• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Aide à mourir: la position du CUSM est «presque enfantine», dit Barrette 

Aide à mourir: la position du CUSM est «presque enfantine», dit Barrette

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette juge «presque... (Photo Caroline Grégoire, Archives Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette juge «presque enfantine» la position de certains médecins du CUSM contre l'aide médicale à mourir.

Photo Caroline Grégoire, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, juge «presque enfantine» la position de certains médecins du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) contre l'aide médicale à mourir et enjoint à la direction de l'hôpital de casser leur résistance.

Dans une lettre transmise mercredi au président-directeur général du CUSM, M. Barrette en appelle au respect de la Loi concernant les soins de fin de vie. En point de presse avant d'entrer à la séance du conseil des ministres, il a ajouté qu'il était prêt à modifier les orientations ministérielles découlant de la loi s'il n'obtenait pas satisfaction.

L'Unité de soins palliatifs du grand hôpital anglophone montréalais a été exemptée de pratiquer l'aide médicale à mourir en vertu d'une politique du CUSM. Les patients qui la demandent sont plutôt orientés vers d'autres unités.

Cette politique contrevient à l'esprit et à la lettre de la loi, estime le ministre, qui n'a pas caché son étonnement. Il y voit le travail d'un groupe de réfractaires qui a fait plier la direction de l'établissement, à l'encontre des droits et des volontés des patients.

«Qui aurait pu prédire qu'un hôpital interdirait l'aide médicale à mourir sur un étage où les gens sont le plus près de la mort? a-t-il lancé. Je vois très bien un groupe de médecins - qui, philosophiquement, depuis le début, est contre l'aide médicale à mourir - aller faire des pressions après de leur administration pour faire une règle, afin d'avoir gain de cause, après l'adoption de la loi. C'est ainsi depuis le début, c'est presque enfantin, c'est pour avoir le dernier mot. Est-ce possible que là comme ailleurs, le patient ait le dernier mot? La réponse est oui.»

Le ministre enjoint au conseil d'administration de modifier cette politique, sinon il entend sévir. Québec considère que l'administration ne peut pas exempter une partie de son établissement de la mise en oeuvre de la loi et le ministre pourrait resserrer les orientations ministérielles pour colmater cette brèche.

En vertu de la loi, un médecin a le droit d'invoquer l'objection de conscience pour ne pas pratiquer l'aide médicale à mourir. Rien n'est toutefois prévu dans l'éventualité où tous les médecins d'une unité décideraient de refuser d'accorder l'aide médicale à mourir à des patients, au nom de l'objection de conscience.

En outre, une des dispositions de la politique actuelle du CUSM est carrément illégale, a déclaré M. Barrette. Parmi les conditions édictées pour recevoir l'aide médicale à mourir au CUSM figure l'obligation d'avoir été admis à cet établissement «dans les 18 mois précédant la demande pour la même condition médicale motivant la demande d'aide médicale à mourir».

C'est «carrément contre la loi, c'est presque de la provocation», a tranché le ministre, pour qui il n'y a «aucune raison d'agir de la sorte». La lettre du ministre rappelle les objectifs de la loi, qui prévoit que toute personne puisse avoir accès à des soins de qualité adaptés à ses besoins, dans le respect de sa dignité, notamment pour prévenir et apaiser ses souffrances.

«Le respect de la personne en fin de vie et la reconnaissance de ses droits et libertés doivent guider chacun des gestes posés à son endroit», peut-on lire dans la correspondance, qui conclut à une atteinte de ces principes dans la politique du CUSM.

Gaétan Barrette a également mis au pas tout récemment le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). Selon un article du quotidien Le Devoir, il a demandé à invalider une directive voulant que toutes les demandes d'aide médicale à mourir transitent uniquement par des médecins, à la suite de rapports démontrant que peu de demandes avaient suivi leur cours au CHUM, pour un établissement de cette taille.

Depuis, le CHUM autorise d'autres membres du personnel soignant à contresigner le formulaire de demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer