Diagnostic et traitement du cancer: Barrette uniformise les pratiques

Le patient atteint de cancer devra être tenu... (Photo Torin Halsey/Times Record News, AP)

Agrandir

Le patient atteint de cancer devra être tenu informé, à chaque étape du processus, et savoir pour quelles raisons on lui prescrit de subir tel ou tel traitement.

Photo Torin Halsey/Times Record News, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Poser un diagnostic de cancer et choisir le traitement approprié ne va pas toujours de soi pour un médecin, et les pratiques peuvent varier d'un hôpital à l'autre, ou d'un oncologue à l'autre.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a décidé de mettre fin à cette situation et d'uniformiser les pratiques reliées au diagnostic et au traitement du cancer.

À cette fin, tous les établissements hospitaliers du Québec devront donc mettre sur pied un comité spécifiquement dédié au cancer, qui devra s'appuyer sur un guide de pratique préparé par le Collège des médecins.

Le guide, qui compte une quarantaine de pages, décrit la composition, le rôle et le fonctionnement des futurs comités interdisciplinaires chargés d'encadrer le processus menant au diagnostic et au traitement du cancer.

Nous vivons une époque où «il y a une variation de plus en plus grande des traitements, en fonction du type de cancer et du profil clinique et biologique des patients», a commenté le ministre Barrette en conférence de presse, mercredi, flanqué du président du Collège des médecins, Charles Bernard.

«Il y a de plus en plus lieu d'avoir des comités qui puissent prendre ces décisions-là de la façon la plus précise possible et, surtout, d'une façon uniforme au Québec», a ajouté le ministre Barrette.

Il a reconnu que dans le passé, on a remarqué «une certaine disparité sur le territoire québécois quant à l'accès à la meilleure décision» en ce domaine.

Les comités devront donc s'assurer que les médecins appliquent les «standards les plus avancés» de pratique dans le traitement du cancer et prennent des décisions personnalisées, donc adaptées à la situation propre à chaque patient.

Les patients devraient y gagner la «garantie d'accès à la meilleure des qualités» quel que soit l'établissement, promet le ministre.

Le patient atteint de cancer devra également être tenu informé, à chaque étape du processus, et savoir pour quelles raisons on lui prescrit de subir tel ou tel traitement.

Ces comités ne seront pas autonomes: ils devront rendre des comptes au ministère de la Santé et produire un rapport annuel faisant état de leurs décisions. Ils devront avoir un fonctionnement «transparent» et remplir un ensemble d'«obligations», a commenté le ministre.

Un changement réglementaire sera nécessaire pour formaliser la création de ces comités du cancer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer