Super-cliniques: le plan dévoilé

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ouvrir ses portes 12 heures par jour et sept jours sur sept. Offrir un minimum de 20 000 consultations par année, dont plusieurs dans un service sans rendez-vous. Donner accès à un centre de prélèvements public. Les 50 super-cliniques qui verront le jour d'ici 2018 au Québec devront respecter une série de critères précis pour obtenir leur financement, a annoncé lundi après-midi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Les lieux d'emplacements des futurs cliniques seront choisis par Québec. « Les super-cliniques devront être distribuées sélectivement sur le territoire. Autrement dit, ce ne pourra pas être comme les pharmacies qui sont parfois deux sur le même coin de rue », a dit le ministre Barrette.

La province a déjà été quadrillée par le ministère de la Santé et chaque super-clinique servira un bassin d'environ 50 000 de population. Les régions de la Côte-Nord, des Iles-de-la-Madeleine et de la Gaspésie n'auront par exemple pas de super-clinique. « L'utilité de ces cliniques se retrouve en zones urbaines ou demi-urbaines », a dit le ministre. Les régions de Laval et de la Montérégie Ouest auront par exemple six super-cliniques chacune.

Alternative aux urgences

Les super-cliniques seront des Groupes de médecine de famille (GMF), mais qui offriront plus d'activités, devront respecter plus de contraintes et recevront en échange plus de financement.

Les super-cliniques devront être ouvertes 12 heures par jour, entre 7 h et 22 h. Un service de consultation sans rendez-vous devra être offert. La prise de rendez-vous devra être possible chaque jour jusqu'à trois heures avant la fermeture. Durant les épisodes annuels de grippe, plus de services devront être offerts. Les patients des super-cliniques devront aussi avoir accès à des prélèvements et des échographies publiques.

Le financement des super-cliniques

Catégorie

Nombre de consultations

Montants alloués

1

20 000 à 29 999

82 867 $
2

30 000 à 39 999

118 717 $

3

40 000 à 49 999

157 917 $

4

50 000 à 59 999

193 768 $

5

60 000 et plus

232 966 $

Le ministère de la Santé fournira également entre six et douze infirmières à chaque super-clinique.

Dès cette année, le ministre Barrette prévoit ouvrir 32 super-cliniques. Un montant de 17,3 millions a été prévu à cet effet.

Les médecins doivent s'adapter, selon Barrette

Questionné à savoir si les médecins seront intéressés à ouvrir des super-cliniques, le ministre croit que la motivation financière sera suffisante pour les motiver à lancer ces projets.

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, est plus sceptique. « Je me questionne sur la pertinence d'être ouvert 12 heures le samedi et le dimanche. Les études de profil de consommation montrent que le week-end, les patients sont là tôt le matin », dit-il. En 2013, la FMOQ avait présenté un projet qui prévoyait ouvrir 100 cliniques réseau, 76 heures par semaine, plutôt que 84 heures comme devront le faire les super-cliniques. « Jusqu'à quel point les médecins vont-ils embarquer dans les super-cliniques? Je ne sais pas », note le Dr Godin.

Le ministre Barrette croit pour sa part que plusieurs patients voudront avoir accès à un médecin la fin de semaine. « Et rien n'empêche les médecins de donner des rendez-vous à leurs patients la fin de semaine. Depuis quand les rendez-vous doivent-ils se donner uniquement de 8 h à 15 h du lundi au vendredi? [...] C'est aux médecins à s'adapter aux besoins de la population », a déclaré le ministre en conférence de presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer