santé McGill, qui a recensé des milliers de problèmes. » Et qui est entraîné dans des poursuites de 300 millions, rappelle-t-il. « Les PPP, c'est la garantie que les firmes privées prendront tous les moyens, pendant les 38 ans où Québec sera leur locataire, pour reprendre l'argent perdu. »

CONTRAT SECRET

La livraison de la première phase de l'hôpital, prévue en avril dernier, a été reportée à la fin de mars 2017. Voire en juin. Mais rien n'est officiel. « Nous négocions la date avec le CHUM », dit Mar Santos Fabian, porte-parole d'OHL à Madrid. D'ici là, depuis avril, Québec ne paie pas pour les mois de retard. Cela se traduit par une perte de 11 millions par mois pour le consortium. Mais, une fois l'hôpital construit, le contrat prévoit un service d'entretien par les firmes privées. « Ce contrat est secret, dit Jean-Pierre Daubois. Combien ça va nous coûter ? Québec doit absolument rendre ce contrat public. »

ACTIF RENTABLE

Les temps sont difficiles, reconnaît Pierre J. Hamel, de l'INRS. « OHL doit se serrer la ceinture et tenir jusqu'à ce que l'immeuble soit accepté, dit-il. Si elle le fait, c'est un actif qui vaudra cher. » Selon lui, OHL vendra aussitôt sa participation. « Le CHUM deviendra une machine à imprimer de l'argent, car il offrira des revenus locatifs intéressants pour des décennies, dit-il. Les fonds de placement auront de l'intérêt. » Mais d'ici là, les constructeurs ont d'autres défis à relever. « La démolition de l'hôpital Saint-Luc risque de libérer dans l'atmosphère des milliards de champignons très polluants, dit-il. Il faudra être très prudent. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer