Le «roi de la pharmacie» provisoirement radié

Jonathan-Yan Perreault s'est bâti un véritable empire en acquérant... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Jonathan-Yan Perreault s'est bâti un véritable empire en acquérant des dizaines de pharmacies de l'enseigne Uniprix, notamment à l'aide de prête-noms.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens du Québec a ordonné la radiation provisoire immédiate du pharmacien Jonathan-Yan Perreault, une mesure exceptionnelle, dans le but de protéger le public. Fausses ordonnances, ristournes illégales, pratique sous l'effet de substances psychotropes, fraude: le propriétaire d'une quarantaine de pharmacies fait face à pas moins de 60 chefs d'infraction.

Le pharmacien de 37 ans s'est bâti un véritable empire en seulement quelques années, en acquérant des dizaines de pharmacies de l'enseigne Uniprix, notamment à l'aide de prête-noms. Or, Jonathan-Yan Perreault, surnommé le «roi de la pharmacie», a été mis au ban de sa profession jeudi jusqu'à que le conseil de discipline de l'Ordre étudie l'affaire sur le fond.

«Les actes reprochés se situent au coeur même de l'exercice de la profession. Au surplus, le Conseil conclut que la protection du public risque sérieusement d'être compromise si l'intimé continue à exercer sa profession», est-il écrit dans la décision.

Selon le Conseil, il existe une preuve «sérieuse et suffisante» que Jonathan-Yan Perreault a commis une pléthore de graves infractions déontologiques. Le pharmacien aurait exercé sa profession en faisant «l'usage immodéré» de substances psychotropes entre janvier 2015 et mai 2016. Il aurait également consommé et remis des médicaments sans ordonnance, prescrits par un faux médecin, à son fils et à des patients connus pour vendre de la drogue sur le marché noir.

Jonathan-Yan Perreault... - image 2.0

Agrandir

Jonathan-Yan Perreault

Par négligence, M. Perreault aurait même remis à une patiente un somnifère à la place de l'antibiotique dûment prescrit. Pour camoufler sa faute, il aurait offert à celle-ci 500 $ pour se taire. La syndique de l'Ordre accuse le pharmacien d'entraves, de propos menaçants et de propos «abusif à caractère sexuel» à l'endroit d'une employée.

La longue liste d'infractions ne s'arrête pas là: Jonathan-Yan Perreault aurait employé plusieurs stratagèmes illégaux de vente de médicaments, comme l'achat d'échantillons de médicaments destinés à la revente, soutient la syndique de l'Ordre. Le «roi de la pharmacie» aurait conservé de grandes quantités de médicaments expirés ou proches de l'expiration afin de les revendre illégalement. Pendant trois ans, il aurait réclamé illégalement à des clients le coût de médicaments de marque, alors que ceux-ci obtenaient le médicament générique, moins dispendieux.

Jonathan-Yan Perreault a tenté d'obtenir la remise des audiences du 8 et 9 juin dans cette affaire en raison de son hospitalisation récente en psychiatrie. Le pharmacien dit être un «danger réel et important pour lui-même» et aurait même tenté de se suicider à deux reprises, notamment le 21 mai, en voiture.

Néanmoins, le Conseil n'a pas été convaincu du grave état de santé de M. Perreault, notamment parce que ce dernier a vendu une de ses pharmacies pour deux millions $ le 7 juin. Il tentait également de vendre en vitesse toutes ses pharmacies quelques semaines avant l'audience. «La preuve présentée tend plutôt à convaincre le Conseil que [M. Perreault] a orchestré cette mise en scène de façon à se soustraire à ses obligations déontologiques», tranche le Conseil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer