Une famille dans l'enfer des punaises de lit

Aisha Fartas et ses trois filles vivent dans... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Aisha Fartas et ses trois filles vivent dans un HLM insalubre avec des punaises au 190 Place Benoit à Montréal.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nuit, Aïcha Fartas s'entasse avec ses trois filles dans l'unique lit de l'appartement. Dans la noirceur, elle ne dort pas : elle retire les punaises de lit agrippées aux bras de ses filles. Et sanglote en silence. Il y a quelques mois, elle s'est résignée à jeter pour la seconde fois les lits infestés de punaises de ses enfants. Son logement est devenu son purgatoire et ces minuscules bestioles, ses bourreaux.

«Je ne peux pas vivre comme ça! Les filles pleurent tout le temps. Elles me montrent les punaises et les enlèvent sur elles. C'est moralement dégueulasse!», souffle-t-elle, les larmes aux yeux. La mère seule de trois filles de 6, 7 et 15 ans lance un cri du coeur. «Si je reste, on va rester malades et les enfants n'auront pas une bonne vie», confie-t-elle, désemparée. Il y a deux ans, elle a recommencé sa vie à zéro, seule avec ses filles. Elle aura finalement troqué un enfer pour un autre.

Les punaises de lit sont immanquables sur les murs du salon d'Aïcha Fartas. En plein jour, des punaises de quelques millimètres continuent de ramper tout près de l'amoncèlement de poudre chimique déposée par l'exterminateur embauché par le propriétaire il y a quelques jours. Des cadavres de punaises noircissent le pied du mur partout dans le petit logis. La Presse a même vu des punaises sur le plancher, lors de sa visite samedi dernier. «Partout! Il y en a partout!», lance Aïcha Fartas.

«Plein de marques»

Les quatre habitent depuis deux ans dans un appartement privé du quartier Saint-Laurent choisi et subventionné par l'Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM). Aïcha Fartas supplie les autorités depuis des mois de lui trouver un autre appartement pour que ses filles ne soient plus malades. «J'ai eu plein de marques et de boutons partout. Je me gratte», dit candidement l'énergique Jasmine, 6 ans, pendant l'entrevue.

La fillette et ses deux soeurs ont d'ailleurs régulièrement des marques rougeâtres au visage ou sur les bras en raison des punaises de lit, selon Aïcha Fartas. Il y a quelques semaines, la situation est devenue encore plus critique: un médecin a retiré une punaise qui s'était creusé un chemin dans l'oreille de la mère de famille. «On ne peut pas vivre comme ça! Je suis une mère seule avec trois enfants!», lance Aïcha Fartas, désespérée. Puisqu'elle ne travaille pas, elle n'a pas les moyens de se priver de la subvention du programme de supplément au loyer de l'OMHM.

Le déménagement de Mme Fartas est une «priorité» pour l'OMHM, explique le directeur des communications, Mathieu Vachon. «La situation des punaises de lit est réelle, nous sommes au courant. Nous avons l'obligation que madame habite dans un logement décent», dit-il. Or, note-t-il, elle a refusé un appartement proposé en novembre dernier dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, puisqu'elle exigeait d'habiter dans Côte-des-Neiges, un quartier voisin où les appartements adéquats sont rares.

«L'appartement était très vieux et le train passait juste à côté. Je suis seule avec trois enfants, je veux une place qui est proche de l'autobus», se défend Aïcha Fartas. Mais depuis novembre, l'invasion de punaises a dégénéré et elle est maintenant prête à déménager dans n'importe quel appartement décent. «Si je pars, je prends mes filles et je laisse tout derrière», assure-t-elle.

Toutefois, selon l'OMHM, Mme Fartas a « beaucoup de critères » et tient à déménager dans les quartiers Côte-des-Neiges ou Saint-Laurent. Or, la nouvelle arrivante ne propose pas d'autres quartiers, simplement parce qu'elle ne connaît pas les autres secteurs de la métropole. «On veut vraiment s'assurer que cette dame puisse quitter les lieux dès que possible. En même temps, il faut travailler avec ses priorités et ses choix de secteur», indique Mathieu Vachon.

Le propriétaire se défend

Yeshua Moscowicz est le président de la société propriétaire de l'immeuble où habite Mme Fartas sur la Place Benoît, dans une enclave résidentielle en plein quartier industriel. Il se défend d'avoir été négligent. «Nous avons travaillé très fort au cours des derniers mois pour nettoyer les appartements. Il y avait de sérieux problèmes. L'ancien gestionnaire n'était pas très bien», dit-il au téléphone.

Le nouveau gestionnaire, Joel Teller, soutient qu'Aïcha Fartas a refusé à trois reprises l'accès à son appartement aux exterminateurs. «Maintenant, c'est la seule qui a des punaises de lit, parce que nous avons fait tout le reste de l'immeuble à trois reprises dans les derniers mois. Elle a toujours dit: "Je n'en ai pas, je n'en ai pas." Et maintenant, elle est infectée!», assure-t-il, offusqué. Bémol toutefois à l'OMHM. « Le travail qui devrait être fait [par le propriétaire] n'a pas été fait à notre satisfaction. C'est pour ça qu'elle est en priorité », explique Mathieu Vachon.

Aïcha Fartas nie fermement les accusations du gestionnaire. «Ce n'est pas vrai! C'est moi qui ai appelé le concierge! J'ai refusé une seule fois parce que mes filles étaient malades, alors je ne voulais pas de produits chimiques à la maison. Mais il est venu une semaine plus tard sans problème», indique-t-elle, renversée. Elle s'indigne d'ailleurs que M. Teller l'ait appelée à la suite de son entrevue avec La Presse. «Il m'a dit: "Le propriétaire est fâché, pourquoi tu as appelé un journaliste?"»

À la suite de l'intervention de La Presse, le propriétaire a pris des mesures pour tenter d'exterminer complètement les punaises de lit dans l'appartement de Mme Fartas. Depuis lundi, celle-ci séjourne temporairement chez une amie pour la durée du traitement.

Le problème de punaises à Montréal

La Ville vise la stabilité

L'invasion de punaises de lit à Montréal est demeurée stable au cours des trois dernières années, malgré l'adoption d'un plan de lutte contre l'insalubrité des logements en 2014. « Il y a eu 5000 déclarations sur un an en 2015-2016. On ne minimise pas la problématique. C'est 5000 de trop. Mais d'année en année, ça reste sensiblement dans les mêmes eaux. [...] On a comme objectif que ça n'augmente pas », soutient Marianne Cloutier, responsable des équipes de salubrité à la Direction de l'habitation à la Ville de Montréal. Depuis 2013, les exterminateurs sont d'ailleurs obligés de déclarer à la Ville toute intervention. La Ville est « beaucoup active » dans cette « lutte complexe » depuis 2008 et mise énormément sur la prévention auprès des locataires et des propriétaires, maintient Mme Cloutier.

Pas assez d'inspecteurs, selon Projet Montréal

L'administration Coderre n'a pas un « objectif ambitieux » dans sa lutte contre les punaises de lit, estime Projet Montréal. « Ne pas se donner l'objectif de réduire [l'infestation], je trouve qu'on a baissé les bras trop vite », dénonce Émilie Thuillier, leader de l'opposition officielle à l'hôtel de ville. « Les personnes qui en sont atteintes, leur vie devient un enfer du jour au lendemain ! Ils vivent des mois comme ça, c'est épouvantable ! » Pour s'attaquer à cet « important » problème de santé publique, il doit « absolument » y avoir davantage d'inspecteurs, martèle-t-elle. « Ce qui nuit à la lutte aux punaises de lit, c'est la direction de la Ville de Montréal qui impose aux arrondissements de couper des effectifs. On n'arrive pas à embaucher des inspecteurs ! »

Interventions en hausse à l'OHMHM

Les punaises de lit sont légèrement en hausse depuis trois ans dans le parc immobilier de 20 767 logements à loyer modique géré par l'Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM). L'an dernier, 1844 « interventions correctives » ont été effectuées. « La situation des punaises de lit est une réalité. On fait des visites de prévention dans les logements tous les deux ans pour s'assurer qu'il n'y a pas de présence de punaises de lit. Cette lutte est intimement liée avec la collaboration des locataires. Une préparation du logement est absolument essentielle », explique Mathieu Vachon, directeur des communications de l'OMHM. L'Office subventionne environ 10 000 logements par le Programme de supplément au loyer.

Les propriétaires négligents critiqués

« La réglementation montréalaise est très bonne, mais elle est mal appliquée », souligne André Trépanier, responsable des droits des locataires et de la lutte contre l'insalubrité au Comité d'action de Parc-Extension (CAPE). L'organisme dénonce l'absence de « coercition » de la Ville à l'endroit des propriétaires négligents. « La Ville a le pouvoir de faire un travail et de refiler la facture aux propriétaires. Mais elle n'utilise pratiquement jamais ce pouvoir », déplore André Trépanier. Il salue toutefois les campagnes de sensibilisation de la Ville et le projet-pilote mis en place pour aider les ménages vulnérables à préparer leur logis pour l'extermination. « On espère que ce sera reconduit », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer