Opérations à coeur ouvert: le CHUM rappelle plus de 2500 patients

Le CHUM est le deuxième hôpital montréalais à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le CHUM est le deuxième hôpital montréalais à rappeler des patients à cause de la contamination possible d'appareils utilisés lors des opérations à coeur ouvert.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après l'Institut de cardiologie de Montréal, c'est au tour du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) de rappeler plus de 2500 patients opérés depuis le 8 mai 2014 à cause de la contamination possible de certains appareils utilisés lors des opérations à coeur ouvert. Et au moins cinq autres hôpitaux de la province procéderont aussi à un tel rappel sous peu.

Les appareils responsables sont des générateurs thermiques de type Stöckert 3T de l'entreprise Sorin (LivaNova), qui pourraient avoir été infectés à la Mycobacterium chimaera lors de leur fabrication en Allemagne. En tout, le Québec compte 31 de ces appareils.

Dans un communiqué diffusé hier, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) note que d'autres hôpitaux de la province utilisaient ces générateurs thermiques et procéderont sous peu à des rappels.

HÔPITAUX UTILISANT DES GÉNÉRATEURS THERMIQUES STÖCKERT 3T

  • Centre universitaire de santé McGill
  • Institut de cardiologie de Montréal
  • Centre hospitalier de l'Université de Montréal
  • Hôpital de Chicoutimi
  • CHU de Québec-Université Laval
  • Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec
  • Centre hospitalier universitaire de Saint-Justine

« Les patients ayant subi une opération à coeur ouvert depuis le 1er novembre 2011 dans les établissements mentionnés ont donc reçu ou recevront incessamment une lettre les informant de la situation, des démarches à effectuer s'il y a lieu, de même qu'en vue de solliciter leur vigilance vis-à-vis l'apparition de symptômes », explique le MSSS. Au CHUM, les appareils n'ont été achetés qu'en 2014 et le rappel vise donc une plus courte période.

BACTÉRIE COMMUNE

Les hôpitaux québécois, tout comme ceux du Canada, des États-Unis et de l'Europe, ont été informés en juin 2015 du risque que ces appareils soient infectés par la mycobactérie. De nouvelles mesures de désinfection et de nettoyage des générateurs thermiques avaient alors été mises en place.

Mais en octobre dernier, les Centers for Disease Control des États-Unis recommandaient de procéder à une relance massive des patients opérés à coeur ouvert. « Nous avons depuis cessé d'utiliser les appareils », explique la directrice des communications du CHUM, Irène Marcheterre.

La Mycobacterium chimaera est commune dans la nature et ne cause généralement aucun problème. Certains patients opérés au coeur et contaminés par la bactérie pourraient toutefois présenter des symptômes plusieurs mois, voire plusieurs années après leur opération. Les symptômes s'apparentent à ceux de la grippe, soit une fièvre, une fatigue, des douleurs musculaires et articulaires et des sueurs nocturnes, durant depuis plus d'une semaine. Les patients atteints ne sont pas contagieux.

Selon les Centers for Disease Control, les risques de contamination sont de 0,1 à 1 %. 

« Même si le risque de contamination est très faible, on ne prend pas de chance. » - Irène Marcheterre, directrice des communications du CHUM

Le 24 octobre dernier, l'Institut de cardiologie de Montréal a lui aussi procédé au rappel de 7631 patients opérés depuis 2012 pour cette raison. À ce jour, deux patients ont été diagnostiqués avec une infection et ont été traités par l'Institut de cardiologie.

GESTION DE CRISE

Selon le MSSS, les hôpitaux touchés « sont très bien organisés et outillés à l'heure actuelle pour répondre aux questions des patients qui ont subi de telles chirurgies et qui pourraient avoir des préoccupations ». Le CHUM a par exemple mis à la disposition des patients un centre d'appels. Déjà, 26 personnes ont appelé pour se renseigner.

Le Ministère explique que le remplacement de l'ensemble des appareils « ne peut se faire à court terme » puisque la problématique est mondiale et qu'il y a « des enjeux d'approvisionnement ». « Cela étant, les risques associés au fait de ne pas être opéré sont nettement plus élevés que le risque d'être infecté par la bactérie. Dans le but d'assurer la sécurité des patients, l'ensemble des établissements concernés applique rigoureusement les nouvelles directives émises par le fabricant quant à l'entretien et au nettoyage des dispositifs », dit le MSSS.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer