La saison de la grippe cogne à nos portes

En 2014-2015, l'épidémie de grippe a été particulièrement... (Photo Carla Gottgens, archives Bloomberg News)

Agrandir

En 2014-2015, l'épidémie de grippe a été particulièrement virulente. À son pic, jusqu'à 2000 cas de grippe étaient recensés chaque semaine.

Photo Carla Gottgens, archives Bloomberg News

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir épargné les Québécois durant le temps des Fêtes, la grippe commence à faire des victimes dans la province. Cette semaine, 200 cas de grippe ont été confirmés au Québec et le pic de l'épidémie devrait survenir au cours des trois à quatre prochaines semaines, estime le docteur Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

« La grippe arrive clairement de façon plus tardive cette année. Habituellement, les premiers cas arrivent en novembre ou en décembre », note-t-il. Le fait que la grippe arrive plus tard ne signifie toutefois pas que la saison sera plus courte qu'à l'habitude. « Aura-t-on une petite ou une grosse saison ? Il est encore trop tôt pour le dire », affirme le Dr De Serres.

En 2014-2015, l'épidémie de grippe a été particulièrement virulente. À son pic, jusqu'à 2000 cas de grippe étaient recensés chaque semaine. Certaines souches en circulation, dont la H3N2, ne correspondaient pas à celles comprises dans le vaccin antigrippal, si bien que l'efficacité de ce dernier a été de 0 % contre ces souches.

Cette année, le virus A (H1N1) de la grippe est le plus présent tant au Québec et aux États-Unis qu'en Europe. Le Dr De Serres explique que depuis 2009, le virus A (H1N1) a connu quelques mutations et qu'il est pour l'instant impossible de savoir si le vaccin de cette année sera pleinement efficace.

Le scientifique note toutefois que le fait que la souche H3N2 ne soit pas en circulation cette année est une bonne nouvelle. « Des études ont démontré que la souche H3N2 est responsable de 80 % de la mortalité des cas de grippe, contre 10 % pour le A (H1N1) et 10 % pour l'influenza B », dit-il.

Débordement aux urgences

Avec l'arrivée de la grippe, certaines urgences ont vu leur taux d'occupation augmenter ces derniers jours.

En date du 10 février, 13 h

  • Hôpital Maisonneuve-Rosemont : 120 %
  • Hôpital du Sacré-Coeur : 167 %
  • CHUM : 128 %
  • Hôpital général juif : 151 %
  • Hôpital de Hull : 164 %
  • Hôpital de la Cité-de-la-Santé : 137 %
  • Hôpital Pierre-Le Gardeur : 158 %
  • Hôpital de Saint-Eustache : 172 %
  • Hôpital Pierre-Boucher : 149 %

Les deux hôpitaux pédiatriques de Montréal ont également annoncé hier vivre une période d'achalandage record à leurs urgences. Affirmant que la majorité des enfants qui se présentent aux urgences souffrent de symptômes de grippe bénins, de gastro-entérite ou de fièvre, les deux hôpitaux ont rappelé aux parents de se préparer à la saison de la grippe en s'informant sur la façon de soigner ces maladies à la maison et sur le moment où il est plutôt indiqué de se rendre aux urgences.

- Avec La Presse Canadienne

Nombre de cas de grippe au Québec

  • Semaine du 6 février : 200
  • Semaine du 30 janvier : 122
  • Semaine du 23 janvier : 48
  • Semaine du 16 janvier : 32

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer