Les hommes infectés par Zika doivent attendre six mois avant de concevoir

Un moustique de l'espèce Aedes aegypti, celle qui... (PHOTO FELIPE DANA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Un moustique de l'espèce Aedes aegypti, celle qui porte le virus Zika.

PHOTO FELIPE DANA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé vendredi, pour prévenir la transmission du virus Zika par voie sexuelle, que les hommes infectés attendent six mois avant de concevoir un enfant.

Pour les personnes porteuses du virus et qui en ont les manifestations (fièvre, éruption cutanée, douleurs articulaires...), les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) demandent aux hommes d'éviter d'avoir des relations sexuelles non-protégées ou d'utiliser un préservatif pendant au moins six mois après l'apparition des symptômes.

Quant aux femmes, les CDC suggèrent qu'elles attendent au moins huit semaines après le début des symptômes avant d'essayer de devenir enceintes.

Ces recommandations s'appuient sur les périodes les plus longues de présence du virus Zika dans les fluides corporels qui ont été, par prudence, multipliées par trois.

Le virus a notamment été détecté dans le sperme d'un homme 62 jours après le début de son infection, un record.

Pour les hommes et les femmes sans symptômes, mais qui ont pu être exposés au virus lors d'un récent voyage dans des zones endémiques ou par contacts sexuels, les CDC recommandent d'attendre au moins huit semaines avant de tenter une grossesse.

Quant aux hommes vivant ou voyageant dans des zones où le Zika est actif et dont la partenaire est enceinte, les recommandations restent les mêmes. Ils doivent utiliser un préservatif durant la grossesse ou s'abstenir de toute relation sexuelle.

Les CDC ont mentionné six cas de transmission du virus par voie sexuelle aux États-Unis depuis le début février, confirmés à ce jour par des hommes infectés qui l'ont transmis à leurs partenaires féminines à leur retour d'un voyage dans un des pays d'Amérique du Sud où l'épidémie fait rage.

Les CDC se sont également inquiétés qu'environ 138.000 femmes à Porto Rico, où le virus Zika est très actif, courent le risque de tomber enceintes accidentellement parce qu'elles ne recourent pas aux moyens efficaces de contraception.

Selon les dernières estimations des CDC, il y a eu à ce jour 273 cas d'infection par le virus Zika aux États-Unis, tous des voyageurs revenant de pays où le virus est actif.

Dans les territoires américains d'outre-mer, Porto Rico est le plus touché avec 261 cas, pour la plupart transmis par des moustiques.

Les iles Vierges ont enregistré onze cas et en Océanie, les iles Somoa en comptent quatorze.

Le virus Zika se transmet le plus souvent par la piqure d'un moustique.

Le premier cas démontré de transmission sexuelle aux États-Unis remonte à 2008 quand un scientifique de retour d'Afrique a infecté sa femme.

Cette infection paraît fortement liée à la microcéphalie, un développement insuffisant du crâne et du cerveau du foetus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer