Le Canada n'interdit pas le boeuf français après le cas de vache folle

Le Canada n'envisage pas d'interdire, pour l'instant, les importations de... (Photo: Archives)

Agrandir

Photo: Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OTTAWA

Le Canada n'envisage pas d'interdire, pour l'instant, les importations de viande bovine française après la révélation d'un cas de vache folle dans un élevage en France, a indiqué jeudi le gouvernement canadien.

Le ministère français de l'Agriculture avait révélé plus tôt jeudi qu'une vache de race Salers d'un cheptel des Ardennes (nord de la France) avait été détectée porteuse de l'Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), communément appelée maladie de la vache folle.

« Le Canada a évalué le système d'inspection du boeuf de la France et a confiance dans ses mesures de contrôle » permettant d'« assurer que le boeuf français ne présente pas de danger pour la consommation humaine », a indiqué à l'AFP l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

En conséquence « aucune autre mesure liée aux importations n'est nécessaire en ce moment » au Canada, a assuré cet organisme sanitaire.

Les autorités françaises craignaient que ce cas de vache folle isolé se répercute sur les exportations vers des pays comme l'Arabie saoudite, le Canada ou le Vietnam, même si ces pays représentent un faible volume de viande bovine exportée.

C'est le premier cas avéré de vache folle en France depuis 2011.

Il y a un peu plus d'un an, le Canada avait fait état d'un cas de vache folle, également pour la première fois depuis 2011.

La maladie de la vache folle avait principalement touché la Grande-Bretagne dans les années 1990 et avait pour origine les farines animales réservées à l'alimentation du bétail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer