Les urgences débordent: la réforme Barrette est un échec, selon le PQ

Les salles d'urgence qui débordent illustrent l'échec de la réforme de l'accès... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les salles d'urgence qui débordent illustrent l'échec de la réforme de l'accès aux soins de santé initiée par le ministre Gaétan Barrette, selon la députée péquiste Diane Lamarre.

Les urgences pédiatriques de l'Hôpital Sainte-Justine et de l'Hôpital de Montréal pour enfants enregistrent actuellement un achalandage record.

Depuis quelques jours, les cas de grippe, de gastro-entérite ou de fièvre se multiplient, créant des embouteillages dans certaines salles d'urgence.

La critique péquiste en santé en conclut que «la solution préconisée par le ministre ne donne pas les bons résultats».

«Quelqu'un qui se réveille le matin avec une grippe ou une gastro-entérite, il ne sait pas où aller et l'endroit où il se dirige n'est pas le bon», a dénoncé la députée en point de presse jeudi.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait adopter la loi 20 pour faciliter l'accès à un médecin et désengorger les urgences.

Mme Lamarre reproche à cette loi de ne pas avoir prévu suffisamment d'assouplissement des horaires pour ce qui est des cliniques des groupes de médecine familiale (GMF).

Elle juge que le ministre aurait aussi dû maximiser le recours aux super-infirmières, pour dégager les médecins.

«C'est un constat d'échec. Le ministre n'a pas réussi à améliorer sa première ligne, deux ans après son arrivée au pouvoir», a commenté Mme Lamarre.

Elle déplore que malgré la réforme Barrette «la seule porte d'entrée dans le système de santé reste encore l'urgence des hôpitaux», même pour les problèmes de santé mineurs.

M. Barrette a répliqué en disant que l'effet des changements apportés serait déjà visible si l'opposition péquiste n'avait pas effectué une obstruction systématique à son projet de loi.

«Ça va de mieux en mieux dans les urgences», selon le ministre, qui affirme que les choses commencent à s'améliorer.

N'empêche que la grippe étant contagieuse, l'achalandage dans les urgences pose problème. En plus de prolonger le temps d'attente, un surplus de patients contribue à propager le virus.

Les hôpitaux recommandent donc aux parents de s'informer sur la meilleure façon de soigner les maladies bénignes à la maison.

Selon le Dr Antonio D'Angelo, chef médical de l'urgence du CHU Sainte-Justine, les symptômes de grippe bénins, de gastro-entérite et de fièvre, qui durent généralement entre trois et cinq jours, peuvent être soignés à la maison.

En cas de doute, il est recommandé d'appeler d'abord Info-Santé au 811, qui pourra conseiller les parents sur la nécessité ou non d'une visite à l'urgence. Sinon, il est aussi suggéré de consulter un médecin de famille, un centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) ou une clinique-réseau pour voir un médecin sans rendez-vous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer