Éclosion de tuberculose dans les crack houses de Montréal

L'air vicié des crack houses, la grande promiscuité qui... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

L'air vicié des crack houses, la grande promiscuité qui y existe et l'état de santé déjà précaire des individus qui y vivent permettent à la tuberculose de prospérer dans ce milieu.

Photo François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trente-cinq malades et trois morts : une éclosion de tuberculose qui perdure depuis 2003 dans les ruelles et les crack houses de Montréal a repris de la vigueur dans les deux dernières années, donnant beaucoup de fil à retordre aux autorités de la santé publique.

Seulement l'an dernier, cette éclosion a fait 12 nouveaux malades, trois fois plus qu'en 2014, selon un document récemment publié par le ministère de la Santé, qui reconnaît les « résultats mitigés » de ses efforts.

Les malades sont des marginaux - toxicomanes pour la plupart, prostitués ou itinérants pour certains - ainsi que des personnes qui vivent à leur contact. Quatre enfants font partie de cette dernière catégorie.

« C'est inquiétant. On suit de très près cette éclosion et on réfléchit à toutes sortes de moyens pour la combattre », a affirmé Marie Munoz-Bertrand, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de Montréal, en entrevue téléphonique.

La docteure et ses collègues ont d'ailleurs envoyé, le printemps dernier, un « appel à la vigilance » à toutes les salles des urgences de la région de Montréal afin de demander aux médecins d'ouvrir l'oeil afin de reconnaître les symptômes de la tuberculose.

Le bond subit de 2015 serait attribuable à un patient qui en a infecté plusieurs autres avant d'être pris en charge, selon Mme Munoz-Bertrand. Au Canada, la tuberculose est la seule maladie à traitement obligatoire : les malades n'ont pas le droit de refuser d'être soignés.

La spécialiste a déploré la mort de trois tuberculeux en cours de traitement depuis le début de l'éclosion. Il est toutefois difficile d'isoler la maladie des autres facteurs qui ont pu contribuer à ces décès.

Des populations à risque

Alors qu'elle a déjà fait des milliers de morts par année au Québec, au XIXe siècle, la tuberculose est pratiquement disparue dans la province : environ 200 cas par an, essentiellement chez les Inuits du Nunavik, parmi les immigrants récents qui la ramènent de l'étranger et, finalement, dans les populations marginalisées de Montréal.

L'air vicié des crack houses, la grande promiscuité qui y existe et l'état de santé déjà précaire des individus infectés permettent à la tuberculose de prospérer dans ce milieu.

« Les gens vulnérables qui sont exposés à la maladie sont plus à risque de s'infecter, possiblement à cause de l'effet irritant de la fumée de cigarette et de crack. C'est comme si leurs poumons étaient plus fragiles », affirme Marie Munoz-Bertrand.

Kevin Schwartzman, spécialiste de la tuberculose à McGill, confirme. « Les gens sont à proximité et le fait d'aspirer la fumée de crack peut faire tousser », ce qui permet la transmission de la bactérie, a-t-il expliqué. Le partage de fumée de crack de bouche à bouche fait aussi partie des pratiques à risque, selon le médecin.

Les individus dont le système immunitaire est affecté par le VIH/sida sont plus à risque de développer la tuberculose. Dans une moindre mesure, le mauvais état de santé des sans-abri et des toxicomanes facilite aussi le travail de la bactérie.

À cela, il faut ajouter un important problème de compatibilité entre le réseau de la santé et le monde des crack houses. « C'est une population très difficile à rejoindre », affirme Marie Munoz-Bertrand. Une partie d'entre eux n'a pas de domicile fixe, les consommateurs ne se connaissent souvent pas sous leur vrai nom complet, et tous fuient les autorités. Les médecins ont d'ailleurs eu des difficultés à soumettre leurs patients tuberculeux aux traitements nécessaires dans la plupart des cas diagnostiqués.

Inquiétudes dans la rue

Jean-François Mary, directeur de l'Association québécoise pour la promotion de la santé des personnes utilisatrices de drogues (AQPSUD), dit s'inquiéter pour le monde de la rue.

« C'est préoccupant, a-t-il déploré. Ce sont des populations qui se déplacent beaucoup sur le territoire, qui se retrouvent. Il y a un potentiel de transmission très élevé avec cette maladie. La tuberculose active est très contagieuse. »

Il y a un an, dans un bulletin d'information destiné aux toxicomanes, le groupe les appelait à être vigilants quant aux symptômes de la tuberculose : sueurs nocturnes, toux de trois semaines ou plus, sang dans les crachats et douleurs thoraciques.

« On a souvent tendance à croire que la tuberculose est une maladie des pays du Sud. Mais on voit avec cette éclosion qu'avec des conditions de vie très difficiles, sous le seuil de la pauvreté, ce schéma qu'on voit au Sud se reproduit au Nord, a-t-il ajouté. C'est une population en situation de très grande marginalité. »

Qu'est-ce que la tuberculose?

  • Une bactérie qui s'attaque aux poumons
  • 1,5 million de morts sur la planète en 2014
  • Virtuellement disparue de l'Occident
  • S'attrape par la salive projetée par un malade qui tousse
  • Extrêmement contagieuse : les malades doivent être isolés
  • Seule maladie à traitement obligatoire au Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer