Exclusif

Le cabinet de Barrette a mis des bâtons dans les roues au CHUM

L'ancien directeur général du CHUM, Jacques Turgeon, avait... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

L'ancien directeur général du CHUM, Jacques Turgeon, avait autorisé la défusion des départements de radiologie et de médecine nucléaire avant de quitter son poste.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nouvelle flammèche entre le ministre de la Santé et le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM): le cabinet de Gaétan Barrette est intervenu l'automne dernier pour freiner la défusion du département de radiologie et de médecine nucléaire du CHUM, et ce, même si l'hôpital en avait décidé autrement, a appris La Presse en consultant des documents de cour.

Dans une lettre envoyée le 6 octobre par le sous-ministre Michel Fontaine au président-directeur général du CHUM, Fabrice Brunet, on peut lire ceci: «Nous vous informons que cette décision qui porte sur la défusion du département de radiologie et de médecine nucléaire n'est pas enlignée avec la vision du ministère de la Santé et des Services sociaux. Ainsi, nous vous demandons de surseoir à l'application de cette décision et de maintenir dans l'état actuel le département de radiologie et de médecine nucléaire de votre établissement.»

Cette décision a surpris les spécialistes en médecine nucléaire du CHUM. D'autant plus qu'à peine quelques semaines plus tôt, le 15 août, l'ancien directeur général du CHUM, Jacques Turgeon, avait autorisé la défusion des deux départements quelques jours avant de quitter son poste, le 4 septembre.

Le Dr Michel Picard, actuel chef de médecine nucléaire au CHUM, explique que les spécialistes de médecine nucléaire sont généralement bien moins nombreux que leurs collègues radiologistes dans les hôpitaux. «Avoir des départements séparés permet de s'assurer que les besoins de médecine nucléaire soient mieux répondus», dit-il.

«La défusion aurait permis de mieux contrôler notre environnement administratif, ajoute le Dr Soucy. De gérer nos achats selon nos priorités, par exemple. Mais il semble que ce ne sera pas possible.»

Longue saga

Le département de médecine nucléaire du CHUM est au coeur d'une saga depuis des années. En 2007, des nucléistes du département avaient dénoncé des problèmes de mauvaise gestion et de disparition d'isotopes médicaux dans leur département. À l'époque, le CHUM avait mandaté une firme comptable pour mener une enquête. Les conclusions de cette enquête n'ont toutefois jamais été révélées.

Dans la foulée de cette crise, le CHUM a fusionné ses départements de radiologie et de médecine nucléaire en 2011. Les spécialistes en médecine nucléaire du CHUM ont contesté cette décision devant les tribunaux, où la cause chemine toujours. Les nucléistes estimaient que la fusion était motivée par «une volonté de représailles» en lien avec leur dénonciation «d'irrégularités graves dans la gestion» de leur département.

Alors président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Gaétan Barrette, radiologiste de formation, avait refusé de se prononcer sur la question de la fusion ou non de la médecine nucléaire au CHUM, se contentant de souligner que partout ailleurs au Canada, les départements de médecine nucléaire et de radiologie étaient fusionnés.

En 2014, Jacques Turgeon a entrepris des démarches pour annuler la fusion des départements de médecine nucléaire et de radiologie. «Les procédures judiciaires avaient été mises sur la glace, le temps que Jacques Turgeon consulte les gens à l'interne et en vienne à une décision», explique le Dr Picard.

En août 2015, Jacques Turgeon a finalement adopté une résolution autorisant la défusion des départements. Mais le 6 octobre, Québec est venu mettre un frein à cette intention.

Une décision panquébécoise

Au cabinet du ministre Barrette, on indique que la décision de fusionner la médecine nucléaire et la radiologie ne touche pas seulement le CHUM, mais bien tout le Québec. «La vision du Ministère est plutôt de regrouper ces départements. Nous estimons que c'est mieux pour les patients et que cela permet une utilisation plus efficace des ressources», résume la porte-parole du ministre, Julie White.

Questionnée à savoir si le nouveau directeur général du CHUM, Fabrice Brunet, appuie la décision de Québec, la porte-parole du CHUM, Irène Marcheterre, a déclaré que l'hôpital «applique la décision adoptée par son conseil d'administration en 2011».

Les nucléistes du CHUM n'ont toutefois pas abandonné leur dossier judiciaire pour autant. Ils ont déposé à l'automne une requête réamendée, demandant que la défusion autorisée par Jacques Turgeon soit appliquée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer