Le vaccin contre la fièvre jaune bientôt épuisé au Québec

Depuis le mois de décembre, l'Angola est aux... (PHOTO CARLA GOTTGENS, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Depuis le mois de décembre, l'Angola est aux prises avec une épidémie de fièvre jaune. Selon un document de l'UNICEF, près de 6 millions de doses du vaccin ont été distribuées en Angola. Mais les réserves mondiales du vaccin ont fondu, d'où la pénurie actuelle.

PHOTO CARLA GOTTGENS, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les voyageurs devant se rendre dans divers pays d'Afrique et d'Amérique latine ne pourront bientôt plus recevoir de vaccin contre la fièvre jaune au Québec. Une épidémie de fièvre jaune en Angola entraîne actuellement une pénurie mondiale du vaccin, qui se poursuivra jusqu'en décembre.

Il reste actuellement quelques doses du vaccin dans la province. Impossible toutefois d'en connaître le nombre exact, car le vaccin contre la fièvre jaune ne fait pas partie du programme d'immunisation du Québec. Le ministère de la Santé (MSSS) « n'est donc pas responsable de son approvisionnement étant donné qu'il ne fait pas partie de l'offre publique », explique-t-on au MSSS.

Médecin-conseil au comité consultatif en santé voyage à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la Dre Yen Bui explique que le vaccin contre la fièvre jaune est recommandé pour les voyageurs se rendant dans différents pays d'Afrique et d'Amérique latine et du Sud, mais pas pour les pays d'Asie. Les touristes qui se rendront cet été à Rio de Janeiro au Brésil pour les Jeux olympiques n'auront pas à recevoir le vaccin, selon la Dre Bui. « Mais ceux voulant aller dans des régions près de la forêt amazonienne devraient recevoir le vaccin, de même que les voyageurs voulant visiter les célèbres chutes d'Iguazu », dit-elle.

La Clinique santé-voyage de la Fondation du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) administre chaque année plus de 1000 vaccins contre la fièvre jaune. L'infirmière-chef, Geneviève Forget, dit détenir encore quelques doses, mais pas suffisamment pour pouvoir prendre en charge tous les patients d'ici la fin de la pénurie, prévue pour la fin de décembre.

La Dre Yen Bui explique que des directives seront publiées d'ici quelques jours par l'INSPQ pour guider les cliniques afin de les aider à classer par ordre de priorité les patients devant recevoir les doses restantes du vaccin.

ÉPIDÉMIE EN ANGOLA

Depuis le mois de décembre, l'Angola est aux prises avec une épidémie de fièvre jaune. Dans un document publié au début du mois par l'UNICEF, on explique que près de 6 millions de doses du vaccin, produit par la société pharmaceutique Sanofi, ont été distribuées en Angola. Mais les réserves mondiales du vaccin ont fondu, d'où la pénurie actuelle.

La porte-parole de Sanofi Pasteur Canada, Marisol Peron, confirme que le 3 mai, l'entreprise a annoncé une pénurie de son vaccin YF-VAX liée à « des délais dans le processus de production ». La situation ne reviendra pas à la normale avant le mois de décembre, confirme Mme Peron.

Dans un article publié dernièrement dans le Journal of the American Medical Association, des médecins ont qualifié l'épidémie de fièvre jaune, qui touche maintenant la République démocratique du Congo et le Kenya, de « nouvelle urgence sanitaire mondiale » et ont demandé à l'Organisation mondiale de la santé de créer un « Comité d'urgence ».

PEAU JAUNE

La Dre Bui explique que la fièvre jaune se transmet par la piqûre d'un moustique porteur du virus. Certaines personnes infectées ne présentent aucun symptôme ou seulement une fièvre, des maux de tête et de dos. Mais chez environ 15 % des personnes atteintes, il peut y avoir de graves complications, dont une fièvre hémorragique ou des atteintes au foie. Certains patients affichent un teint jaunâtre, d'où le nom de la maladie.

La fièvre jaune est présente dans 34 pays d'Afrique et 13 pays d'Amérique centrale et du Sud, selon le site de référence du gouvernement canadien voyage.gc.ca.

La Dre Bui précise que la majorité des personnes qui ont déjà reçu le vaccin contre la fièvre jaune sont immunisées à vie. En attendant que la pénurie se résorbe, elle invite les voyageurs devant se rendre dans des pays où sévit la maladie à se renseigner auprès d'une clinique santé-voyage. « Parce que tous les pays ne sont pas touchés uniformément. Une personne qui irait par exemple au Pérou, uniquement dans les montagnes, n'aurait pas besoin de recevoir le vaccin, car au-delà d'une certaine altitude, le virus ne survit pas », explique la Dre Bui.

____________________________________________

Liste des pays où le vaccin est recommandé et où les Québécois se rendent le plus souvent 

Pérou, Bolivie, Brésil (en dehors des villes), Argentine, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Bénin, Guinée, République démocratique du Congo

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer