La marijuana diminue la satisfaction liée aux plaisirs de la vie

Isaamanda Fernandez, résidante de Miami, participe à un... (PHOTO RYAN DAVID BROWN, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

Isaamanda Fernandez, résidante de Miami, participe à un voyage organisé de consommation de cannabis au Colorado, État qui a légalisé la substance. Une étude réalisée par des chercheurs américains démontre que l'activation des centres de récompense du cerveau est diminuée chez les consommateurs de marijuana.

PHOTO RYAN DAVID BROWN, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Manger un bon repas. Gagner de l'argent. Avoir une relation sexuelle. Ces expériences stimulent les centres de récompense du cerveau, qui génèrent alors un sentiment de satisfaction et de gratification. Mais cet effet est diminué chez les consommateurs de marijuana, ce qui pourrait pousser certains d'entre eux à compenser le manque de satisfaction en consommant davantage de drogue.

C'est ce que montre une étude réalisée par des chercheurs américains et publiée dans JAMA Psychiatry. Selon les auteurs, ces conclusions montrent que la marijuana n'est peut-être pas aussi inoffensive qu'on la décrit.

« Alors que certaines juridictions ont légalisé la marijuana et que d'autres songent à le faire, je crois qu'il est important que les citoyens soient conscients des conséquences à long terme de l'usage de la marijuana », explique Elisa Trucco, professeure adjointe en psychologie à la Florida International University de Miami et l'un des auteurs de l'étude.

Rappelons que le gouvernement Trudeau s'est engagé à légaliser la marijuana au Canada.

Les résultats découlent d'une vaste étude menée au Michigan auprès de 108 jeunes adultes dans la vingtaine qui ont été suivis pendant plusieurs années. Les chercheurs ont invité les participants à jouer à un jeu vidéo où ils pouvaient gagner ou perdre de l'argent (de quelques cents à 5 $US). Pendant que les participants s'exécutaient, les scientifiques ont surveillé l'activité de leur cerveau grâce à une technique appelée imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. L'exercice a été répété pendant trois années consécutives.

« Normalement, à l'idée de gagner de l'argent, notre cerveau s'allume, explique Mme Trucco. Certaines zones du cerveau, qu'on appelle les centres de récompense, s'activent. »

Le niveau d'activation des centres de récompense varie d'une personne à l'autre. Certains seront très excités à l'idée de gagner de l'argent, d'autres, moins. Mais les chercheurs ont montré que cette activation s'atténue chez les jeunes adultes qui affirment consommer de la marijuana.

« Plus la consommation de marijuana est élevée, moins il y a d'activation dans le cerveau en réponse aux récompenses », précise Elisa Trucco.

Consommer plus de cannabis pour compenser?

Les fumeurs de pot, par leur personnalité, seraient-ils tout simplement moins portés vers l'argent que la moyenne des gens ? Non. Car en suivant les participants pendant trois ans, les chercheurs ont montré que l'activation dans le cerveau des utilisateurs de marijuana diminue avec le temps, peu importe son niveau initial. En contrôlant les autres variables, les chercheurs concluent que c'est la marijuana qui affecte le fonctionnement des centres de récompense du cerveau.

« Notre étude montre que ce ne sont pas les différences individuelles dans les centres de récompense qui poussent les gens à consommer de la marijuana, mais bien la marijuana qui affecte les centres de récompense », ajoute Mme Trucco.

Qu'est-ce que ça veut dire, dans la vraie vie, pour les consommateurs réguliers de marijuana ?

« Ça veut dire qu'ils vont trouver que des plaisirs quotidiens comme manger un bon repas, avoir une relation sexuelle ou gagner de l'argent sont moins satisfaisants », répond la chercheuse.

Sans en avoir la preuve formelle, les chercheurs croient que cette situation pourrait amener certains consommateurs de marijuana à compenser ce manque de satisfaction en consommant davantage de cannabis ou en se tournant vers d'autres drogues, ce qui pourrait créer une dépendance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer