Moins d'infirmières, plus de morts?

La fatigue liée aux heures supplémentaires diminue la... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La fatigue liée aux heures supplémentaires diminue la capacité des infirmières de détecter une aggravation de l'état des patients, selon Christian Rochefort, chercheur de l'Université de Sherbrooke.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les hôpitaux où les infirmières font plus d'heures supplémentaires ont plus de mortalité parmi leurs patients, selon une étude qui sera dévoilée au congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS, de l'ancien nom Association canadienne-française pour l'avancement des sciences). La mortalité augmente aussi quand des infirmières sont remplacées par des infirmières auxiliaires ou des préposés aux bénéficiaires.

« Avant d'être à l'université, j'étais cadre dans le réseau de la santé », explique l'auteur principal de l'étude, Christian Rochefort de l'Université de Sherbrooke. « Souvent à cause d'une pénurie d'infirmières, j'avais recours à des heures supplémentaires et à du personnel moins qualifié. Bien que les infirmières aient récemment émis des doutes sur la qualité des soins dans ces cas-là, il n'y avait pas jusqu'à maintenant de données pour appuyer cette conclusion. Il n'y avait que des études préliminaires qui n'établissaient pas de lien de causalité. »

«Nous avons voulu utiliser des données réelles pour arriver à établir des seuils à ne pas dépasser.»

Christian Rochefort,
chercheur de l'Université de Sherbrooke

À chaque augmentation de 5 % de la quantité d'heures supplémentaires des infirmières, la mortalité grimpe de 3 %, selon les calculs de M. Rochefort. Et à chaque baisse de 5 % de la proportion d'infirmières dans une équipe de travail, la mortalité augmente de 5 %. La fatigue liée aux heures supplémentaires diminue la capacité des infirmières de détecter une aggravation de l'état des patients, selon M. Rochefort.

D'après son expérience personnelle, M. Rochefort estime que l'augmentation des heures supplémentaires peut être beaucoup plus importante. Quant à la proportion d'infirmières, elle varie beaucoup d'une équipe à l'autre, frisant 100 % dans les services de soins intensifs.

Bon an, mal an, 5 % des patients d'un hôpital meurent, selon M. Rochefort. L'étude, qui n'a pas encore été publiée dans une revue avec comité de révision (peer review), a suivi 125 000 patients sur cinq ans, totalisant plus de 6,5 millions de quarts de travail.

« Nous voulons maintenant voir si ces deux facteurs font augmenter autre chose que la mortalité, par exemple les infections nosocomiales [c'est-à-dire contractées dans un hôpital] ou les mauvaises chutes, dit M. Rochefort. Il sera également possible de voir s'il y a un seuil à ne pas dépasser en matière d'heures supplémentaires et de proportion d'infirmières. »

« IL FAUT RENDRE LA PROFESSION PLUS ATTIRANTE POUR LES JEUNES »

La pénurie d'infirmières qui a sévi au Québec entre 2010 et 2014 s'est un peu atténuée, selon des conversations que M. Rochefort a eues avec des cadres du réseau. « Mais il faut rendre la profession plus attirante pour les jeunes, soit avec une meilleure reconnaissance de la valeur ajoutée de l'infirmière pour le système de santé, soit en diminuant la quantité de jeunes infirmières qui quittent la profession dans les deux à trois premières années. »

Comment améliorer la rétention des infirmières ?

«Le gros point difficile, c'est la quantité d'heures supplémentaires. Un humain normal peut comprendre de temps en temps qu'on lui en demande, mais pas quand c'est systématique.»

Christian Rochefort,
chercheur de l'Université de Sherbrooke

« Souvent, ce sont les jeunes qui sont appelées à rester. En théorie, il devrait y avoir une rotation, mais en pratique, ce n'est pas le cas », dit M. Rochefort.

Une autre approche est de donner plus de responsabilités aux infirmières. « Au début des années 80, aux États-Unis, il y avait une importante pénurie d'infirmières, dit M. Rochefort. Dans certaines villes, on a constaté que sur sept ou huit hôpitaux, il y en avait un seul qui n'avait pas de problème à recruter ou à retenir les infirmières. On les a appelés les hôpitaux magnétiques ou aimants. On s'est rendu compte qu'il y avait là une culture organisationnelle où l'infirmière était moins vue comme une exécutante, mais plutôt comme un professionnel de la santé au même titre qu'un médecin ou un pharmacien, avec une plus grande autonomie dans la prise de décision et dans l'administration de l'hôpital. »

Une autre solution, selon M. Rochefort, serait d'imiter l'aviation civile et de prévoir un nombre maximal d'heures supplémentaires pour les infirmières. « C'est un peu radical », dit le chercheur, qui note que cette approche est déjà utilisée pour les résidents en médecine.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer