Québec doit favoriser les cliniques sans médecin, selon l'IEDM

Ouverte en 2014, la clinique SABSA de Québec... (PHOTO LE SOLEIL)

Agrandir

Ouverte en 2014, la clinique SABSA de Québec est un exemple de clinique opérée par des infirmières praticiennes spécialisées.

PHOTO LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec devrait tout faire pour favoriser l'implantation de cliniques dirigées par des superinfirmières, estime l'Institut économique de Montréal (IEDM) dans une note publiée ce matin.

Dans un communiqué, l'IEDM soutient que le ministère de la Santé du Québec «bloque sans raison les projets de cliniques développés par des infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne, comme la clinique SABSA» (services à bas seuil d'accessibilité) à Québec.

Pour l'IEDM, les cliniques sans médecin ont fait leurs preuves en Ontario et ces établissements permettraient d'améliorer l'accès aux soins de première ligne au Québec.

Dans sa note, l'IEDM mentionne que les infirmières praticiennes spécialisées peuvent s'occuper de nombreux problèmes comme des amygdalites des otites et des sinusites et coûtent «environ trois fois moins cher qu'un médecin omnipraticien».

L'exemple de Québec

Ouverte en 2014, la clinique SABSA de Québec est un exemple de clinique opérée par des infirmières praticiennes spécialisées. Le financement du projet a été assuré par la Fondation de l'Ordre des infirmières du Québec depuis deux ans. Mais Québec refuse de continuer de financer l'initiative. «Cette clinique menace de fermer ses portes, privant potentiellement des centaines de familles de l'accès à des soins de premières lignes», est-il écrit dans le communiqué.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a souvent dit être en faveur du travail des infirmières praticiennes spécialisés, mais dit préférer les intégrer aux Groupes de médecine de famille (GMF).

«Le cas des superinfirmières illustre à quel point il est difficile pour les solutions innovantes d'émerger dans un système de santé caractérisé par une approche bureaucratique, un rationnement des services et un accès difficile aux soins (...) Le gouvernement devrait encourager ces nouveaux modèles de soins et favoriser une approche libéralisée avec un cadre plus souple s'il souhaite améliorer la qualité générale du système de santé public québécois», estiment les auteurs de la note, Youri Chassin et Alexandre Moreau.

***

Nombre d'infirmières praticiennes spécialisées de première ligne

Ontario : 1897

Québec : 225

Nombre de cliniques de superinfirmières

Ontario : 25

Québec : 6

Source : Note économique de l'IEDM

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer